ÇáÈæÇÈÉÇáÈæÇÈÉ  ÇáÑÆíÓíÉÇáÑÆíÓíÉ  ÇáíæãíÉÇáíæãíÉ  Ó .æ .ÌÓ .æ .Ì  ÈÍÜËÈÍÜË  ÇáÊÓÌíáÇáÊÓÌíá  ÏÎæá  

ÔÇØÑ | 
 

 Lexique bousier

ÇÓÊÚÑÖ ÇáãæÖæÚ ÇáÓÇÈÞ ÇÓÊÚÑÖ ÇáãæÖæÚ ÇáÊÇáí ÇÐåÈ Çáì ÇáÃÓÝá 
ßÇÊÈ ÇáãæÖæÚÑÓÇáÉ
ÇáãÏíÑ Ã/ Øå ÇáÚÈíÏí
Admin


ÚÏÏ ÇáÑÓÇÆá : 5079
ÇáÅÓã æ ÇááÞÈ : ÑÌÇá ÇáÞÇäæä
äÞÇØ : 5321
ÊÇÑíÎ ÇáÊÓÌíá : 19/01/2008

ãõÓÇåãÉãæÖæÚ: Lexique bousier   ÇáÓÈÊ ÓÈÊãÈÑ 06, 2014 11:17 am

Lexique bousier






ABATTEMENT
Exonération fiscale qui s’applique à un certain montant de revenus. Les dividendes d'actions françaises bénéficient d'un abattement de 1.220 euros pour une personne seule et de 2.440 euros pour un couple marié. Cet abattement est supprimé pour les contribuables imposés dans la tranche supérieure de l'IR. Mais même en deçà de ces montants, les dividendes sont soumis à la CSG et à la CRDS. C'est le pourcentage de déduction applicable à un revenu catégoriel (par exemple, abattement général de 20% sur les salaires). Des abattements sont également prévus en matière de succession. Il s'agit de la somme correspondant au montant perçu en franchise d'impôt.
En matière de fiscalité, c'est la somme forfaitaire déduite des bénéfices et des revenus. Ainsi, depuis le 1er janvier 2003 un abattement tous les dix ans de 30.000 euros est effectué sur les donations aux petits-enfants.

ABONDEMENT
Somme versée par une entreprise en complément des versements volontaires de ses salariés sur un plan d'épargne entreprise (PEE).

ABUS DE DROIT
Procédure permettant à l'administration fiscale de remettre en cause un montage juridique en démontrant qu'il a été mis en place uniquement dans le but d'éluder l'impôt.

ACAVI
C'est un contrat d'assurance à capital variable immobilier, c'est-à-dire que les sommes versées ont été investies dans des actions ou des parts de SII (société immobilière d'investissement), des SICOMI (société d'investissement pour le commerce et l'industrie), de SCPI (société civile de placement immobilier).

ACCEPTATION
Manifestation de volonté par laquelle le bénéficiaire désigné d'un contrat d'assurance consolide son droit en acceptant la stipulation faite à son profit. Ce droit devient alors irrévocable.

ACHAT STOP
Placer un Achat STOP consiste à acheter le titre dès lors qu'il dépasse un prix fixé, correspondant généralement au franchissement d'une résistance, ou à la matérialisation d'une figure.

ACTE AUTHENTIQUE
Il s'agit d'un acte officiel rédigé exclusivement par un notaire. Ce dernier certifie l'authenticité du document. L'acte notarié "authentique" est daté. Il a une force probante (c'est-à-dire qu'il ne peut être contesté) et exécutoire (c'est-à-dire de même force juridique qu'une décision de justice).

ACTE SOUS-SEING PRIVE
Acte passé sous simple signature des parties. Il est courant en matière de location. En revanche, lors de la vente d'un bien immobilier, seul l'avant-contrat peut être réalisé sous la forme d'un acte sous-seing privé. La vente définitive doit être réalisée par acte authentique.

ACTIF
Ensemble des biens, créances et autres objets de valeur possédés par un agent économique à une date donnée. C'est aussi la valeur de l'ensemble de ces biens. C'est l'ensemble des ressources qu'une entreprise utilise pour fonctionner (Immobilisations, stocks, créances clients, ...).

ACTIF NET
Différence entre les actifs d’une entreprise et ses dettes. Valeur nette (de frais, de dettes) de l'ensemble des titres du portefeuille valorisé sur la base des cours de Bourse, coupon compris, et des liquidités. Ce résultat ne donne qu'une valeur très approximative de la valeur patrimoniale d'une société car certains actifs figurent souvent au bilan pour une valeur bien inférieure à leur valeur de marché.

ACTION
Fraction du capital d’une société. Titre de propriété qui confère à son détenteur un droit de vote et un droit sur les bénéfices. Une action est un titre représentant une part du capital d’une entreprise. Le détenteur de ce titre dispose du droit de percevoir une part des bénéfices de la société concernée (les dividendes). L’actionnaire détient par ailleurs un droit à l’information, un droit de vote, un droit aux actifs de l’entreprise (en cas de cessation d’activité), et un droit de participer aux augmentations de capital.
Le cours d’une action détenue dépend de la valeur que le marché boursier octroie à cette action. Si l’entreprise est solide, que ses perspectives de développement et de résultats sont bonnes et que sa valorisation en bourse n’est pas excessive, la valeur des actions augmente logiquement et régulièrement. Si, au contraire, l’entreprise connaît des difficultés ou est déjà bien valorisée par le marché boursier, le cours de l’action baisse ou se stabilise. Le cours d’une action fluctue en continu pendant la séance ou, dans certains cas, à l’occasion d’une confrontation à heure fixe de l’offre et de la demande (le fixing).

ACTION A DIVIDENDE PRIORITAIRE (ADP)
Action à dividende prioritaire, elle bénéficie d’un dividende supérieur et prioritaire, mais ne donne pas le droit de vote lors des assemblées générales.

ACTIONNAIRES NOMINATIFS
Il s'agit d'actionnaires dont les actions sont inscrites dans des comptes établis à leur nom et tenus par la société émettrice ou un prestataire.

ACTIONNAIRES AU PORTEUR  
Il s'agit d'actionnaires dont les actions sont inscrites dans des comptes tenus par un intermédiaire. Pour justifier de sa qualité d'actionnaire afin de participer aux assemblées, les actions détenues doivent être immobilisées, ce qui permet l'établissement d'un certificat par le teneur de compte.

ADMINISTRATEUR DE BIENS
Professionnel qui effectue des opérations de gestion immobilière dans le cadre d'un mandat. Ce peut être des opérations de gestion d'immeubles en copropriété (fonction de syndic) ou pour compte de propriétaires (gestion locative).

ADOSSEMENT
Contrat d'assurance-vie ou autre produit de capitalisation affecté à la garantie (remis en garantie) d'un prêt soit pour "conforter" c'est-à-dire compléter, les garanties déjà données (adossement confortatif), soit pour assurer à terme le remboursement du capital. Un acte dit de nantissement attestant la remise d'un placement en garantie est alors signé.

AGENT D'ASSURANCES
Personne habilitée par une société s'assurance à présenter ses contrats au public. Cet intermédiaire peut être agent général et donc mandaté par une ou plusieurs sociétés d'assurance ou agent salarié d'une compagnie.

AGENT IMMOBILIER
L'agent immobilier est un professionnel agréé chargé de vendre, d'acheter, de louer des biens immobiliers pour le compte de particuliers. L'agent peut aussi exercer les fonctions de syndic ou d'administrateur de biens.

AGIOS
Appelés aussi intérêts débiteurs, ils vous sont facturés en cas de compte à découvert. Ils peuvent être assortis de pénalités forfaitaires pour incident de fonctionnement de compte, si le découvert n'est pas autorisé.

ALÉAS
Évènement incertain ou dont la date de survenance est incertaine. Un événement dont on est sûr qu'il se produira ou dont la date de survenance est connue n'est pas assurable.

ALLÉGEMENT
Procédure inverse de celle du renforcement : en général, on rend la moitié de la ligne (en nombre de titres).

ALLOCATION D’ACTIFS
Stratégie qui consiste à diversifier un portefeuille, c’est-à-dire à y intégrer en les dosant plusieurs catégories d’actifs. Il s’agit de la répartition par un investisseur entre différents types de placements, c’est-à-dire les actions, les obligations ou le monétaire. Cette allocation peut également s’effectuer selon des critères géographiques ou sectoriels. Par exemple, il est important de répartir son portefeuille entre actions françaises, européennes et internationales. L'allocation peut encore s'effectuer en fonction du rendement espéré et du niveau de risque accepté (stratégie prudente, équilibrée ou dynamique).

AMF
L'autorité des marchés financiers est une autorité publique indépendante née de la fusion de la commission des opérations de bourse (COB), du conseil des marchés financiers (CMF) et du conseil de discipline de la gestion financière. Elle est chargée de la protection de l'épargne investie en produits financiers, de la surveillance de l'information donnée aux investisseurs et du bon fonctionnement des marchés.

AMORTISSEMENT
Constatation comptable de la dépréciation subie au cours du temps par les actifs d'une entreprise. C'est aussi la détermination comptable de la perte de valeur d'un bien durable au cours d'une période de temps donnée. C'est l'épargne d'une entreprise ou de l'ensemble des entreprises pour un éventuel achat de biens d'équipement en remplacement du capital déprécié. Les particuliers peuvent également pratiquer un amortissement sur leurs biens immobiliers locatifs neufs dans le cadre de la loi Besson.

AMORTISSEMENT BESSON
Sur option irrévocable du propriétaire, les logements neufs et assimilés, acquis à compter de 1999 et donnés en location peuvent donner lieu à la déduction d'un amortissement égal à 8% de leur prix d'acquisition ou de revient pour les 5 premières années de détention et à 2,5% de ce prix pour les 4, 7 ou 10 années suivantes. En contrepartie, le taux de déduction forfaitaire est ramené à 6% pendant la période d'amortissement mais le déficit foncier reportable est de 10.700 euros. De plus, le bénéficiaire doit s'engager à louer le logement nu pendant au moins 9 ans à usage d'habitation en respectant des conditions maxima de loyers et de revenus pour le locataire. Pour les logements neufs acquis à compter du 3 avril 2003, la condition de ressources est supprimée, les plafonds de loyers sont augmentés et les zones géographiques modifiées.

ANAH
La loi du 13 décembre 2000 dite loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) a étendu les subventions octroyées initialement aux propriétaires bailleurs par l'ANAH (agence nationale pour l'amélioration de l'habitat) aux propriétaires occupants sous toutefois, conditions de ressources. Les logements subventionnables doivent être achevés depuis plus de 15 ans. Peuvent être subventionnés les travaux de réparation, d'assainissement, d'amélioration et d'adaptation d'immeubles d'habitation.

ANALYSE COÛT-AVANTAGE
Évaluation systématique d'un projet public pour en déterminer son intérêt.

