. . . .        

 | 
 

 France: Affaire Woerth-Bettencourt : quand une rtractation cache une rvlation

         
/
Admin


: 5079
:
: 5321
: 19/01/2008

: France: Affaire Woerth-Bettencourt : quand une rtractation cache une rvlation    08, 2010 10:30 pm

France: Affaire Woerth-Bettencourt : quand une rtractation cache une rvlation


Les carnets de comptes des poux Bettencourt parus dans "Libration"





Se rtracte, se rtracte pas ? Cette journe du 8 juillet a commenc par les rsultats de la nouvelle audition de Claire Thibout par la police. L'ex-comptable de Liliane Bettencourt revient sur ses dclarations, qu'elle estime "romances" par Mediapart : elle n'aurait notamment jamais affirm que le prsident de la Rpublique avait reu des enveloppes. Alors que la majorit estime qu'Eric Woerth et Nicolas Sarkozy sont dsormais blanchis, l'ancienne comptable explique aux enquteurs que des versements d'argent taient malgr tout faits rgulirement des hommes politiques de premier rang au sein de l'htel particulier des Bettencourt.

* Claire Thibout se rtracte en partie, mais voque des versements d'argent des personnalits politiques

"L'article de Mediapart me fait dire que j'aurais dclar quelque chose concernant la campagne lectorale de M. Balladur. C'est totalement faux. C'est de la romance de Mediapart, assure Claire Thibout la police. De mme que je n'ai jamais dit que des enveloppes taient remises rgulirement M. Sarkozy." Voil pour la partie rtractation. Mais l'ancienne comptable de Liliane Bettencourt assure que l'htel particulier de Neuilly-sur-Seine tait un lieu pris par les politiques. "Ces messieurs venaient pour avoir de l'argent."


* Un revirement d la pression politique

Dans un chat sur Le Monde.fr, le journaliste du Monde Grard Davet estime que "personne n'a forc [Claire Thibout] s'exprimer dans Mediapart", et que son revirement est d la pression mdiatique et politique.



* L'UMP sonne la charge contre Mediapart

Claire Thibout se rtracte, mme partiellement ? Pour Claude Guant, secrtaire gnral de l'Elyse, "la vrit est rtablie". Mediapart est de nouveau la cible des attaques de l'UMP, avec en premire ligne Xavier Bertrand, le secrtaire gnral de l'UMP, qui dnonce des "mthodes totalement antidmocratiques". Pour Nadine Morano, secrtaire d'Etat la famille, les rvlations de Mediapart ne sont qu'une "opration" visant "renflouer les caisses" du site. Eric Raoult, dput UMP de Seine-Saint-Denis et maire du Raincy, pense lui que le site "pourrait tre implant Cuba". Face ces attaques virulentes, les organisations professionnelles montent au front


* Patrice de Maistre, le mal-aim du petit personnel

"Je sais que Mme Thibout, d'aprs ce qu'elle a dit ma secrtaire, me voue une haine vie car me considrant comme responsable de son licenciement." Patrice de Maistre, directeur gnral des socits Clymne et Tthys, qui grent les avoirs de Liliane Bettencourt, n'tait gure apprci du petit personnel. Il dment vigoureusement les accusations de Claire Thibout. "J'affirme ne rien savoir de l'existence suppose de cette remise de 150 000 euros."


* Franoise Bettencourt dnonce une "machination" contre sa famille

"Une machination a t mise en place pour tenter de nous dstabiliser et faire place nette", affirme Franoise Bettencourt-Meyers, hritire de l'empire L'Oral, et l'origine de la plainte contre le photographe Franois-Marie Banier pour abus de faiblesse. Elle estime que Claire Thibout est "une femme qui a subi tant de pressions de la part de M. Banier qu'elle en est tombe malade"..

    
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
France: Affaire Woerth-Bettencourt : quand une rtractation cache une rvlation
          
1 1

:
 :: 2- -