. . . .        

 | 
 

 Que dit La Mauvaise vie ? de Frdric Mitterrand Extraits

         
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: Que dit La Mauvaise vie ? de Frdric Mitterrand Extraits    09, 2009 2:06 pm

Que dit La Mauvaise vie ? de Frdric Mitterrand
Extraits






Dans ce passage, extrait du chapitre Bird, Frdric Mitterrand dtaille une soire dans un club thalandais.

() Les coulisses font partie du spectacle. En arrire de la scne ou sur le ct, elles se livrent facilement aux regards des spectateurs intresss; ces tablissements ne sont pas si grands et un marketing efficace veille aux mres rflexions et aux repentirs du public. En attendant de remonter sur scne, les garons gardent dailleurs un il sur la salle en affectant de sadonner des activits trs absorbantes: ils suivent un programme de varits ou de sport la tlvision, font des mouvements de gymnastique avec des appareils compliqus, lisent les journaux ou devisent tranquillement une serviette de boxeur autour du cou. Quand lun des serveurs vient leur glisser loreille quils ont t choisis, ils cochent une petite case sur un tableau avant de se diriger vers le bar dun air parfaitement dgag et les autres garons se gardent poliment de commenter la transaction qui sbauche. La direction relve sans doute le carnet de notes mural avant la fermeture. Une fois que la rservation a t confirme, aprs une prsentation qui sternise rarement, le garon se rhabille prestement en coulisses, et revient; il ny a plus qu rgler les consommations, la commission au club due par le client et sortir au milieu des courbettes, des marionnettes grimaantes qui font office de loufiats et lancent dune voix suraigu: Good night sir, see you again. On peut prendre deux garons, ou mme plusieurs, aucune objection puisque la rponse est toujours: I want you happy. Contrairement une assertion gnralement colporte il y a peu de ruines sexuelles occidentales parmi le public, la clientle est en majorit locale, dge moyen, bien convenable et sort en bande lgrement arrose au whisky-Coca. Les quelques naufrags peau blanche du Spartacus font plutt tache dans lensemble mais il est vrai aussi quon leur propose les meilleures tables.

Evidemment, jai lu ce quon a pu crire sur les commerce des garons dici et vu quantit de films et de reportages; malgr ma mfiance lgard de la duplicit des mdias je sais ce quil y a de vrai dans leurs enqutes sensation; linconscience ou lpret de la plupart des familles, la misre ambiante, le maquereautage gnralis o crapahutent la pgre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses nen retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchane, les maladies, les dtails sordides de tout ce trafic. Je marrange avec une bonne dose de lchet ordinaire, je casse le march pour touffer mes scrupules, je me fais des romans, je mets du sentiment partout; je narrte pas dy penser mais cela ne mempche pas dy retourner. Tous ces rituels de foire aux phbes, de march aux esclaves mexcitent normment. La lumire est moche, la musique tape sur les nerfs, les shows sont sinistres et on pourrait juger quun tel spectacle, abominable dun point de vue moral, est aussi dune vulgarit repoussante. Mais il me plat au-del du raisonnable. La profusion de garons trs attrayants, et immdiatement disponibles, me met dans un tat de dsir que je nai plus besoin de refrner ou docculter. Largent et le sexe, je suis au cur de mon systme: celui qui fonctionne enfin car je sais quon ne me refusera pas. Je peux valuer, imaginer, me raconter des histoires en fonction de chaque garon; ils sont l pour a et moi aussi. Je peux enfin choisir. Jai ce que je nai jamais eu, jai le choix; la seule chose que lon attend de moi, sans me brusquer, sans mimposer quoi que ce soit, cest de choisir. Je nai pas dautre compte rgler que daligner mes bahts, et je suis libre, absolument libre de jouer avec mon dsir et de choisir. La morale occidentale, la culpabilit de toujours, la honte que je trane volent en clats; et que le monde aille sa perte, comme dirait lautre.

Il existe certainement des tablissements de ce genre ailleurs quen Thalande; Amsterdam ou Hambourg ; mais jai mis trop longtemps, je viens de trop loin, je dois absolument continuer, pousser bien plus en avant pour parvenir mes fins; je ne veux pas courir le risque de rencontrer des garons qui men rappelleraient dautres, dtre confront des situations qui resteraient familires, dentendre des paroles que je pourrais comprendre. Il me faut linconnu, la terre trangre, le pays sans repre. L, o lon ne saura jamais rien de moi, il existe une chance, si tenue soit-elle, que jobtienne labandon et loubli, la rupture des liens et la fin du pass. Le choix.