ANALYSE TECHNIQUE
C’est l’étude de la situation d’un cours par rapport à son évolution passée.

ANALYSTE FINANCIER
Expert attaché à un établissement financier. Il évalue les sociétés cotées et prévoit leurs bénéfices.

APPORT PERSONNEL
C'est la somme d'argent liquide dont dispose l'acheteur pour financer un achat immobilier. En général, cette somme n'est pas suffisante et un crédit immobilier est nécessaire pour compléter le financement. De l'importance de l'apport personnel va dépendre le montant du taux d'intérêt du crédit. En effet, plus l'apport personnel sera important, plus le taux d'intérêt du crédit sera bas. En général, l'apport personnel doit représenter entre 10 et 20% de l'opération.

ARBITRAGE
Vente d’un actif financier pour en acheter un autre qui offre un meilleur potentiel de valorisation. C'est aussi l'ensemble  des opérations d'achat d'un bien sur un marché suivie de sa vente sur d'autres marchés pour profiter des écarts de prix.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
Réunion annuelle au cours de laquelle le conseil d’administration d’une société fait valider par ses actionnaires les comptes de l’année écoulée et présente les perspectives. Vote du dividende, élection des dirigeants, autorisations des opérations sur le capital y sont effectués. Il y a 2 types d'Assemblée Générale (AG) : L’Assemblée Générale Ordinaire (AGO), assemblée d’actionnaires tenue au moins une fois par an par les sociétés pour l’approbation des comptes, la distribution des dividendes, la modification ou reconduction du conseil d’administration, la présentation du rapport annuel … ; l'Assemblée Générale Extraordinaire (AGE ) : assemblée d'actionnaires tenue pour prendre des décisions importantes (modifications de statuts, augmentation de capital, émission d'emprunts obligataires…). Tous les membres d'une copropriété doivent être convoqués à l'assemblée générale. Au cours de l'assemblée générale, sont soumises au vote les questions inscrites à l'ordre du jour, et seulement celles-ci. Les décisions adoptées selon les quotas imposés par la loi sont inscrites au procés-verbal de l'assemblée générale.

ASSIETTE FISCALE
Base d'imposition. L'assiette de l'impôt sur le revenu des particuliers est le total des salaires et des traitements, des gains en capital, des intérêts et ainsi de suite, reçu par un particulier pendant l'année.

ASSUJETTI
Personne soumise à un impôt.

ASSURANCE MOYENS DE PAIEMENT
En cas de vol ou de perte de votre chéquier ou de votre carte bancaire, cette assurance couvre leur renouvellement et la prise en charge des frais d'opposition. Elle limite aussi votre responsabilité pécuniaire pour l'utilisation frauduleuse de ces derniers avant l'opposition.

ASSURE
En assurances de personnes, l'assuré est l'individu désigné au contrat, sur la tête duquel repose le risque de décès ou de vie. En assurance de biens, il s'agit de la personne physique ou morale désignée au contrat dont les biens font l'objet de la garantie.

ATTRIBUTION GRATUITE
Distribution gratuite de titres aux détenteurs d’actions selon une parité définie par la société émettrice. Les sociétés procèdent souvent à des attributions d'actions gratuites réservées exclusivement aux anciens actionnaires. Cela revient à répartir le capital sur un plus grand nombre d'actions, sans impact sur la valeur de l'entreprise.

AUGMENTATION DE CAPITAL
Mise sur le marché d’actions nouvellement émises dans le but de financer la croissance de l’entreprise. L’augmentation de capital peut également s’effectuer en incorporant au capital des bénéfices non distribués. Quand une société a besoin de fonds, elle peut procéder à une augmentation de capital. Elle propose - généralement aux anciens actionnaires - de souscrire à de nouveaux titres à un prix en principe inférieur au dernier cours de bourse.

AUTOCONTRÔLE
Part du capital d’une société détenue par elle-même.

AUTOFINANCEMENT
C'est aussi le cash-flow. Il indique le montant de capitaux que l'entreprise peut dégager, en un exercice, afin d'investir. L'autofinancement est, globalement, le cumul du résultat net et des sommes consacrées à l'amortissement des investissements passés. La notion d'autofinancement donne une idée de la capacité d'investissement de l'entreprise.

AUTORISATION DE PRÉLÈVEMENT
Double mandat donné par un emprunteur autorisant d'une part l'établissement-prêteur (dit émetteur ou bénéficiaire) à prélever sur le compte du client, les mensualités convenues et d'autre part au banquier du client, à payer ces sommes.

AVANCE
Prêt consenti par l'assureur au souscripteur pendant la durée du contrat et limité au montant de la valeur de rachat de celui-ci. Une avance permet de ne pas interrompre le contrat.

AVANTAGE ABSOLU
Avantage qu'un pays possède sur un autre pays s'il peut produire un bien ou un service à un coût moindre.

AVANTAGE RELATIF
Avantage qu'un pays possède sur un autre pays s'il peut produire un bien ou un service à un coût d'opportunité moindre.

AVENANT
C'est à la fois le nom du document et de l'acte juridique modifiant un contrat.

AVIS A TIERS DÉTENTEUR
Quand le trésor public veut récupérer les sommes qui lui sont dues, il peut adresser cet avis à votre banque. Tous vos comptes bancaires (sauf compte titres) sont alors bloqués à concurrence de la somme déclarée.

AVIS DE MISE EN RECOUVREMENT
Titre ayant valeur exécutoire, c'est-à-dire authentifiant la créance fiscale non totalement acquittée dans les délais réglementaires et servant de point de départ à l'action en recouvrement.

AVIS D'IMPOSITION
Écrit sur lequel figurent les éléments servant de base au calcul de l'impôt, le montant des sommes à payer, les conditions de leur exigibilité et leur date de mise en recouvrement.

AVIS D’OPÉRÉ (AVIS D’EXECUTION)
Document adressé par un intermédiaire financier à son client, qui relate les conditions d’exécution d’une opération boursière.

AVOIR FISCAL
Il a été institué pour éviter la double imposition des dividendes, l'entreprise ayant été préalablement imposée sur ses bénéfices. C'est la somme déductible de l’impôt sur le revenu d’un actionnaire (s’il est imposable). Il correspond à 50% du dividende distribué par la société. C’est encore le montant qui s’ajoute au dividende net touché par l’actionnaire (correspondant à 50% de celui-ci) pour donner le dividende brut et qui viendra en déduction de l’impôt dont il sera redevable sur le dividende brut. L'avoir fiscal doit être ajouté aux revenus dans la déclaration fiscale de l'actionnaire. Le montant de l'avoir est ensuite déduit de l'impôt brut par le trésor public.

AYANT DROIT
Personne légalement habilitée à exercer les droits d'une autre personne. Par exemple, les héritiers sont les ayants droits de la personne décédée.


***
BACK-OFFICE
Service qui assure chez les intermédiaires financiers la gestion administrative des portefeuilles de la clientèle.

BAIL
Document définissant les relations contractuelles entre un propriétaire bailleur et un locataire. Certains baux ou contrats de location sont soumis à une réglementation particulière comme par exemple les baux d'habitation (lois du 23 décembre 1986 et du 6 juillet 1989) et les baux commerciaux (loi du 30 septembre 1953), d'autres relèvent de la libre volonté des parties (locations meublées).
Le régime fiscal des revenus retirés d'une location varie en fonction de la nature juridique du bail signé : régime des revenus fonciers pour un bail d'habitation, régime des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) pour une location meublée.

BALO
Bulletin des annonces légales obligatoires  

BALANCE COMMERCIALE
Différence entre la valeur totale des biens et des services exportés et la valeur totale des biens et des services importés au cours d'une période donnée.

BANCASSURANCE
Terme traduisant la coopération actuelle entre les banques et les sociétés d'assurance (filiale commune, commercialisation de produits d'assurance dans les réseaux bancaires, ...).

BANQUE CENTRALE
Banque qui émet la monnaie et assure l’exécution de la politique monétaire nationale ou régionale.

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE  
Elle s’est substituée depuis 1999, pour les onze pays de l’union européenne ayant adhéré à la monnaie unique, aux banques centrales de chacun des États-membres. Elle est devenue une banque centrale de l’Union monétaire européenne. Son conseil général comprend un directoire et un conseil des gouverneurs. C’est ce dernier qui a pour mission de définir et d’appliquer les orientations de la politique monétaire. La BCE décide du niveau des taux d’intérêt de l’union européenne. Elle peut les relever pour prévenir une éventuelle poussée inflationniste ou pour soutenir l’Euro.

BARÈME PROGRESSIF
L'impôt sur le revenu est calculé à partir d'un barème fixé chaque année par la loi de finances. Il est composé de tranches de revenu auxquelles sont affecté un taux dont la valeur augmente au fut et à mesure que l'on s'élève dans l'échelle des revenus.

BARRE PSYCHOLOGIQUE
Niveau de marché correspondant à un nombre rond. Lorsque le marché passe au-dessous ou au-dessus de ce seuil, une nouvelle dynamique de marché s'enclenche.

BASE D'IMPOSITION
Montant net des revenus, recette ou produits soumis à l'impôt ou une taxe déterminée et calculé selon les règles propres à cet impôt ou cette taxe.

BEAR / BEARISH
Ours. Désigne une phase baissière pour un titre ou pour un marché.Les fonds bear sont conçus pour prospérer dans les phases de baisse des marchés. Pour ce faire, leurs gérants prennent des positions vendeuses sur des contrats à terme. Appelées aussi futures, ces contrats amplifient les mouvements d’une devise, d’un taux ou d’un indice boursier. Il convient donc de distinguer les fonds bear monétaires des fonds bear obligataires et des fonds bear actions. Ces derniers présentent naturellement un niveau de risque élevé. Mais aussi des possibilités de gains bien supérieurs. Il est très facile de souscrire à un fonds bear. A condition d’avoir de fortes convictions. Certains fonds bear sont particulièrement spéculatifs. Assez simple d’utilisation et relativement accessible avec des valeurs de part comprises entre 30 et 30.000 francs environ, leur souscription est plutôt conseillée dans un scénario de forte baisse du CAC 40 ou du moins de correction sur plusieurs semaines. Car les droits d’entrée ou de sortie et les frais de gestion en font des outils plutôt onéreux que les reverses.

BENCHMARK
Indice de référence. Il donne une référence dans un secteur concurrentiel déterminé, permettant d'effectuer des comparaisons. Ainsi, le gestionnaire peut par exemple comparer la rentabilité et les risques d'un portefeuille au CAC 40. Pour les petits porteurs, connaître le benchmark d'un fonds permet de juger de la qualité de la gestion. Il suffira alors de comparer les résultats du produit souscrit à son indice de référence.

BÉNÉFICE
Les résultats bruts des entreprises sont imposables au titre de l'impôt sur les sociétés. L'entreprise décide en Assemblée Générale de la répartition de ce bénéfice net entre la distribution de dividendes aux actionnaires et l'incorporation de réserves aux fonds propres.

