. . . .        

 | 
 

 Bear Stearns sauve de la faillite par une intervention publiquepar Guillaume Evin

         
avocatn



: 441
: 262
: 21/02/2008

: Bear Stearns sauve de la faillite par une intervention publiquepar Guillaume Evin    15, 2008 3:32 pm

Bear Stearns sauve de la faillite par une intervention publique
par Guillaume Evin

La grande banque d'affaires amricaine a t sauve de la banqueroute par la FED, qui lui a accord une ligne de crdit de 28 jours maximum. Une intervention rarissime qui inquite les marchs. Toutes les valeurs bancaires dcrochent. Paris a perdu 0,8%.

Nouveau coup de tonnerre dans la crise financire mondiale : au lendemain de la spectaculaire faillite de lun des fonds du gant Carlyle, la banque Bear Stearns avoue quelle a frl la banqueroute ces dernires 24 heures, au point que la banque centrale amricaine t oblige de la renflouer en urgence. Du jamais vu sauf dans les annes 30 et 60 ! Pour lheure, on ignore encore le montant du sauvetage, mais a priori cela doit porter sur plusieurs milliards de dollars note pour LExpansion.com Jean-Franois Virolle, chef conomiste chez Global Equities. La ligne de crdit accorde la 5me banque daffaires du pays pourra aller jusqu 4 semaines. A charge pour elle de trouver dici l un financement permanent plus appropri.
En attendant, cette intervention express ne laisse pas dinquiter les marchs. Wall Street, qui avait ouvert en hausse vendredi sest brusquement retourne une fois linformation divulgue. Le Dow Jones lchait ainsi 1,5% peu avant 18 heures, heure franaise. Et laction Bear Stearns seffondrait, elle, de 37% ! Sachant quelle avait dj abandonn 11% lundi dernier sur des rumeurs de ce type. Dans son sillage, les titres des autres poids-lourds de la finance drapaient eux aussi, quoique dans une moindre mesure : Morgan Stanley perdait -3% tout comme Bank of America, Citigroup presque -5%, Merrill Lynch 3,6%, Lehman Brothers 8,3% et mme JPMorgan, lintermdiaire , reculait de -2,6%.
La stupeur sest ensuite propage sur les places europennes : Paris perdait 0,82%, tout comme Francfort et Londres se contractait de 1%. Mme chose dans le dtail pour les valeurs bancaires : -2% pour Deutsche Bank, -1,3% pour BBVA, -3,8% pour Natixis, -2,5% pour BNP Paribas, -1,8% pour Socit Gnrale et 1% pour Dexia et Crdit Agricole.
Cest logique. Les marchs ont la dsagrable impression davoir t flous, manipuls, commente pour LExpansion.com Yves Marais, stratgiste chez Global Equities. Il faut se souvenir en effet que la direction du groupe affirmait encore il y a deux jours que son bilan ntait pas affaibli. Laffaire Bear Stearns jette forcment le discrdit sur les autres grands noms du secteur. On sattend maintenant ce que dautres banques dterrent leur tour leurs cadavres Peter Cardillo, analyste chez Avalon Partners, ne dit pas autre chose lorsquil constate que ceci a gnr beaucoup de nervosit et de scepticisme en particulier vis--vis des autres banques qui pourraient dvoiler de nouvelles difficults. Idem pour Michael Klawitter, stratge chez Dresdner Kleinwort : Cela suscite de srieuses inquitudes concernant les autres. Bear Stearns nest pas une petite banque, elle tait le 2me metteur de crdits hypothcaires lanne dernire .
Concrtement, lopration a t monte avec la FED de New York, le chquier de la Banque centrale, ltablissement commercial qui intervient dans ce genre de situation. Celle-ci va prter du cash JPMorgan au taux descompte, laquelle transmettra ensuite des liquidits Bear Stearns. Etant une banque dinvestissement, Bear Stearns ne peut en effet tre perfuse directement par la FED. Do ce montage complexe avec JPMorgan.
Linitiative de la banque centrale amricaine est en tout cas conforme la logique quelle sest fixe depuis le dbut de la crise financire, savoir dgeler le march interbancaire : Gagner du temps absolument pour laisser revenir la confiance. Ce qui signifie liqufier linterbancaire. Car tout le chteau de cartes repose sur la confiance mutuelle que se portent les banques ajoute Yves Marais. Ltablissement prsid par Ben Bernanke a donc promis vendredi de fournir des liquidits aux marchs comme ncessaire pour faciliter un fonctionnement harmonieux du systme. Le secrtaire au Trsor, Henry Paulson, parle, lui, pudiquement dun nouveau dfi .
    
 
Bear Stearns sauve de la faillite par une intervention publiquepar Guillaume Evin
          
1 1

:
 :: 13- Droit pnal & criminologie ::   ::   ::  -