. . . .        

 | 
 

 AFFAIRE DU TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BOUE DU 22 AVRIL 1964 : L'ETHNOPSYCHIATRIE ET LE DROIT PENAL

         
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: AFFAIRE DU TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BOUE DU 22 AVRIL 1964 : L'ETHNOPSYCHIATRIE ET LE DROIT PENAL    26, 2008 4:55 pm

Cette fameuse dcision, reproduite ci-aprs, est fort
connue des internautes, elle a largement circul, quelques fois
agrmente de commentaires cartsiens exprims avec une condescendance
toute paternaliste, parfois proche du racisme.
En effet, de prime abord, on sourit la lecture de ce jugement qui
prcise qu'un homme peut se transformer en singe, puis de nouveau en
homme, mais dans une affaire j'ai t confront des croyances
d'autres pays, notamment celles des Comores qui m'ont fait prendre
conscience de l'importance desdites croyances dans le comportement
quotidien des populations issue de l'immigration.
En effet, j'ai un jour assist un homme dans une affaire de stupfiants
qui me rptait sans cesse qu'il avait t envot par des Djinns, des
mauvais esprits dans la culture islamique.
Selon le client les Djinns s'taient empars de sa volont et l'avaient contraint mal agir.
Jusqu' l'poque des faits, mon client avait t un bon pre de famille, un bon
fils et un bon croyant selon ses propres termes.
Sa famille tait galement persuade que mon client avait t envot, car
au pays comme ils me l'ont prcis, il s'tait brouill avec une
sorcire .
J'ai t d'abord dubitatif.
Puis je me suis souvenu d'une branche de la psychiatrie, l'ethnopsychiatrie.
Pour ceux qui ne le savent pas l'ethnopsychiatrie est un domaine de
recherche partageant objets et mthodes tant avec la psychologie
clinique qu'avec l'anthropologie.
L'ethnopsychiatrie s'intresse aux dsordres psychologiques en rapport leur contexte
culturel d'une part, aux systmes culturels d'interprtation et de
traitement du mal, du malheur et de la maladie d'autre part.
C'est ainsi que j'ai demand au juge d'instruction une expertise ethno-psychiatrique.
A mon grand regret le juge a refus au motif notamment que les seuls spcialistes de la matire se trouvaient PARIS.
C'est regrettable.
Le juge a alors dsign un psychiatre qui a tout de mme mis en vidence
les difficults d'adaptation du client au mode de vie occidentale, la
perte de ses repres etc...

L'expert a en outre indiqu que la perte des repaires avait pu avoir une
influence sur le comportement de mon client selon une analyse
finalement proche de l'ethnopsychiatrie.
C'est la raison pour laquelle, la dcision du Tribunal Correctionnel de BOUE
me fait aujourd'hui sourire, mais sans condescendance...

"GABON - HOMICIDE INVOLONTAIRE - QUALITÉ D'ÊTRE HUMAIN DE LA VICTIME -
PRATIQUES MAGIQUES ET SORCIÈRES - TRANSFORMATION DE LA VICTIME AU
MOMENT DES FAITS - RELAXE : Tribunal correctionnel de Bou,

22 avril 1964.

Le Tribunal,

...........

Attendu que Biyeke Etienne a t cit comparatre devant le Tribunal
correctionnel de cans, pour la prvention d'avoir, Bisso-Binlam,
district de Bou, le 13 septembre 1963, en tout cas depuis moins de 3
ans, par imprudence, maladresse, ngligence, inattention ou
inobservation des rglements, involontairement caus un homicide sur la
personne du sieur Joseph Akou ;
Attendu qu'il rsulte des dbats et du dossier sur Biyeke Etienne, le 13
septembre 1963, s'est rendu la chasse dans l'aprs-midi ; que vers 16
h, il entendit les cris des singes, qu'il se posta entre la grande
fort et les vieilles plantations d'o venaient ces cris, esprant que
les singes allaient passer des vieilles plantations la fort ; que
s'apercevant qu'ils s'loignaient plutt de lui, Biyeke dcida de les
suivre quand, sous le feuillage, il vit venir lui un chimpanz, que
celui-ci s'approchant de plus en plus de lui en hurlant, Biyeke se vit
dans l'obligation de le charger la tte d'un coup de feu ; que le
chimpanz tomba et fit plutt entendre un cri d'homme ; qu'il se
redressa en homme et put encore faire plus de 1.000 mtres en fort en
courant, quand Eloum Elizabeth, qui le rencontra, le prit par la main,
que la victime s'affaissa et mourut sans rien dire ; qu'appels au
secours, les villageois vinrent, reconnurent et transportrent au
village le corps d'Akou Joseph ;
Attendu qu' l'audience, le prvenu a soutenu qu'il voyait parfaitement clair
lorsqu'il avait fait partir le coup de feu et qu'il avait bien
identifi sa victime un chimpanz, qu'il ne chasse d'ailleurs pas
pour la premire fois, ayant dj captur quatre depuis qu'il chasse ;
Attendu qu'un homicide involontaire n'est punissable que si c'est bien un homme
qui a t tu par maladresse, imprudence ou ngligence ; que dans le
cas d'espce Biyeke a vis en plein jour et a tir sur un chimpanz et
non sur un homme ; que si le chimpanz est devenu homme aprs le coup
de feu, Biyeke ne peut plus tre retenu dans la prvention d'homicide
involontaire ;
Attendu qu'il est de notorit publique au Gabon que les hommes se changent
soit en panthre, soit en gorille, soit en lphant, etc., pour
accomplir des exploits, liminer les ennemis ou attirer sur eux de
lourdes responsabilits, dfendre leurs plantations et ravager celles
des voisins et des amis ; que ce sont des faits qui sont inconnus du
droit occidental et dont le juge gabonais doit tenir compte, qu'il est
en effet inconcevable l'esprit europen qu'un homme puisse faire plus
de 400 km en 27 heures pied, alors qu'un Bakoto de Makokou et Bou
l'accomplissait ;
Attendu qu'il n'est pas aussi de la commune mesure qu'un individu ayant reu
une charge de plomb dans la tte, et aprs tre tomb, se relve et
arrive encore faire plus de 1.000 mtres en fort en courant ; que
tel a t le cas d'Akou Joseph ;
Attendu qu'il faut encore faire savoir que les transformations des hommes en
animaux froces sont encore en vue de ne pas effrayer le gibier, pour
s'en saisir, plus facilement ;
Attendu qu'Akou Joseph, qui est parti en chasse sans armes, n'en avait donc
pas besoin puisqu'il pouvait prendre du gibier autrement qu'avec une
arme ;
Attendu que s'il faut punir les homicides involontaires de chasse, il y a lieu
toutefois de considrer les cas et de svir contre ces pratiques
magiques et sorcires qui peuplent le Gabon, surtout en matire des
oprations en fort, et qui retardent normment l'volution du notre
peuple ;
Attendu que le tribunal a l'entire conviction qu'Akou Joseph s'est transform
en chimpanz en fort o il aurait t en chasse sans arme et l'insu
de personne, et que Biyeke, notable, ancien combattant, largement
dcor, plusieurs fois vainqueur des chimpanzs, ne pouvait pas tirer
en plein jour sur un homme contre lequel il n'avait aucun antcdent
dfavorable ;

Par ces motifs, dclare Biyeke Etienne non coupable des faits qui lui sont reprochs."
    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
AFFAIRE DU TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BOUE DU 22 AVRIL 1964 : L'ETHNOPSYCHIATRIE ET LE DROIT PENAL
          
1 1
 
-
»  -
»  Droit du travail

:
 :: 5- Le Droit franais ::  La Doctrine-