BÉNÉFICE NET PAR ACTION (BNA OU BNPA)
Bénéfice net (impôt réduit) de la société divisé par le nombre d’actions qui constituent le capital.  

BÉNÉFICIAIRE
Désigne dans les contrats d'assurance-vie ou d'assurance décès, la personne au profit de laquelle l'assurance a été contractée. Il n'est pas obligatoire de désigner nommément le bénéficiaire, on peut le désigner par conjoint ou enfants. Il suffit qu'il soit déterminable.

BILAN
Inventaire comptable du patrimoine et des dettes de l’entreprise, à un moment donné. Il récapitule l'ensemble des ressources financières de l'entreprise et l'emploi qui en a été fait. C'est une image de la situation patrimoniale de la société à un instant donné, date à laquelle les sociétés clôturent leurs comptes. Il regroupe l' actif et le passif d'une société.

BLUE CHIPS
Expression qui désigne les plus grandes valeurs d’un marché boursier, tant en terme de capitalisation que de liquidité. Cela désigne les valeurs très prisées du grand public et donnant lieu à des volumes d’échanges importants.

BON DE CAISSE
En contrepartie de son placement, l'épargnant reçoit un bon par lequel la banque reconnaît sa dette et s'engage à la rembourser, augmentée des intérêts convenus, à une date fixée.

BON DE SOUSCRIPTION
Droit d’achat d’une action ou d’une obligation, à un prix fixé et sur une période déterminée. Émis par la société, ce bon de souscription permet de souscrire, jusqu’à une date déterminée, à une certaine quantité d’actions, selon une parité définie à l’avance. Il est en général octroyé aux porteurs d’actions à l’occasion d’une augmentation de capital.

BONUS-MALUS
Dispositif contractuel visant à personnaliser le montant de prime du en fonction du nombre de sinistres déclarés pendant une période donnée. Il se traduit par une réduction ou une augmentation de cellec-ci.

BOURSE
La Bourse est un marché financier où l'on peut acheter ou vendre des titres. Son fonctionnement est assuré par la Euronext Paris SA filiale à 100% de Euronext NV.

BOURSE DES VALEURS
Lieu où se négocient  les valeurs mobilières.

BROCKER
Équivalent anglo-saxon du courtier ou de la société de bourse.  

BULL / BULLISH
Désigne une phase haussière pour un titre ou pour un marché.  

BULLE SPÉCULATIVE
Hausse artificielle des cours de bourse provoquée par la spéculation.

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION ( BCT)
Autorité administrative indépendante dont le rôle est de trouver un assureur à une personne assujetti à une obligation d'assurance (par exemple, assurance automobile) et qui s'est vu opposé un refus d'assurer par les sociétés contactées.

CAC
Système et logiciel de cotation assistée en continu. Il a été mis en place en juin 1986 et permet d'intervenir en Bourse à n'importe quel moment entre 9 heures et 17 heures 30.

CAC 40
Indice comprenant les 40 valeurs les plus importantes de la bourse de Paris. Sa composition est réévaluée plusieurs fois par an par un conseil d’experts financiers nommés par Parisbourse SA. La valeur de l’indice s’obtient par la division de la somme actuelle de ces 40 capitalisations boursières par leur valeur au 31 décembre 1987. A cette date, la base de l’indice CAC 40 a été fixée à 1000 points. Il est calculé toutes les 30 secondes entre 9 heures et 17 heures 35. CAC signifiait autrefois, "Compagnie des agents de change". Le CAC40 est le baromètre de l'évolution des actions françaises et étrangères. Cet indice est une moyenne pondérée du cours de 40 valeurs choisies parmi les 100 premières capitalisations boursières françaises, c'est à dire que chaque titre à un poids relatif à la valeur boursière de l'ensemble de la société. Plus la société a une taille importante, plus son évolution a une influence sur l'indice. Depuis le 1er décembre 2003, la pondération de l'indice CAC 40 d'Euronext a été modifiée : à l'instar des principaux indices boursiers mondiaux, le CAC 40 est désormais pondéré par la capitalisation flottante et non plus sur la base de la capitalisation boursière totale. Ainsi, le poids accordé à chaque valeur dans l'indice CAC dépend de la part des capitaux disponibles sur le marché, le flottant, et non plus sur la capitalisation, c'est-à-dire le capital total émis par la société. Est donc exclue la part du capital détenue directement ou indirectement par l'État, un pacte d'actionnaires, un bloc de contrôle, les fondateurs ou la société elle-même. Le flottant des valeurs au sein de l'indice sera revu chaque année à la fin du mois de juin et l'actualisation prendra effet le premier jour ouvré de septembre. Cette évolution a donc modifié la hiérarchie des valeurs françaises. Ainsi, L'Oréal et France Télécom qui faisaient partie des trois premières capitalisations, se retrouvent en 6ième et 9ième positions. Le poids maximum autorisé pour une société dans le CAC est de 15% (Total).

CADASTRE
C'est un ensemble de documents officiels qui offre une représentation cartographique très exacte du territoire communal. Le cadastre est nécessaire pour définir la propriété foncière au moment de la signature du contrat de vente. L'extrait du cadastre est aussi utilisé pour le calcul et la répartition de l'impôt foncier. Déposé à la mairie, le cadastre peut être consulté par tous.

CALL
Option d’achat sur les marchés dérivés. C’est un droit d’acheter jusqu’à une date donnée (l’échéance) une devise, un taux, un indice ou une valeur à un prix fixé à l’avance. Ce droit a une valeur qui se décompose comme pour un put entre sa valeur intrinsèque (pour une action de 110 francs, le droit d’acheter à 100 vaut 10 francs) et sa valeur temps. Les possibilités offertes sur les calls sont beaucoup plus importantes. Un call ou un call warrant est une option d’achat. Lorsqu’on l’achète, on paye une somme appelée premium : c’et le montant de notre investissement. Dès lors, on a le droit d’acheter à un prix convenu à l’avance le titre support, pendant une période donnée, ou d’abandonner son option. Mais on peut la revendre avant son échéance et c’est cette possibilité qui est intéressante. Exemple : l’action X dont le cours de bourse est de 100 euros, et dont les options d’achat arrivant à échéance dans trois mois se vendent à 10 euros l’unité pour un prix d’exercice de 105 euros. Si les cours de l’action X ne montent pas pendant trois mois, voire s’effondrent pour revenir à 70 euros, au pire on aura perdu le prix d’achat de l’option (10 euros). Mais en fait, compte tenu de notre gestion, on aura vendu avant, la perte sera donc inférieure à 10 euros. Si au contraire, le titre X s’affiche à 120 euros, le prix de notre option se sera valorisé au moins de la différence ente 105 (notre prix d’exercice) et 120, soit de 15 euros. L’option cotera donc entre 15 euros (valeur intrinsèque) et 25 euros (la valeur intrinsèque augmentée de la valeur spéculative) soit 20 euros. En revendant cette option avant l’échéance, notre gain sera de 100%. Une valorisation de 20% sur un titre support spéculatif n’a rien d’invraisemblable, même sur une courte période.  

CALL WARRANT
Valeur mobilière qui donne le droit d'acheter le support à prix fixé jusqu'à ou à une échéance donnée.

CANAL
Un canal correspond à l'intervalle existant entre un soutien et une résistance.

CANTONNEMENT
Lorsqu'un contrat d'assurance vie est dit cantonné, cela signifie que les actifs de ce contrat sont gérés distinctement des actifs des autres contrats et des fonds propres de la société d'assurance.

CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT
Surplus monétaire dégagé par l’exploitation pendant une période qui indique la capacité de l’entreprise à financer sa croissance. On la calcule généralement en ajoutant au résultat net les dotations aux amortissements et éventuellement les dotations aux provisions à caractère de réserve.

CAPITAL DIFFÉRÉ
Contrat prévoyant le versement d'un capital garanti à une échéance fixée, si l'assuré est toujours en vie. En cas de décès avant le terme contractuellement prévu, une contre-assurance peut permettre le remboursement au bénéficiaire des primes versées du capital constitué.

CAPITAL RESTANT DU
En règle générale, l'emprunteur rembourse à chaque échéance une part du capital et une part d'intérêts. Le capital restant dû représente la part du capital emprunté qui demeure à rembourser après chaque paiement. Un différé d'amortissement c'est-à-dire une période pendant laquelle le capital prêté n'est pas remboursé, peut être prévu en début de crédit, seuls les intérêts dits intercalaires sont alors payés, le capital demeurant entièrement dû.

CAPITAL RISQUE
Investissement à risque assorti de gains potentiels élevés, consistant en prises de participations dans des entreprises œuvrant en principe dans les techniques de pointe dans le secteur de la nouvelle économie.

CAPITAL SOCIAL
Ensemble des apports en espèce ou en nature effectués par les associés soit au moment de la création de l’entreprise soit au cours de la vie sociale lors des augmentations de capital. Au bilan, il représente le total de la valeur nominale de toutes les actions émises.

CAPITALISATION
Technique consistant à réinvestir les revenus générés par le portefeuille du fonds au lieu de les distribuer aux souscripteurs.
C'est aussi un contrat prévoyant la constitution d'un capital garanti à une échéance déterminée. Parfois le contrat de capitalisation comporte un tirage au sort qui permet de recevoir la somme par anticipation s'il y a sortie au tirage.

CAPITALISATION BOURSIÈRE
Valeur d’une société cotée en bourse, égale au nombre d’actions émises multiplié par le cours de cotation. La capitalisation peut aussi être calculée pour une place boursière ou pour un secteur boursier.  

CAPITAUX ÉCHANGÉS
Total des montants des transactions effectuées.

CAPITAUX LEVÉS
Total des sommes récupérées par l’entreprise lors de son introduction en bourse.

CAPITAUX PROPRES
Ensemble comprenant le capital social, les primes d’émission d’actions, les réserves, le report à nouveau, les subventions d’investissement et les provisions réglementées. Les capitaux propres constituent sur le plan juridique la garantie des tiers.

CARNET D’ORDRES
Ensemble des ordres d’achat et de vente reçus par le marché à des prix échelonnés pour une valeur déterminée. La consultation du carnet d’ordres d’une valeur est donc indispensable pour pouvoir passer ses ordres dans les meilleures conditions. En général, le carnet d’ordres présente les 5 meilleures offres d’achat et de vente à un instant t et permet de positionner au plus juste son ordre.  

CAUTION
Engagement donné par une personne physique ou morale à un créancier de s'acquitter d'une obligation si le débiteur est défaillant. Ainsi, la personne qui se porte caution d'un locataire s'engage envers le propriétaire à payer au cas où le locataire se trouverait dans l'impossibilité de la faire. De même, la personne ou la société d'assurance qui se porte caution d'un emprunteur s'engage à payer les mensualités du crédit à sa place dès que celui-ci ne serait plus en mesure de la faire.

