. . . .        

 | 
 

 France: Institutions: victoire trique pour Sarkozy, mais victoire quand mme

         
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: France: Institutions: victoire trique pour Sarkozy, mais victoire quand mme    22, 2008 1:00 pm

France: Institutions: victoire trique pour Sarkozy, mais victoire quand mme




Au-del de l'aspect institutionnel, le vote de Versailles, mme s'il fut incroyablement serr, marque une incontestable victoire psychologique pour Nicolas Sarkozy affirme sans ambages Paul-Henri du Limbert dans "Le Figaro", qui y voit un encouragement poursuivre la modernisation de la France.

Mme son de cloche dans "L'Union" (Herv Chabaud), o l'on peut lire que Nicolas Sarkozy n'a pas renonc et a pris le risque d'tre dsavou. Sa tnacit a t rcompense. C'est un poker gagnant.

Pour Herv Cannet, dans "La Nouvelle Rpublique du Centre ouest", c'est une victoire, aux forceps, certes, mais capitale pour le prsident de la Rpublique, qui a port ce projet, mouillant la chemise pour qu'il aboutisse.

Daniel Ruiz, dans "La Montagne", rappelle quant lui que Nicolas Sarkozy a gagn d'un cheveu. Le cheveu de Lang, unique socialiste ne pas avoir suivi la consigne de vote. Et "Ouest-France", sous la plume de Michel Urvoy, de rsumer: Une victoire arithmtiquement trique, mais une victoire quand mme.

Pour les socialistes, en revanche, le vote est un chec. "Le Monde", dans son ditorial, s'il reconnat que le projet de rvision de la Constitution aurait pu tre plus convaincant, s'interroge : Fallait-il pour autant voter contre? Et de rpondre aussitt: Certainement pas (...) La gauche a pourtant choisi le non, au risque, sur un sujet majeur, de brouiller la frontire entre opposition et obstruction.

Roger Antech, dans "Nice Matin", pense que les socialistes ont simplement oubli qu'une Constitution n'est pas un costume taill sur mesure pour le Prsident en place, qu'il habille aussi bien ses successeurs, tandis que pour Grard Nol, dans "La Libert de l'Est", l'opposition s'est installe dans cette affaire sur une position dogmatique peu adapte la situation.

Le contenu de la rforme, enfin, ne fait pas ne fait pas l'unanimit. Dans "La Tribune", Erik Izraelewicz remarque que la nouvelle Constitution ne modifie finalement qu' la marge les quilibres du pouvoir. Pour Franois Ernenwein (La Croix), si le texte est fidle l'esprit du rapport rendu par Edouard Balladur, il l'est beaucoup moins la lettre, oublieux de quelques audaces des sages (...) qui auraient mieux marqu l'avance. Jean-Michel Bretonnier, dans "La Voix du Nord", est sur la mme longueur d'ondes, en voquant une rforme a minima.

Enfin, "L'Humanit", sous la plume de Patrick Apel-Muller, s'en prend aux conditions du vote et assure qu'il en aura fallu des chantages, des menaces, des cadeaux en tous genres pour convaincre la quasi-totalit des parlementaires de droite de se coucher et un quarteron de radicaux flanqu de Jack Lang de dserter sur la ligne de front.

Pour voir l'intgralit de cette reforme [ ]


/ 26, 2008 3:11 pm 1
    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: Jack Lang s'est mis lui-mme en dehors du groupe socialiste    22, 2008 1:04 pm

Jack Lang s'est mis lui-mme en dehors du groupe socialiste


"Il n'y a pas d'exclusion formelle. On a pris acte que Jack Lang s'est mis lui-mme en dehors du groupe socialiste. Nous le regrettons", a dclar Jean-Marc Ayrault l'issue de la runion du groupe PS, mardi. "Quand on a t ministre de Franois Mitterrand et mme un grand ministre, on a des devoirs et peut-tre plus que d'autres", a-t-il ajout. Joint dans la foule par le point.fr, Jack Lang dclare : "Je suis plus que jamais dput socialiste". Et de minimiser le dbat qu'ont eu sur son "cas" les dputs socialistes mardi matin et qui tournait sur son ventuelle exclusion : "Les runions de groupe ne sont pas importantes. De toute faon, a fait un an que je n'y vais pas." Une manire de marquer toujours un peu plus sa singularit.


Ce qui a provoqu le courroux de ses camarades ? Jack Lang a dit "oui" lundi la rforme des institutions, alors que son parti avait dcid de s'opposer "unanimement" au texte. Ce dernier, qui ncessitait l'approbation des trois cinquimes du Parlement runi en congrs, Versailles, a t adopt deux voix prs . Depuis, l'ancien ministre de la Culture est la c ible des attaques socialistes , l'image du patron du PS l'Assemble, Jean-Marc Ayrault, qui a aussitt voqu une "faute politique". "Il doit maintenant en assumer toutes les responsabilits." Franois Hollande, premier secrtaire du parti, n'est pas plus tendre l'gard de Jack Lang : "Sa voix n'tait pas ncessaire. Raison de plus pour qu'il ne l'apporte pas. Il s'est dmarqu seul de son groupe, de son parti", a-t-il dclar dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France.
Dans une interview accorde au point.fr lundi matin , Jack Lang rpond ces accusations : "La faute politique est celle qui a t commise par ce qui reste du PS. Depuis des mois, tout n'est plus que tactique au dtriment des convictions et des questions de fond."
    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
France: Institutions: victoire trique pour Sarkozy, mais victoire quand mme
          
1 1

:
 :: 2- -