. . . .        

 | 
 

 La CIA ferme dfinitivement ses prisons secrtes

         
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: La CIA ferme dfinitivement ses prisons secrtes    11, 2009 12:48 pm

La CIA ferme dfinitivement ses prisons secrtes

Le directeur de l'agence d'espionnage annonce le dmantlement des sites noirs pour terroristes et l'arrt du recours aux interrogateurs privs.

FACE la pression croissante du Congrs et des mdias, la CIA fait des efforts de transparence. Trois semaines aprs la publication d'un rapport confidentiel accablant du Comit international de la Croix-Rouge sur la torture dans ses prisons secrtes, l'agence assure que ces sites, qu'elle n'utilise plus , seront prochainement dmantels, conformment aux dcrets mis par le prsident Barack Obama ds la premire semaine de son mandat. Le directeur de la centrale d'espionnage, Leon Panetta, prcise que les techniques muscles d'interrogation ont t abandonnes et que la sous-traitance des interrogatoires au priv est dsormais abolie, conomisant ainsi jusqu' 4 millions de dollars au contribuable amricain. La CIA se rserve cependant le droit de dtenir des suspects court terme et de manire provisoire .

La Central Intelligence Agency n'a jamais rvl l'emplacement de ses fameux sites noirs , o elle a transport partir de 2002 une centaine de dtenus via des vols clandestins transitant par l'Europe. L'Afghanistan, l'Irak, la Thalande, la Jordanie, la Pologne et la Roumanie ont t identifis comme pays d'accueil. L'agence a avou que certains prisonniers y avaient t soumis des pratiques telles que la simulation de noyade, le maintien des tempratures extrmes et la privation de sommeil. À l'poque, l'Administration Bush justifiait ces pratiques pour obtenir des informations. La nouvelle Administration les dnonce aujourd'hui comme non seulement inefficaces, mais aussi propices favoriser le terrorisme.

Juger les annes Bush

Face ces rvlations, y compris de nouvelles sur la participation de mdecins psychologues aux interrogatoires, la pression augmente de toutes parts sur Barack Obama pour autoriser des actions en justice contre l'quipe Bush. Le Washington Post titrait hier dans un ditorial : Des crimes qui mritent punition . Le Snat mne une enqute et la CIA vient elle-mme de crer en interne un groupe d'tude sur ses anciennes pratiques. Le prsident garde une attitude ambigu sur la question.

Guantanamo est en tout cas dsormais considr comme le problme d'Obama. Prise dans l'imbroglio lgal laiss par Bush sur la prison de Cuba, son Administration est accuse par des juges et des avocats de faire entrave la rgle de l'habeas corpus, qui veut que tout dtenu puisse contester sa dtention. Le principe a t jug recevable en 2008 par la Cour suprme pour les dtenus de Guantanamo, et 200 plaintes ont dj t dposes.

Quatorze Ougours chinois thoriquement librables restent par exemple emprisonns sur l'le, malgr une dcision de justice ordonnant leur libration. Sur les 240 dtenus actuels de Guantanamo, certains sont considrs comme trs dangereux.

Des questions sont aussi souleves propos des 600 prisonniers de guerre Bagram en Afghanistan. La nouvelle Administration veut absolument garder la haute main sur ces dtenus. La future politique en matire d'emprisonnement des suspects de terrorisme reste dfinir.
    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
La CIA ferme dfinitivement ses prisons secrtes
          
1 1

:
 :: 2- -