Comme on le dit pour les drogues dures, je nai jamais tout fait retrouv le choc ineffable de la premire fois, mais cest sans importance car la vague qui me porte est bien plus puissante que la relative diminution dintensit quentrane laccoutumance. Je me traite lalcool, une lgre brume entretient la compulsion et il y a toujours un garon que je navais pas encore remarqu. Je nprouve jamais de vraie dception. On ferme deux heures et a recommence demain. Je sais aussi trs bien que tout cela nest quune sinistre farce que je me raconte moi-mme. Jai beau rsister, le mensonge se dlite quand je prends lavion de retour, le rel me remet le nez dans ma merde ds que jarrive Paris, le remords mattrape et ne me lche plus dune semelle, rendu furieux par la peur davoir failli perdre ma trace.

Mon garon enlve brusquement son tee-shirt comme il doit le faire au sport sans mme se rendre compte de la grce virile de son mouvement et il secoue la tte pour remettre en place ses cheveux bouriffs par lencolure. Cette vision me ttanise un peu plus tandis que je lobserve depuis la porte; je suis incapable de mapprocher de lui, de desserrer ltau qui mcrase la nuque et de matriser les frissons qui me prennent. Javais oubli depuis longtemps des sensations si violentes. Bizarrement, il a plus de mal retirer son pantalon et son caleon amricain, il vite mon regard, un fond de pudeur, une ombre dinquitude peut-tre devant mon comportement qui doit lui paratre exagr, insolite. Ces gosses ont largement lhabitude des hommes bien quils ne les aiment pas vraiment, ils considrent leur dsir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans ltonnement candide; il leur arrive aussi de ramasser des dingues et un Occidental de passage qui parat encore relativement jeune, a ne cadre pas avec la clientle ordinaire; mon ge, dans cette ville, on se trouve un darling gratuit quand on bnficie du prestige et des privilges de ltranger, quitte lui payer un walkman avant de repartir. Un dtritus de vieille folle peinturlure lui paratrait moins menaant et ferait mieux laffaire. Pourtant son hsitation est brve, il ne veut certainement pas se mettre en tort, il plie soigneusement ses effets quil pose sur la console de la tlvision et me fixe enfin en recommenant sourire. Toute est impeccable, aussi dessin que le reste. Do vient cette lgende qui voudrait que leur sexe soit dune taille ridicule? Je peux attester du contraire mme si je suis pas un fanatique des comparaisons superlatives qui occupent tant les conversations de certains pds.

Je sors de ma stupeur, je pose sur ses habits quelques billets dfroisss, nettement plus que la juste somme indique par le manager du club, mais il semble ne pas y prter attention. Aussi trange que cela puisse paratre, la prostitution est un tabou dans ce pays, tel point que le mot qui pourrait la dsigner nexiste mme pas.

La petite liasse na aucune valeur cet instant, elle le gne et ne lintressera quaprs, non comme le paiement dune transaction, ni comme la rtribution dun service prcis, mais plutt la manire dune rcompense amicale dtache de toute notion dobligation rciproque. De ma part, ce serait une faute de got, presque une insulte que dinsister pour quil les prenne. Les billets dispratront ensuite, sans que je men rende compte, comme par enchantement.

Mais si jai presque honte davoir commis un manquement cette politesse que je connais mal, je constate que cest encore la vieille peur dune ngociation difficile au dernier moment, voire dtre repouss en touchant au but qui aura t la plus forte. Jai toujours pay tout de suite pour prendre lavantage et sidrer ladversaire; la corruption est un sport daveugle, on allonge largent ttons tant ce quon cherche atteindre est incertain.

En loccurrence, cest un impair et heureusement le garon ne men tient pas rigueur; il suit en toute innocence sa propre rgle qui est de me faire plaisir car il nen connat pas dautre. Avec un petit signe de la main, il mindique la salle de bains, passe devant moi sans me toucher, dchire dun coup de dents ltui de cellophane qui emballe les serviettes et le gant de toilette et commence se doucher en minvitant de la tte le suivre. Et si je faisais partie de ceux qui refusent de se laver? Pour ces garons qui sont juste titre des maniaques de la propret, se drober aux ablutions cest un autre signal dalerte, mme sil est l encore trop tard pour reculer et malsant de laisser deviner sa rpugnance. Je me dshabille et le rejoins sous la douche; au cas o il se poserait encore des questions sur leffet quil me fait, elles nont plus de raisons dtre et il me savonne gaiement, cette fois bien rassur. Tout se passe normalement. En France, avec la plupart des gigolos, cest toute une histoire pour arriver les faire bander mais on nest dcidment pas en France et nous continuons avec le gant, le savon, le pommeau de la douche nous explorer et nous mesurer lun lautre en riant doucement. Il est presque aussi grand que moi et certainement plus solide, bti comme les champions de kick-boxing qui vous allongent en un clair. Mais je nai rien craindre de lui, cest un jeu dlicieux auquel je mabandonne et fermant les yeux, plein de joie et de confiance. Je ne sais plus qui protge lautre ()

Extraits de la mauvaise Vie - chez Pocket - Robert Laffont
    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
Que dit La Mauvaise vie ? de Frdric Mitterrand Extraits
          
1 1

:
 :: 2- -