CAUTION MUTUELLE
Engagement donné par un organisme tiers d'acquitter les sommes dues au titre d'un crédit en cas de défaillance de l'emprunteur (impossibilité de rembourser). Un cautionnement est moins coûteux qu'une hypothèque et évite les frais de mainlevée (suppression) d'hypothèque en cas de cession du bien avant le terme du crédit.

CECEI
(Comité des Établissements de Crédit et des Entreprises d’Investissement). Ce comité a pour fonction de prendre les décisions ou d’accorder les autorisations prévues par les dispositions législatives ou réglementaires applicables aux établissements de crédit. Il donne ou retire l’agrément nécessaire aux entreprises d’investissement(à l’exception des sociétés de gestion de portefeuille) et aux établissements de crédit pour être prestataires de services d’investissement.

CERTIFICAT DE VALEUR GARANTIE
Utilisé dans les OPA, souvent pour faire adhérer au projet, il permet à l'actionnaire de recevoir une somme égale à la différence entre un prix fixé à l'avance (souvent celui de l'OPA) et un cours de référence à l'échéance.

CERTIFICAT D’INVESTISSEMENT
C'est une action sans droit de vote. Elle est provisoirement séparée de son droit de vote. L'action peut être reconstituée intégralement, soit par l'achat du certificat par le détenteur d'un droit de vote, soit par l'achat du droit de vote par le porteur d'un certificat.

CESSION
Transmission d'un bien immobilier (par exemple) à titre onéreux (vente) ou à titre gratuit (donation).

CHAMP D'APPLICATION
Ensemble des biens, activités ou opérations concernées par une disposition fiscale et détermination des limites d'application de cette disposition.

CHARGES RÉCUPÉRABLES
C'est l'ensemble des frais engagés par le bailleur qu'il peut se faire rembourser par son locataire. Les charges récupérables s'ajoutent au loyer principal. Toutefois, en matière de baux d'habitation, la liste des charges pouvant être récupérées sur le locataire est limitée par le décret du 26 août 1987.

CHEQUE DE BANQUE
Ce chèque présente une garantie pour son bénéficiaire, puisque la banque bloque sur un compte spécial la provision nécessaire au paiement du chèque pendant toute la période de validité de ce dernier. Avec un chèque certifié, la provision n'est bloquée que pendant huit jours à compter de sa date d'émission.

CHIFFRE D’AFFAIRES
Somme des ventes de marchandises, des prestations de services et de produits fabriqués ainsi que des ventes de produits intermédiaires et travaux d’étude. Le chiffre d’affaires mesure l’activité de l’entreprise.

CHIFFRES CLÉS
Les "chiffres-clés" permettent d'apprécier rapidement la santé de l'entreprise sans avoir à entreprendre un examen long et parfois rebutant de tous les comptes présentés. On trouve notamment les évolutions du chiffre d'affaires, du bénéfice et des investissements. Les grandes sociétés cotées prennent l'habitude d'illustrer ces "chiffres-clés" dans leurs rapports annuels qui deviennent ainsi plus accessibles aux actionnaires individuels.

CLAUSE
Article d'une police d'assurance précisant les obligations et les droit des parties.

CLÔTURE
Fin des cotations (Bourse).On ne ferme pas un compte en banque, on le clôture ... moyennant le paiement d'une commission pour chacun des comptes soldés (Banque).

CO-EMPRUNTEUR
Personne qui signe le contrat de prêt avec l'emprunteur. Elle bénéficie du crédit au même titre que l'emprunteur mais en contrepartie, elle est soumise aux même obligations (remboursement, souscription d'assurances, etc.).

COB  
La commission des opérations de bourse est chargée par la loi de surveiller l’ensemble des marchés boursiers et d’agréer les intermédiaires assurant la gestion de portefeuille.  

CODE SICOVAM  
Numéro d’identification des titres cotés. Il est indispensable de l’indiquer dans toute passation d’ordre afin d’éviter une confusion éventuelle. C'est un code en 5 chiffres que l'on trouve dans tous les journaux financiers publiant une cote des valeurs. L'indication de ce code identifie sans ambiguïté la valeur à négocier. Il a été remplacé le 30 juin 2003 par le code ISIN (international securities identification numbers) qui est utilisé sur les autres marchés boursiers.

COLLECTEURS D'ORDRES
Ce sont des intermédiaires financiers qui ne sont pas membres d’Euronext Paris SA. Ils se chargent de transmettre les ordres de leurs clients à un négociateur.

COMMISSIONS (OU FRAIS DE COURTAGE)  
Frais prélevés par l’intermédiaire financier pour l’exécution d’un ordre de bourse. En général, la commission est le prix facturé par la banque pour réaliser une opération. Pour vous être opposable, elle doit figurer dans les conditions générales de tarification portées à votre connaissance.
Dans l'immobilier, la commission est la rémunération versée à un agent immobilier dans le cadre de l'exercice de son activité. Son montant est libre mais doit être mentionné dans le mandat obligatoire de vente, de location ou de gestion.

COMMISSIONS D'ENGAGEMENT
Commission facturée par l'établissement prêteur à l'emprunteur lorsque la totalité du montant du prêt accordé n'est pas complètement versée le jour de l'acte. Son taux de 0,50% l'an environ, est calculé sur les sommes non débloquées.

COMPENSATION OU CLEARING
Échange par les institutions financières de créances réciproques donnant lieu au règlement du solde. Sur les marchés organisés, la compensation s’effectue par l’intermédiaire d’une chambre de compensation.

COMPROMIS DE VENTE
Encore appelé promesse bilatérale ou synallagmatique de vente. Il s'agit d'un avant-contrat signé par le vendeur et l'acheteur d'un bien immobilier soit sous seing privé soit en présence d'un professionnel (agent immobilier ou notaire). La loi SRU stipule qu'un compromis de vente doit faire l'objet d'un avant-projet et l'acquéreur dispose d'un délai de réflexion de 7 jours à compter de la remise de ce projet. Ce n'est qu'au terme de ce délai que des arrhes valant moyen de dédit représentant 10% du prix prévu peuvent être versées.

COMPTANT  
Depuis septembre 2000, tous les ordres passés à la bourse de Paris sont réglés au comptant, sauf exception (ordre à règlement différé). Lorsqu’on achète une valeur au comptant, on la paie au plus tard 3 jours après l’achat effectif. Elle est également livrée 3 jours après. C'est un mode de négociation par lequel les achats et les ventes sont réglés immédiatement à l'issue de la transaction. Depuis le 25 septembre 2000, il s'applique à l'ensemble des marchés.

COMPTE A TERME
Placement dont la rémunération, garantie à la souscription, dépend du montant du dépôt et de la durée prévue (un mois à deux ans ou plus). Toute sortie anticipée est pénalisée par une réduction d'intérêts.

COMPTE DE LIQUIDATION  
Totalise les opérations réalisées sur le mois et établit le solde du compte-titres.  

COMPTE DE RÉSULTAT
Le compte de résultat décrit le flux des opérations effectuées au cours de l'exercice qui permettent de dégager un résultat bénéficiaire ou déficitaire.

COMPTE TITRES  
Compte tenu par un intermédiaire financier, sur lequel sont inscrites les valeurs mobilières détenues par un épargnant.  

CONDITIONS SUSPENSIVES
Évènements mentionnés dans la promesse de vente ou le compromis dont la réalisation est nécessaire pour l'exécution du contrat comme par exemple, l'obtention du crédit ou du permis de construire.

CONSEIL DES MARCHES FINANCIERS  
Organisme professionnel qui fixe les principes généraux d’organisation des marchés, ainsi que les règles de déontologie que doivent respecter les intervenants. Il donne son avis sur les offres publiques d’achat, d’échange et de retrait.  

CONSENSUS DE PLACE  
Moyenne des prévisions des principaux bureaux d’analyse de Paris.  

CONTINU
Sur un marché fonctionnant en continu, tout nouvel ordre provoque immédiatement une nouvelle cotation dès lors qu'il existe des ordres de sens inverse compatibles. Lorsqu'il n'y a pas de contrepartie, l'ordre est enregistré et placé en attente à sa limite sur la feuille de marché.

CONTRAT A TERME  
Ce sont des contrats sur instruments financiers (sur indices d’actions ou d’obligations, sur devises) qui pèsent le plus lourd. L’acheteur d’un contrat à terme a l’obligation (et non le droit comme pour une option) d’acheter ou de vendre un certain produit, à un certain prix, à une certaine date. C’est un produit dérivé.  

CONTRAT DE PRÊT
Document concrétisant l'offre préalable de crédit émise par la banque et précisant les obligations réciproques des contractants à savoir d'une part, l'engagement par la banque de mettre à disposition de l'emprunteur, une somme d'argent à titre onéreux pour une durée donnée et d'autre part, la promesse par l'emprunteur de rembourser le montant prêté selon les modalités prévues au contrat.

CONTRAT EN CAS DE DÉCÈS
Terme habituel pour désigner les contrats garantissant le paiement en cas de décès de l'assuré, d'un capital au bénéficiaire désigné. Sont classés dans cette catégorie, les contrats d'assurance décès temporaires, les contrats mixtes, les contrats vie entière.

CONTRAT EN CAS DE VIE
Expression désignant les contrats qui permettent de constituer un capital disponible si l'assuré est vivant au terme du contrat. Ces contrats d'assurance vie sont généralement assortis d'une garantie dite de contre assurance qui permet en cas de décès de verser un capital constitué au bénéficiaire désigné.

CONTRAT GROUPE
Les banques comme les établissements spécialisés passent des accords avec des compagnies d'assurance (contrat groupe) pour garantir contre les risques décès-invalidité et perte d'emploi, l'ensemble de leurs emprunteurs. Toutefois, la souscription du contrat proposé par l'établissement prêteur n'est pas obligatoire, on peut avoir recours à son propre assureur.

CONTRIBUABLE
Toute personne astreinte au paiement des contributions, impôts, droits ou taxes dont le recouvrement est autorisé par la loi.

COPROPRIÉTÉ
C'est le partage de la propriété d'un immeuble en plusieurs lots. L'acquisition d'un lot, comprenant une partie privative et une quote-part des parties communes, permet de devenir copropriétaire de l'immeuble. Les règles de fonctionnement et d'administration de l'immeuble figurent dans le règlement de copropriété. La gestion d'un bien immobilier acquis en copropriété étant très complexe, est elle généralement assurée par un syndic professionnel (agence immobilière ou cabinet de gestion).

COTATION
C'est l'établissement du cours par la rencontre des meilleures offres de vente avec les meilleures offres d'achat. Sur les marchés gérés par Euronext Paris SA, la cotation est assurée automatiquement par le système informatique NSC.

COTATION ASSISTEE EN CONTINU (CAC)  
Cotation assistée en continu. A Paris, la cotation des valeurs s’effectue en continu de 9h à 17h30.  

COTATION DIRECTE
C'est un mode d'introduction en Bourse. Un prix minimum est fixé à l'ouverture de la procédure. Le prix définitif s'établit en fonction de la demande de titres.

COTATION EN CONTINU  
Une valeur ou un indice cotent en continu lorsqu’il y a une confrontation continue entre une offre et une demande de titres.  

COTE
Elle donne le cours de toutes les valeurs de la bourse, leur secteur d’activité, le cours maximal et minimal atteint depuis le début de l’année.  

COTE BOURSIÈRE
Liste reprenant les cours des valeurs et de tous autres produits négociés à Euronext Paris SA.

COTISATION
Somme payée par l'assuré en contrepartie des garanties accordées par l'assureur. Synonyme de prime.

COUPON
Ancienne appellation des revenus d’actions (dividendes) ou d’obligations (intérêt). C'est l'intérêt versé annuellement au détenteur d'une obligation.

COURS
C'est le prix d'une action à un instant donné, résultant de la confrontation des ordres d'achat et des ordres de vente en présence. Sur les marchés gérés par Euronext Paris SA, il est enregistré par le système informatique NSC.

COURTAGE  
Frais facturés par l’intermédiaire financier pour passer des ordres (achat ou vente).  

COURTIER D'ASSURANCE
Personne physique ou morale ayant pour rôle d'assister ses clients dont elle est le plus souvent le mandataire pour l'exécution des contrats et le règlement des sinistres.

COURTIER EN LIGNE  
Courtier qui permet aux investisseurs de passer leurs ordres de bourse par internet. Leurs tarifs sont généralement inférieurs à ceux des intermédiaires.

COÛT DU CRÉDIT
C'est la somme obtenue en additionnant le montant des intérêts payés et les frais annexes : frais de dossier (frais prélevés par le préteur pour la mise en place du crédit), coût des assurances obligatoires et volontaires, commissions,etc.

COUVERTURE FINANCIÈRE
La couverture représente une fraction du montant d’une opération libellé en « Règlement Différé » ; elle sert de garantie pour faire face à la volatilité et au risque de marché. La couverture, en n’immobilisant qu’une partie de la transaction, génère un effet de levier. Pour respecter les règles de couverture votre intermédiaire vous demandera de disposer d’une provision constituée d’un minimum de 20 du montant de votre engagement en liquidités ou OPCVM monétaire, ou 25 en obligations ou OPCVM obligataires ou 40 en actions ou OPCVM actions. Ces proportions sont des minima, que votre intermédiaire peut décider unilatéralement de relever. Votre couverture est réajustée en permanence en fonction de la passation de vos ordres.

CRDS
Contribution au remboursement de la dette sociale. Cette contribution, au taux de 0,5% est assise sur la quasi-totalité des revenus du capital, d'activité et de remplacement. Seuls échappent à la CRDS les revenus des livrets A et bleu, des livrets d'épargne populaire et de Codevi.

CRÉANCES CLIENTS
Sommes dues à l’entreprise par ses clients.

CRÉDIT AFFECTÉ
Prêt accordé pour le financement d'un service ou d'un bien spécifique (auto, études,...).

CRÉDIT EMBOÎTABLE
Lorsque l'on cumule différents prêts, les durées de remboursement ne coïncident pas obligatoirement. Par conséquent, afin que les mensualités soient constantes, le prêteur à titre principal ajuste dans le temps les mensualités de son crédit ; il "emboîte"  les crédits pour en faciliter la gestion par l'emprunteur.

CRÉDIT D'IMPÔT
Créance sur le Trésor accordée aux bénéficiaires d'une opération effectuée dans le cadre d'une disposition fiscale particulière.

CRÉDIT FOURNISSEURS
Crédit accordé à l’entreprise par ses partenaires commerciaux.

CRÉDIT RENOUVELABLE OU REVOLVING
Crédit permanent renouvelable à chaque anniversaire pour une nouvelle période. La réserve de crédit se reconstitue au fur et à mesure des remboursements par l'emprunteur.

CRÉDIRENTIER
Celui ou celle qui est titulaire d'une rente.

CRIÉE, CORBEILLE
Autrefois les négociateurs se rencontraient à la criée autour de la corbeille. Depuis 1986, ce système traditionnel a été remplacé par le système informatique CAC puis NSC qui a automatisé la cotation. La corbeille a été démontée en Juillet 87.

CRL
Suite à la suppression de la contribution représentative du droit de bail (CRDB), la contribution additionnelle due par le bailleur est devenue une contribution autonome dénommée contribution sur les revenus locatifs (CRL). Elle est acquittée par le bailleur et s'applique aux revenus tirés de la location de locaux situés dans des immeubles achevés depuis plus de 15 ans. Son taux est de 2,5%.

CROISSANCE ÉCONOMIQUE
C'est le pourcentage de variation du produit intérieur brut (PIB).

CSG
Contribution sociale généralisée. Le taux de cette contribution est de 7,5% depuis le 1er janvier 1998.

DATE D'EFFET
Date à laquelle les garanties du contrat sont assurées par la société d'assurances. La police d'assurance doit obligatoirement indiquer la date d'effet des garanties et la durée de ces garanties.

DATE DE VALEUR
Dates à partir desquelles les opérations réalisées sur un compte bancaire sont prises en compte. C'est ainsi qu'un retrait effectué le 10 du mois peut être porté en débit sur votre relevé de compte le 8 ou le 7.
Terme emprunté au vocabulaire bancaire et qui permet de calculer la date à laquelle les sommes versées commencent à capitaliser et les sommes retirées à cesser de capitaliser.

DAX 30
Indice boursier de la place de Francfort. Il est établi à partir des 30 premières valeurs en termes de capitalisation boursière et de volume de transactions.

DAY-TRADER  
Investisseur individuel qui utilise les outils boursiers en ligne comme instrument de spéculation au jour le jour sur les marchés financiers. Le day-trading est la négociation dans la séance boursière qui se traduit par des allers-retours ou achat-vente d’une même position dans la journée.  

DÉCHÉANCE DU TERME
Perte de la possibilité de continuer à rembourser le prêt par échéances comme initialement prévu dans le contrat de prêt en raison de l'inexécution par l'emprunteur de ses engagements. Le prêteur est alors en droit d'exiger le paiement immédiat des sommes dues (capital et intérêts) majorées des pénalités stipulées au contrat.

DÉCOTE  
Différence négative entre le cours d’une action et son actif net ramenée au montant de l’actif net. On utilise notamment ce critère pour les holdings et sociétés de participation.
En matière de fiscalité, c'est la diminution de l'impôt théorique dû.

DÉCOUVERT AUTORISÉ
Forme de crédit par laquelle un banquier autorise son client à rendre son compte débiteur pour un certain montant et une certaine période. Les intérêts à acquitter sont calculés uniquement sur les sommes effectivement utilisées.

DÉDUCTION FISCALE
Mécanisme permettant de déduire une somme (généralement un pourcentage du montant d'un investissement) du revenu imposable.

DÉGRÈVEMENT
Toute suppression ou atténuation d'impôt prononcée ou accordée par la voie contentieuse (décharge ou réduction) ou par la voie gracieuse (remise ou modération).

DÉLAI DE CARENCE
Période déterminée dans le contrat pendant laquelle l'assuré n'est pas apte à bénéficier de toutes les garanties ou de certaines d'entre elles. Ce délai est décompté à partir de la date de souscription et se trouve essentiellement dans les assurances de personnes.

DÉLAI DE RECOUVREMENT  
Le DR est le délai nécessaire, en nombre d’années, pour que la somme des bénéfices futurs, actualisés, d’une entreprise égale le cours pratiqué sur l’action étudiée.  
DR = log [X(Q-1)+1] / log Q où :  
X = PER (rapport cours sur bénéfice/action du dernier exercice)  
C = taux de croissance nominale attendu du bénéfice/action  
Q= 1+C/100 / 1+ r/100 avec r= taux de rendement des obligations à long terme.  

DÉLAI DE RÉFLEXION
Afin de protéger l'emprunteur, la loi Scrivener impose un délai de réflexion de 10 jours révolus entre la date de réception de l'offre de prêt immobilier et la date de réception. Ce n'est qu'au terme de ce délai que peut être signé le contrat de prêt définitif reprenant toutes les conditions d'octroi du crédit acceptées par le prêteur et l'emprunteur.

DÉLAI DE REPRISE
Droit de l'administration de rectifier les déclarations de revenus lorsqu'elle relève des insuffisances, des omissions ou des dissimulations. Le droit de reprise est limité dans le temps ; ainsi en matière d'IRPP, il est de 3 ans plus l'année en cours.

DÉLIT D’INITIE  
Il y a délit d’initié lorsqu’un intervenant sur les marchés financiers a disposé d’informations auxquelles l’ensemble des intervenants n’a pas encore eu accès, et en a tiré profit.  

DELTA
Sensibilité du cours du warrant pour une variation d'une unité monétaire du cours du support. Il doit être ajusté de la parité, et du taux de change lorsque warrant et support ne cotent pas dans la même devise.

DEMANDE
Sur une feuille de marché on fait figurer à gauche les ordres d’achat indifféremment sous l’appellation «ACHAT» ou «DEMANDE» et à droite les ordres de vente indifféremment sous l’appellation «VENTE» ou «OFFRE».

DÉMATÉRIALISATION
Depuis le 3 novembre 1984, les valeurs mobilières françaises ont cessé d'être matériellement représentées par des titres imprimés. Les titres n'existent plus sous la forme papier. Ils sont désormais simplement inscrits sur un compte titres ouvert par le détenteur chez son intermédiaire financier. La compensation des compte titres est effectuée par EUROCLEAR.

DÉNONCIATION
A le même sens que résiliation ou renonciation et désigne la décision d'un adhérent de ne pas poursuivre son adhésion à une assurance de groupe.

DÉPÔTS DE GARANTIE
Somme d'argent déposée en garantie de la bonne exécution d'un contrat. Ainsi, dans le cas d'une location , le dépôt de garantie remis lors de l'entrée dans les lieux est restitué en fin de location si les loyers et les charges ont été payés et si le bien loué a été entretenu.

DETTE
Somme due par un débiteur à son créancier. Dans une entreprise elles sont classées en dettes financières, dettes d’exploitation et dettes hors exploitation.

DETTE A COURT TERME
Dette dont l’échéance est inférieure à un an.

DETTE A LONG TERME
Dette à plus de 5 ans en France (à plus de 1 an aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni).

DETTE FINANCIÈRE
Les dettes financières à court terme comprennent les effets à payer et les crédits bancaires à court terme. Les dettes financières à long et moyen terme comprennent les emprunts auprès d’établissements financiers, emprunts obligataires, contrats de crédit bail

DEVOIR DE CONSEIL
Obligation accessoire, généralement non écrite, que fait naître pour le vendeur, le fait de s'adresser à une personne qualifiée pour souscrire un contrat.

DIAGNOSTICS OBLIGATOIRES
Les Pouvoirs Publics imposent dorénavant aux vendeurs de biens immobiliers de produire lors de la signature de l'avant-contrat, certains documents justifiant le métrage du bien, la qualité des installations de gaz, l'absence de plomb dans les peintures, de termites dans les boiseries et d'amiante dans les matériaux utilisés. La loi SRU impose de plus un diagnostic technique pour les immeubles devant être mis en copropriété.

DILUTIF  
Se dit de tout ce qui fait baisser le bénéfice par action. Une dilution est le phénomène temporaire d’une opération de croissance. Quand une entreprise ne dispose pas de liquidités suffisantes (pour faire l’acquisition de nouvelles activités pouvant avoir une synergie avec celles existantes par exemple) et qu’elle ne veut pas se séparer d’une partie de ses activités, l’entreprise peut avoir recours à l’emprunt. L’effet dilutif ne se produit alors pas au niveau du résultat net par action ni à celui des fonds propres, mais à celui de la rentabilité globale, du fait de la charge de l’emprunt qui vient en déduction des profits des entreprises fusionnées. Il existe une autre méthode dilutive qui consiste à acheter des actifs en les payant avec des actions créées à cet effet. Le nombre d’actions s’accroît, de même que le capital et les fonds propres. Si l’entreprise acquise est moins rentable que celle qui l’acquiert, le prix à payer est là très important, l’effet dilutif est immédiat.  
Exemple : l’opération envisagée puis abandonnée entre Danone et Quaker Oats. Le prix de cette dernière société était jugé trop élevé. L’acquisition aurait donc été dilutive dans l’immédiat et ne serait devenue relutive qu’à un terme jugé trop éloigné, donc trop aléatoire. La Bourse a immédiatement réagi à l’annonce de l’opération : les cours de Danone ont baissé fortement. A l’annonce de l’abandon de l’opération, les cours sont remontés tout aussi sensiblement. Cela étant, il peut entrer dans la stratégie de l’entreprise de braver la Bourse en acceptant de diluer ses profits, afin de prendre des parts de marchés qui peuvent être capitales pour l’avenir.  
Il existe une autre forme de dilution inoffensive pour l’actionnaire : c’est l’attribution gratuite d’action. Lorsqu’une société distribue une nouvelle action gratuite pour cinq anciennes, elle augmente de 20% le nombre d’actions et, en conséquence, le bénéfice net par action sera réduit d’autant. Mais pour l’actionnaire recevant ces actions gratuites, sa part de profit sera la même. De plus, bien souvent le dividende unitaire est maintenu, ce qui fait que ses revenus s’accroissent. Par ailleurs, cette fausse dilution représente en revanche, une vraie augmentation de la liquidité du titre.  

DISCOUNT BROCKER  
Courtier en ligne pratiquant des frais de courtage particulièrement bas.  

DISPONIBILITÉS BANCAIRES
Montant des fonds liquides détenus par une entreprise.

DISTRIBUTION
Au lieu d'être capitalisés dans le fonds, les revenus générés par les titres détenus dans le portefeuille sont distribués aux épargnants sous forme de dividendes. Un même fonds peut offrir la possibilité de souscrire des actions de distribution (appelées généralement "D") et des actions de capitalisation ("C").

DIVERSIFICATION
Stratégie de répartition des actifs financiers entre différents types de valeurs mobilières. Elle a pour but de diminuer le risque d'un portefeuille en répartissant les investissements par types de valeurs, par secteurs d'activité et par zones géographiques.

DIVIDENDE  
Part des bénéfices qui est distribuée aux actionnaires, après décision de l’assemblée générale. La fiscalité applicable aux dividendes d'ORCVM est celle des titres qui ont donné lieu à son versement. S'il s'agit d'actions, les revenus sont soumis à l'impôt sur le revenu après abattement de 1220 euros pour une personne seule et 2440 euros pour un couple marié. Les dividendes généras par des OPCVM obligataires sont taxés au choix à l'impôt sur le revenu ou soumis à un prélèvement forfaitaire libératoire (taux de 25%). Enfin, les dividendes de source étrangère sont soumis à l'impôt sur le revenu.

DIVIDENDE NET
Dividende payé par l'entreprise avant l'avoir fiscal.

DIVIDENDE GLOBAL
Inclut le dividende plus l'avoir fiscal, égal à 50% du dividende net. C'est ce que reçoit réellement l'actionnaire.

DIVISION DU TITRE (SPLIT)
Une société peut décider de procéder à la division de son titre lorsque celui-ci atteint une valeur trop élevée qui pourrait pénaliser la liquidité du titre.  Quand la société décide de diviser la valeur nominale de ses actions, le nombre d'actions composant le capital se multiplie dans la même proportion.

DJ EURO STOXX 50
Indice boursier européen du groupe américain Dow Jones, regroupant 50 entreprises parmi les plus grosses capitalisations de la zone euro.

DJ STOXX 50
Indice boursier européen du groupe américain Dow Jones, regroupant 50 entreprises parmi les plus grosses capitalisations de la zone européenne (n'appartenant pas obligatoirement à la zone euro).

DOMICILE FISCAL
Une personne est considérée comme ayant en France, son domicile fiscal lorsqu'elle se retrouve dans l'un des 4 cas suivants : foyer en France, lieu de séjour principal en France, activité professionnelle en France ou centre de ses intérêts économiques en France.

DOMICILIATION
En contrepartie de l'octroi d'un crédit immobilier ou d'une autorisation de découvert, votre banquier exigera souvent que vous domiciliez votre salaire sur un compte dans son établissement.

DONNÉES DE MARCHE
Les données de marché sont les informations diffusées par Euronext et relayées par les rediffuseurs professionnels. Les plus courantes sont les cours, les volumes en titres et en capitaux, le plus haut et plus bas de la séance…

DOUBLE CREUX (DOUBLE BOTTOM)
A l'inverse du Double Sommet, le Double Creux représente une figure haussière, qui intervient après deux points bas et le franchissement d'une ligne de résistance.

DOUBLE SOMMET (DOUBLE TOP)
Le double Sommet est proche de la Tête et Epaule. Les cours inscrivent deux sommets successifs, avant de franchir en baisse leur soutien, donnant ainsi un signal de vente.

DOW JONES (DOW JONES AVERAGE INDUSTRIAL 30)  
C’est le plus ancien des indices boursiers : créé en 1984. Il porte le nom de ses deux créateurs, Dow et Jones. Même si il est peu représentatif des valeurs cotées à Wall Street (place de New York), il ne comprend que 30 valeurs, soit environ un quart de la capitalisation boursière du New York Stock Exchange (NYSE). Il repose sur les grandes valeurs industrielles de l’ancienne économie. C'est aussi le nom d'une agence d’information économique et financière américaine.

DOW JONES EURO STOXX 50  
Indice des 50 principales valeurs des 15 bourses de l’union européenne sans le Luxembourg, plus la Suisse et la Norvège. Il est calculé toutes les 15 secondes entre 8 heures et 17 heures 45, avec une base 1000 au 31 décembre 1991. Il se décline en plusieurs secteurs : Dow Jones Stoxx 50 qui regroupe 50 valeurs européennes choisies parmi 16 places financières d’Europe de l’Ouest, base 1000 au 31 décembre 1991 ; Dow Jones Stoxx banque (59 valeurs européennes du secteur bancaire) ; Dow Jones Stoxx Energie (23 valeurs européennes du secteur de l’énergie) ; Dow Jones Stoxx Télécommunications (17 valeurs européennes du secteur des telecoms).  

DROIT D’ATTRIBUTION
Dans le cas d’attribution gratuite d’actions, un droit d’attribution est détaché et remis au porteur d’actions anciennes. Lors d'une attribution gratuite de nouvelles actions, l'ancien actionnaire détache un droit d'attribution de chacune des actions qu'il détient. Disposant de "n" droits, l'ancien actionnaire obtient une ou plusieurs actions gratuites.

DROIT D'ENREGISTREMENT
L'enregistrement est une formalité qui constate l'existence d'un acte et lui donne une date certaine. Certains actes sont soumis obligatoirement à l'enregistrement en raison de la qualité de ceux qui les rédigent (notaires, huissiers, ...), d'autres le sont en raison de l'opération juridique qu'ils constatent (marchands de biens...).
Il est aussi possible de présenter volontairement à l'enregistrement des actes pour convenance personnelle : reconnaissance de dette, bail d'immeuble,...
Les droits à acquitter sont calculés de trois sortes : taux fixes (actes volontaires), proportionnels (mutations à titre onéreux...) ou progressifs (mutations à titre gratuit...).

DROIT D'ENTRÉE
Droit à payer pour accéder à un fonds de placement collectif. Ces frais forfaitaires peuvent être fixes ou dégressifs en fonction de l'importance des sommes investies. Ils sont généralement exprimés en pourcentage de la valeur liquidative mais peuvent aussi être exprimés en euros.

DROIT DE GARDE  
Frais prélevés par les intermédiaires financiers pour la tenue des comptes titres. Ces frais sont fonction du nombre de lignes et de la taille du portefeuille. Ils sont déductibles du revenu imposable (sauf sur un PEA). Ils sont prélevés en général une fois par an. Ils ne sont déductibles des revenus que si le produit qui les a générés distribue des revenus taxables à l'impôt sur le revenu.


ÇáÑÌæÚ Çáì ÃÚáì ÇáÕÝÍÉ ÇÐåÈ Çáì ÇáÃÓÝá
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
ÇáãÏíÑ Ã/ Øå ÇáÚÈíÏí
Admin


ÚÏÏ ÇáÑÓÇÆá : 5079
ÇáÅÓã æ ÇááÞÈ : ÑÌÇá ÇáÞÇäæä
äÞÇØ : 5321
ÊÇÑíÎ ÇáÊÓÌíá : 19/01/2008

ãõÓÇåãÉãæÖæÚ: ÑÏ: Lexique bousier   ÇáÓÈÊ ÓÈÊãÈÑ 06, 2014 11:18 am


DROIT DE GESTION
Frais payés en rétribution de la gestion du placement collectif. Leur montant devrait apparaître de façon précise sur les documents d'information.

DROIT DE PRÉEMPTION
Il s'agit d'un droit de propriété qui accorde à l'État et aux collectivités locales la possibilité de devenir propriétaire d'un bien immobilier. Le droit de préemption permet à l'État, lors de la mise en vente d'un bien immobilier, de bénéficier d'une priorité d'achat sur n'importe quel autre acquéreur. Dans le cas ou la vente d'un bien n'est pas envisagée, l'État a la possibilité de l'acheter en faisant exproprier le propriétaire.
Le droit de préemption de l'État ou de la commune sur un terrain permet d'éviter la construction sur des zones protégées. Il rend aussi possible la réalisation d'une politique d'intérêt général, comme l'aménagement d'espaces verts, etc.
Le droit de préemption s'applique aussi au locataire d'un bien immobilier. En effet, celui-ci dispose de ce droit dans le cas où le propriétaire bailleur se décide à vendre son appartement ou sa maison. Ce dernier doit adresser en priorité une offre de vente au locataire occupant les lieux du bien à vendre.

