البوابةالبوابة  الرئيسيةالرئيسية  اليوميةاليومية  س .و .جس .و .ج  بحـثبحـث  التسجيلالتسجيل  دخول  

إرسال موضوع جديد   إرسال مساهمة في موضوع
شاطر | 
 

 Notre avis

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
المدير أ/ طه العبيدي
Admin


عدد الرسائل : 5079
الإسم و اللقب : رجال القانون
نقاط : 5321
تاريخ التسجيل : 19/01/2008

مُساهمةموضوع: Notre avis   الخميس فبراير 28, 2008 7:27 pm

Pierre Desproges disait qu'on peut se moquer de tout mais pas avec n'importe qui. Son jugement peut-il nous aider à trancher la difficile question de l'équilibre entre liberté d'expression et respect des convictions religieuses ?

En 1989 déjà, le romancier Salman Rushdie avait provoqué avec son livre la colère des mosquées. Aujourd'hui, les caricatures danoises, relayées par la presse, provoquent à nouveau une onde de choc dans la communauté musulmane.

Ce sont deux conceptions qui s'affrontent. Dans les démocraties occidentales, l'attachement à la liberté d'expression en général et de la presse en particulier ne se discute pas. Du journaliste à l'humoriste en passant par l'artiste, il y a même une tradition de la dérision qui autorise à rire de (presque) tout, du Pape au Chef de l'Etat.

Dans les pays musulmans, le déficit démocratique se conjugue avec l'existence de nombreux tabous dans le domaine religieux. Ainsi, le maniement des figures et des caricatures y est beaucoup plus rare. Chez certains (les sunnites par exemple), il est même considéré comme offensant, voire interdit.

Mais la communauté musulmane est loin d'être unie. La preuve en est qu'il y a des manifestations violentes dans certains pays et pas dans d'autres. Il faut donc se garder des généralisations hâtives comme d'une sorte de naïveté. Il y a bien un islam "modéré", respectueux de l'humanisme et un islam intégriste qui confine au fanatisme. Ce dernier utilise la religion à des fins politiques, les pouvoirs en place tentent de mobiliser les masses dans un combat de civilisations.

On voit combien l'interprétation des textes peut différer. N'oublions pas qu'en Europe aussi, on a commis les pires atrocités au nom de Dieu ! Dans ce débat de fond, ma position personnelle tient en 3 propositions :

- la liberté d'expression, reconnue par la Déclaration de 1789, est sacré, elle est le socle de la démocratie. Il faut la défendre chaque fois qu'elle est menacée. Les gouvernements européens n'ont donc ni à se justifier ni à s'excuser à l'égard de quiconque dans l'affaire des caricatures.

- seul, le juge peut dire, cas par cas, s'il y a "abus" de la liberté, dans les conditions définies par la loi.
- au-delà de ces principes, les journalistes devraient définir eux-mêmes une charte de déontologie régissant l'exercice de leur irremplaçable mais exigeante profession.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
Notre avis
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:تستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: 5- في القانون الفرنسي Le Droit français :: فقه القضاء الفرنسي La jurisprudence française-
إرسال موضوع جديد   إرسال مساهمة في موضوعانتقل الى: