. . . .        

 | 
 

 Le rapport d'Amnesty sur Gaza dnonc par Isral et le Hamas

         
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: Le rapport d'Amnesty sur Gaza dnonc par Isral et le Hamas    02, 2009 1:44 pm

Le rapport d'Amnesty sur Gaza dnonc par Isral et le Hamas




Dans le nouveau rapport qu'elle publie ce jeudi 2 juillet Amnesty International indique que les forces israliennes ont tu des centaines de civils palestiniens non arms et dtruit des milliers d'habitations Gaza lors d'attaques qui ont enfreint les lois de la guerre. Ce document, intitul Israel/Gaza: Operation 'Cast Lead': 22 days of death and destruction, est premier rapport trs circonstanci qui traite du conflit qui a eu lieu au dbut de l'anne.

Les autorits israliennes se montrent peu enclines enquter de faon satisfaisante sur la conduite de leurs forces Gaza, y compris sur les crimes de guerre, et refusent obstinment de cooprer avec la mission d'enqute indpendante et internationale de l'ONU dirige par Richard Goldstone. Cela indique clairement qu'Isral souhaite se soustraire un examen public et l'obligation de rendre des compte, a indiqu Donatella Rovera, qui a conduit une mission de recherche sur le terrain Gaza et dans le sud d'Isral pendant et aprs le conflit.

La communaut internationale, l'instigation du Conseil de scurit de l'ONU, doit user de toute son influence pour qu'Isral coopre pleinement la mission d'enqute de Richard Goldstone, qui reprsente actuellement le meilleur moyen d'tablir la vrit.

Le Hamas et d'autres groupes arms palestiniens ont tir des centaines de roquettes sur le sud d'Isral ; trois civils israliens ont t tus, de nombreuses personnes ont t blesses et plusieurs milliers ont d fuir de chez elles. Ces attaques menes en toute illgalit constituent des crimes de guerre et relvent de l'inacceptable , a ajout Donatella Rovera.

Le rapport, qui est fond sur des lments de preuve recueillis par les dlgus d'Amnesty International, dont un expert militaire, au cours de recherches menes sur le terrain en janvier et fvrier 2009, donne des prcisions sur l'utilisation par Isral d'armes conues pour les champs de bataille contre une population civile prise au pige Gaza qui n'avait aucune possibilit d'chapper aux violences.

L'ampleur et l'intensit des attaques contre Gaza sont sans prcdent. Parmi les 1 400 Palestiniens tus par les forces israliennes, on a dnombr quelque 300 enfants et des centaines d'autres civils non arms qui ne participaient pas au conflit.

La plupart ont t victimes d'armes de haute prcision utilises avec l'appui de drones de surveillance dots d'optiques d'une qualit exceptionnelle qui permettent aux oprateurs de voir leurs cibles avec prcision. D'autres ont t tus par des armes qui ne sont pas prcises, notamment des obus au phosphore blanc jamais utiliss Gaza auparavant , et qui ne devraient en aucun cas tre utilises dans des zones forte densit de population.

Amnesty International a enqut sur plusieurs attaques et dcouvert que les victimes n'avaient pas t prises entre deux feux durant des affrontements entre militants palestiniens et forces israliennes, pas plus qu'elles n'avaient servi de boucliers humains pour des militants ou des objectifs militaires. Beaucoup ont pri dans le bombardement de leur maison, pendant leur sommeil. D'autres taient assises dans leur cour ou tendaient du linge sur leur terrasse. Des enfants ont t touchs alors qu'ils jouaient dans leur chambre, sur la terrasse de leur maison ou prs de chez eux. Les secouristes et les ambulanciers ont t attaqus plusieurs reprises alors qu'ils tentaient de porter secours aux blesss ou de rcuprer les corps des victimes.

La mort d'un si grand nombre de civils, parmi lesquels de nombreux enfants, ne peut pas tre qualifie de simple "dommage collatral", comme Isral le prtend, a dclar Donatella Rovera. Beaucoup de questions restent en suspens en ce qui concerne ces attaques et le fait qu'elles se sont poursuivies sans relche malgr le nombre croissant de civils tus.

Les frappes israliennes ont dtruit plus de 3 000 maisons et en ont endommag environ 20 000, rduisant en ruines des quartiers entiers de Gaza et aggravant encore une situation conomique dj catastrophique. Une partie des destructions ont t des actes gratuits qui ne pouvaient tre justifis par des ncessits militaires .

L'arme isralienne n'a pas rpondu aux demandes qu'Amnesty International lui a adresses plusieurs reprises au cours des cinq derniers mois afin d'obtenir des informations au sujet des cas exposs dans son rapport et des entrevues pour dbattre de ses constatations.

Quant au Hamas, il n'a cess de justifier les tirs de roquettes quotidiens de ses combattants et d'autres groupes arms palestiniens en direction de villes et villages du sud d'Isral durant les vingt-deux jours de conflit. Bien que moins meurtrires, ces frappes utilisant des projectiles non guids impossibles diriger contre des cibles prcises ont viol le droit international humanitaire et ne sauraient en aucune circonstance tre justifies , a ajout Donatella Rovera.

Outre les roquettes Qassam, de fabrication artisanale, les militants palestiniens ont tir de nombreux missiles Grad de plus longue porte, introduits en contrebande Gaza depuis l'Égypte par des tunnels. Ces missiles, qui frappaient plus loin sur le territoire isralien, mettaient en danger un plus grand nombre de civils.

Durant cinq mois, aucune des parties au conflit ne s'est montre dispose renoncer ses pratiques ni respecter le droit international humanitaire, ce qui laisse prsager que les civils seront une nouvelle fois les principales victimes si les affrontements reprennent , a averti Donatella Rovera.

Aux termes du droit international, les États doivent appliquer le principe de comptence universelle. Des enqutes pnales doivent tre ouvertes au niveau national ds qu'il existe suffisamment d'lments prouvant que des crimes de guerre ou d'autres crimes relevant du droit international ont t commis, et les auteurs prsums doivent tre arrts et traduits en justice.

Il ne faut permettre aucun responsable de crimes de guerre ou d'autres graves atteintes aux droits humains d'chapper son obligation de rendre des comptes, et de soustraire la justice , a soulign Donatella Rovera.

Dans son rapport, Amnesty International recommande notamment aux États de suspendre tous les transferts de munitions, d'assistance et d'quipements militaires destination d'Isral, du Hamas et des groupes arms palestiniens tant que ces quipements risquent d'tre utiliss pour commettre de graves violations du droit international.

L'organisation exhorte Isral prendre l'engagement de ne plus lancer d'attaques directes, aveugles ou disproportionnes contre des civils, de ne plus procder des tirs d'artillerie, de mortiers et d'obus au phosphore blanc contre des zones densment peuples, et de mettre fin au blocus de la bande de Gaza, qui impose une sanction collective toute la population.

Enfin, elle appelle le Hamas renoncer sa politique de tirs de roquettes illgaux en direction de lieux peupls par des civils en Isral, et empcher les autres groupes arms de se livrer de telles frappes.
    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
Le rapport d'Amnesty sur Gaza dnonc par Isral et le Hamas
          
1 1

:
 :: 2- -