DROIT DE RÉFLEXION
La loi a donné aux acheteurs de biens immobiliers et aux emprunteurs le droit de réfléchir sur le bien fondé de la décision prise pendant un temps déterminé et éventuellement de changer d'avis.

DROIT DE RÉTRACTATION
Comme le droit de réflexion, le droit de rétractation permet à un acheteur de revenir sur sa décision pendant une période de temps limitée.

DROIT DE SOUSCRIPTION
Droit octroyé à l’actionnaire en cas d’augmentation de capital pour souscrire aux actions nouvelles. En cas d' augmentation de capital, on détache un droit de souscription de l' action ancienne. Disposant de "n" droits, l'ancien actionnaire peut acquérir une ou plusieurs actions nouvelles actions au prix fixé dans les modalités d'émission.

DROIT DE VOTE
A chaque action ordinaire est attaché un droit de vote. Celui-ci donne la possibilité de voter lors des assemblées d'actionnaires. Quand les statuts le stipulent, le droit de vote peut être doublé pour ceux qui détiennent leurs titres depuis au moins deux ans. Les actions à dividende prioritaire et les certificats d'investissement sont dépourvus de droit de vote.

DUREE DU CONTRAT
Période pendant laquelle l'assureur et l'assuré sont liés par les termes du contrat. Cette durée doit être mentionnée de façon visible dans les contrats.

EASDAQ
European association of securities dealers automated quotation. Marché basé à Bruxelles et regroupant plus de 5000 sociétés européennes.

EBITDA
Earnings before interest, Taxes, depreciation and amortization, soit les bénéfices avant paiement des intérêts des emprunts, des impôts, des provisions pour dépréciation et amortissement. Norme internationale permettant de comparer la rentabilité économique de sociétés de nationalité différente. Proche de la notion française d'excédent brut d'exploitation.

ÉCART D'ACQUISITION
Différence entre le prix d'acquisition d'un actif et sa valeur comptable. Un écart d'acquisition positif est appelé goodwill ou survaleur. Un écart d'acquisition négatif est appelé badwill.

ÉCHÉANCE
Terme pouvant à la fois désigner la date à laquelle un paiement doit être effectué et le montant de ce paiement. Une échéance est dite échue lorsque sa date de paiement est dépassée. Quand le prêteur accepte le paiement de la mensualité à une date ultérieure, on parle alors de report d'échéance.

ÉCHÉANCE DE PRIME
On parle aussi d'échéance de cotisation. C'est la date à laquelle la prime ou la cotisation est due et doit donc être payée.

EFFET DE CLIQUET
Mécanisme permettant d'engranger définitivement les bénéfices acquis pendant une certaine période. Les contrats d'assurance vie en francs bénéficient de cet effet de cliquet.

EFFET DE LEVIER ou ÉLASTICITÉ
Possibilité de jouer plus que sa mise. Mesure du gain espéré d’une opération financière par rapport à l’investissement de base. Dans la pratique on parle d’opération à effet de levier. Le Service à Règlement Différé permet d’utiliser un effet de levier maximum de 5 (avec 100 € on peut acheter 500€). L’effet de levier quintuple les gains mais peut aussi quintupler les pertes.
Les variations d'un warrant sont plus amples que celles de son support. L'effet de levier mesure la variation du pourcentage du cours du warrant pour une variation de 1% du cours du support.

ÉMETTRE DES ACTIONS
Créer et offrir des titres sur le marché financier afin de procurer à l’émetteur de nouveaux fonds. Une émission d’actions peut prendre plusieurs formes, offre à prix ferme (OPF), offre à prix minimal (OPM), placement privé auprès d’un nombre limité d’investisseurs.

ÉMISSION
Mise sur le marché d’actions d’une société ou d’obligations représentant l’emprunt d’une société ou de l’État.

ENCAISSEMENT
Paiement reçu en espèces, par chèque ou par inscription au crédit du compte.

ENCHÈRES
Les ventes aux enchères de biens immobiliers soit organisées par les notaires doit dites à la barre (ventes judiciaires demandant les services d'un avocat) sont des ventes à la bougie, c'est-à-dire que de petites mèches sont utilisées et il faut que deux feux successifs soient éteints sans nouvelle enchère pour que la vente soit adjugée.

ENCOURS
Valeur du portefeuille d'une OPCVM au temps T. Elle est calculée en fonction des cours de bourse à ce moment précis auquel on ajoute le montant des liquidités en compte. Cet encours est donc variable.

ENGAGEMENT
Promesse contractuelle d'un assureur envers un assuré de payer une somme donnée à une date donnée ou en cas de survenance de l'aléa garanti. Le total des engagements pris par un assureur est indiqué au bilan de la société au poste "provisions techniques".

ENTREPRISE D'INVESTISSEMENT
Société habilitée à proposer des services d'investissement comme la gestion de portefeuille pour le compte de tiers : les sociétés de bourse en font partie. Aux termes de la loi du 2 juillet 1996, les entreprises d'investissement sont des sociétés exerçant à titre principal des activités de service en investissement (négociation, gestion pour compte de tiers, intermédiation).

ÉTABLISSEMENT DE CRÉDIT
Personne morale qui effectue à titre de profession habituelle des opérations de banque.

EURIBOR (TIBEUR)
Indice bancaire européen qui représente le taux prêteur pratiqué sur le marché bancaire européen pour les crances de première catégorie. Il sert de référence dans la majorité des prêts immobiliers à taux variable.

EUROCLEAR FRANCE SA
Le 10 janvier 2001 EUROCLEAR FRANCE SA est née de la fusion de SICOVAM SA et de EUROCLEAR. EUROCLEAR FRANCE SA est le dépositaire central français et le gestionnaire du système de règlement/livraison.

EURONEXT
Union des bourses de Paris, Bruxelles et Amsterdam. Euronext est né le 22 septembre 2000. Son président est Jean-François Théodore, directeur de la bourse de Paris depuis 1990. 1ère bourse paneuropéenne résultant de la fusion des bourses d'Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et Paris. Euronext est une société de droit néerlandais. Pour des raisons d'ordre réglementaire (notamment en matière de listing et d'OPA/OPE), les quatre entreprises de marché, désormais filiales à 100 % d'EURONEXT NV et rebaptisées Euronext Amsterdam, Euronext Bruxelles, Euronext Lisbonne et Euronext Paris, subsistent. Euronext NV possède également 100 % d'EURONEXT LIFFE dédié aux marchés dérivés. Elles constituent pour les émetteurs, les intermédiaires et les investisseurs quatre portails d'accès à un marché dont l'unification est effective.

EUROSTOXX 50
Indice phare de la zone euro. Il est constitué des 50 plus grosses sociétés dont le siège social est situé au sein des onze pays ayant adopté la monnaie unique.

ÉVALUATION PAR SCORE
Technique d'appréciation de la solvabilité d'un client à partir de renseignements personnels (situation de famille, ancienneté dans le travail, couleur du véhicule, etc.).

EXERCICE
Décision réservée à l'acheteur du warrant de faire valoir le droit qui lui revient. Dans le cas d'un call, l'exercice revient à acheter le support au prix d'exercice, à la vendre dans le cas d'un put.

EXIGIBILITÉ
Droit que le Trésor Public peut faire valoir à partir d'un moment donné, auprès du redevable pour obtenir le paiement d'une taxe ou d'un impôt.

EXONÉRATION
Dispense d'impôt sous certaines conditions fixées par la loi.

EXPERT
Professionnel spécialisé dans une discipline ou une technique auquel les parties ou le juge font appel pour avoir un avis.

EXTOURNER
Quand votre chargé de clientèle vous rembourse tout ou partie du prix d'un service pour soigner sa relation commerciale avec le bon client que vous êtes ou pour se faire pardonner une erreur.

FACILITE DE CAISSE
Autorisation de découvert prévoyant un tarif préférentiel pour les agios. Ce contrat portant sur un montant modeste en proportion de vos revenus et sur une durée limitée à une ou deux semaines par mois est destiné à couvrir les problèmes de trésorerie de fin de mois.

FAIT GÉNÉRATEUR
Fait par lequel sont réalisées les conditions légales nécessaires à l'exigibilité d'une taxe ou d'un impôt.

FCP
Un fonds commun de placement est une copropriété de valeurs mobilières gérée par un professionnel pour le compte de porteurs de parts. A la différence des SICAV, les FCP ne jouissent pas de personnalité juridique et ils ont moins d'obligations d'informations.

FEDERAL RESERVE (FED)
La Federal Reserve a été fondée aux USA en 1913 dans le but d’apporter à la nation une monnaie et un système financier plus sûrs, plus flexibles et plus stables. Ses attributions sont celles de toute banque centrale : conduire la politique monétaire, superviser les institutions de crédit, maintenir la stabilité du système financier et assister le gouvernement américain. C’est l’autorité monétaire la plus écoutée du monde. Chacune des déclarations de son président est susceptible d’influencer les marchés financiers à la hausse ou à la baisse. Et ce particulièrement lors de la réunion de son comité monétaire, 8 fois par an, à l’occasion de laquelle la FED décide de modifier ou non ses taux d’intérêt.

FEUILLE DE MARCHÉ
Tout au long d'une séance de bourse, les ordres sur une même valeur se classent dans ce que l'on appelle une "feuille de marché". Ce tableau comporte deux colonnes Achat et Vente. Chaque nouvel ordre entrant est classé dans la colonne correspondante en utilisant la règle de prix, puis à limite égale la règle de temps. Les meilleures offres et les meilleures demandes apparaissent alors en haut des colonnes.

FISCALITÉ
L’impôt de bourse : 0,3% du montant brut de l’opération est directement perçu pour toute transaction supérieure à 50.000 francs. A ne pas confondre avec l'imposition des plus values mobilières.
Une TVA de 19,6% est perçue sur les frais de courtage facturés par vos intermédiaires.
Les dividendes reçus (avoir fiscal inclus) bénéficient d’un abattement annuel forfaitaire fixé à 8.000 francs pour un célibataire et à 16.000 francs pour un couple marié. Au-delà, ils sont soumis à l’impôt progressif sur le revenu (IRPP) auquel s’ajoutent les 10% des diverses taxes sociales (prélèvements sociaux, CSG, CRDS). Ils bénéficient en revanche de la restitution de l’avoir fiscal sous forme de crédit d’impôt.
Le PEA présente deux avantages fiscaux : pas d’imposition des dividendes perçus, pas d’imposition des plus-values réalisées (à condition de ne pas dépasser 600.000 francs pour une personne, 1.200.000 francs pour un couple ; l’épargne doit rester investie pendant 5 ans après le premier versement ; seuls les titres français ou européens dans le cadre d’OPE sur des sociétés françaises qui étaient déjà dans le portefeuille).

FIXING OU FIXAGE
L’offre et la demande de titre sont confrontées à heure fixe, une ou deux fois par jour. Il s’agit d’un mode de cotation établissant le cours d’un titre à un ou plusieurs moments donnés de la journée et non en continu. Il a pour but de réaliser le plus grand nombre de transactions. Il s'agit d'une méthode de calcul du cours des titres. Après une période pendant laquelle les ordres sont accumulés dans une feuille de marché sans qu'aucune transaction n'intervienne, NSC procède à la comparaison des cumuls. Pour chaque limite inscrite dans la feuille de marché, le système additionne les quantités cumulées dans chaque colonne Achat et Vente. L'ordinateur compare alors les cumuls de chaque colonne pour établir la limite qui permet l'échange du plus grand nombre de titres. Cette limite devient alors le cours de la valeur et tous les titres compris dans le cumul sont immédiatement échangés à ce prix.

FLIGHT TO QUALITY
Ce terme qui se traduit par "vol vers la qualité" décrit le mouvement des capitaux fuyant le marché des actions pour se réfugier sur des actifs plus sûrs comme par exemple les obligations, en raisons de perspectives internationales par exemple.

FLOTTANT
Pourcentage du capital d’une société qui est librement négociable en bourse et qui n’est donc pas détenu par les actionnaires stables. Il conditionne la liquidité du titre. C’est la partie non captive du capital d’une société, susceptible d’être acquises par tout un chacun par les voies boursières normales. On pourrait parler de capital circulant par opposition aux actions qui sont détenues par la ou les sociétés de contrôle, voire l’autocontrôle, ou les sociétés de portefeuille voire les OPCVM.

FONDS A FORMULE
Nom donné aux fonds garantis ou assortis d'une protection. Seuls les fonds présentant une garantie intégrale du capital à l'échéance peuvent adjoindre la mention capital garanti. De plus, les notices d'information et les documents commerciaux de ces fonds ont été réaménagés pour être plus lisibles pour l'investisseur. Ils doivent présenter 3 scénarios d'évolution des paramètres de marché, mentionner les avantages et inconvénients de la formule de calcul, et avertir les souscripteurs sur le risque en capital encouru en cas de sortie avant la date d'échéance.

FONDS COMMUN DE PLACEMENT (FCP)
Fonds commun de placement. C’est un portefeuille de valeurs mobilières géré par un intermédiaire financier. Le Fond Commun de Placement est un portefeuille de titres géré par un professionnel et proposé par un établissement financier ou une banque. Le souscripteur, qui détient l'équivalent d'une tranche de portefeuille, est un détenteur de parts. La valorisation du FCP se fait de manière hebdomadaire.

FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION (FCPI)
Créés en 1997, ce sont des fonds communs de placement à risques, valeurs mobilières assorties d'un statut fiscal privilégié destiné à compenser la nature risquée de ce placement. La réduction d'impôt offerte à la souscription de parts de FCPI devait prendre fin au 31 décembre 2002, mais le gouvernement a décidé de proroger ce régime pour 5 années, jusqu'au 31 décembre 2006. La souscription de parts de FCPI ouvre droit à une réduction d'impôt égale à 25% de son montant, dans la limite de 12.000 euros pour une personnes et de 24.000 euros pour un couple marié. En contrepartie, le souscripteur devra conserver ses titres au moins 5 ans, sans quoi l'administration remettra en cause l'avantage fiscal (sauf si la cession résulte du licenciement, de l'invalidité ou du décès du contribuable ou de son conjoint). Mais la plupart des FCPI ne proposent pas de sortie avant 7 ans, et souvent en contrepartie de pénalités dissuasives. Une fois le cap légal des 5 ans franchi, la vente ou le remboursement des parts de FCPI se fera en franchise d'impôt et ne fera pas tourner le compteur des cessions de valeurs mobilières (7.650 euros en 2002).
Les actifs des FCPI doivent être investis à hauteur de 60% dans des sociétés non cotées et innovantes. Sont considérées comme telles des sociétés qui ont reçu à ce titre un label délivré par l'agence nationale de la valorisation de la rechercher (ANVAR), ou celles ayant réalisé des dépenses de recherche d'un montant au moins égal au tiers de leur chiffre d'affaires le plus élevé au cours des 3 derniers exercices. Les 40% restants sont en général investis dans des OPCVM ou dans des sociétés cotées.
Les droits d'entrée sont de l'ordre de 5%, et les frais de gestion s'élèvent en moyenne à 3,5%.

FONDS DE FONDS
Ce sont pour la plupart des FCP, mais également parfois des SICAV, investis dans des parts d’autres FCP ou SICAV. S’ils ont pour avantage de mieux répartir le risque sur différents supports, ils ont en revanche souvent des frais plus élevés. En effet, les frais du fonds de fonds s’ajoutent à ceux des fonds qui le composent.

FONDS DE PENSION
Fonds d’épargne en valeurs mobilières qui assurent la constitution d’un capital retraite aux salariés.

FONDS MAÎTRE / NOURRICIER
Innovation récente du droit français qui permet à un établissement de proposer une gestion similaire à des conditions tarifaires différentes, le fons nourricier étant investi exclusivement dans des titres du fonds maître.

FONDS PROFILES
Un fonds profilé est une SICAV ou un FCP adapté au profil de l’épargnant. Il est investi en actions, en obligations et parfois en monétaire. C’est la répartition entre des différentes classes d’actifs quoi définit le profil du fonds, c’est-à-dire son degré d’exposition aux aléas des marchés financiers. Les fonds ainsi profilés permettent à l’épargnant de déléguer la gestion de ce risque à des professionnels. En choisissant un profil, le client choisit le niveau de risque qu’il accepte de prendre par rapport à la performance qu’il recherche. Trois profils sont généralement proposés par les banques : prudent, équilibré et dynamique ; s’y adjoint parfois un profil offensif. Les fonds profilés permettent aussi à l’investisseur d’éviter de prendre lui-même en charge sa stratégie d’investissement et l’allocation de ses actifs. En effet, leurs émetteurs vous proposent un placement boursier clé en main, avec une répartition standard entre les différents types d’investissements.
Un fonds dynamique accorde une large prédominance aux actions. Celles-ci représentent en général 60 à 80% du portefeuille, voire davantage. Le reste est composé d’obligations et parfois de monétaire. Un fonds équilibré est rarement investi à plus de 50% d’actions. Les obligations permettent d’amortir les secousses de la bourse et peuvent représenter jusqu’à 60%, le reste étant investi en monétaire. Un fonds prudent a pour principal objectif de sécuriser les investissements. Il maintiendra la part des actions entre 0 et 20% au profit des obligations et du monétaire.

FONDS PROPRES
Capital social d’une société augmenté de ses réserves. C'est le total des actifs possédés par une société moins l'ensemble de ses dettes.

FOOTSIE (FTSE)
Indice des 100 principales valeurs de la bourse de Londres représentant environ 70% de la capitalisation boursière totale.

FOYER FISCAL
Il se compose du contribuable lui-même (ou des conjoints pour les couples mariés) ainsi que des enfants et des personnes à charge pour le calcul de l'impôt sur le revenu. Le foyer fiscal se limite à une seule personne pour les célibataires, les veufs ou divorcés sans personne à charge.

FRAIS ANNEXES
Lors de l'octroi d'un crédit, il y a lieu de prévoir en sus du taux d'intérêt à payer des frais annexes comme les frais de rédaction et d'étude du dossier (frais de dossier), le coût des assurances, les frais d'hypothèque, etc.

FRAIS D'ACQUISITION
Ensemble des frais et des droits consécutifs à la réalisation d'une vente immobilière. Ils représentent pour un bien d'habitation ancien entre 6,5 et 7 % du prix de vente. Il faut noter que les honoraires du notaire en constituent une part très faible ; c'est pour cela qu'il est impropre de parler de frais de notaire. C'est en principe à l'acquéreur du bien de les acquitter.

FRAIS DE CHARGEMENT
Partie de la prime ou de la cotisation correspondant aux frais d'exploitation et de distribution de la société d'assurances.

FRAIS DE COURTAGE
Rémunération perçue par l’intermédiaire lors d’une opération de bourse. S'y ajoute l'impôt de Bourse.

FRANCHISE
Par du dommage que l'assuré conserve à sa charge. Le montant de la franchise vient en déduction de l'indemnité d'assurance.
En matière fiscale, c'est une technique consistant à ne pas percevoir l'impôt lorsque le montant théoriquement dû n'atteint pas un chiffre minimum.

FRANCHISSEMENT DE SEUIL
Situation selon laquelle un investisseur ayant acquis une part significative des titres d’une entreprise, franchit diverses limites et doit prévenir le conseil des marchés financiers.

FRANCO
Si vous réalisez un aller-retour dans la journée (vous achetez et vous vendez le jour même), les frais ne vous sont comptés qu’une seule fois (on parle d’opération franco). Le débouclage de votre opération ne vous occasionne pas de frais de courtage supplémentaire.

FT-SE 100
Surnommé le footsie, c’est l’indice de la bourse de Londres. Il regroupe 100 valeurs représentatives du Royaume-Uni. Base 1000 au 3 janvier 1984.

ÇáÑÌæÚ Çáì ÃÚáì ÇáÕÝÍÉ ÇÐåÈ Çáì ÇáÃÓÝá
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
ÇáãÏíÑ Ã/ Øå ÇáÚÈíÏí
Admin


ÚÏÏ ÇáÑÓÇÆá : 5079
ÇáÅÓã æ ÇááÞÈ : ÑÌÇá ÇáÞÇäæä
äÞÇØ : 5321
ÊÇÑíÎ ÇáÊÓÌíá : 19/01/2008

ãõÓÇåãÉãæÖæÚ: ÑÏ: Lexique bousier   ÇáÓÈÊ ÓÈÊãÈÑ 06, 2014 11:19 am

GAP
Différence entre cours d’ouverture d’un titre au jour J et son cours de clôture au jour (J-1).

GAP DOWN
Le cours d’ouverture est inférieur à celui de la fermeture de la veille.

GAP UP
Le cours d’ouverture est supérieur à celui de la fermeture de la veille.

GARANTIE
Engagement d'un assureur de prendre ne charge les conséquences de la réalisation d'un risque selon les termes prévus au contrat.

GARANTIE DE COURS
Lorsque l'acquéreur vise un bloc de titres, l'opération d'achat s'appelle une garantie de cours. La cession ne portera donc pas sur la totalité des titres. Les actions rachetées doivent cependant apporter la majorité du capital ou des droits de vote.

GARANTIE DE PAIEMENT
Lorsqu'un contribuable présente une réclamation contre un impôt, le fisc peut lui demander de constituer des garanties, comme par exemple l'ouverture d'un compte spécifique au Trésor, la mise en gage d'obligations, ou la remise d"un cautionnement.

GARANTIE FINANCIÈRE
La caution d'un tiers (banque, société de caution, etc.) est obligatoire pour les agents immobiliers et les administrateurs de biens, elle garantit leur solvabilité lors de transactions immobilières ou pour les actes de gestion d'immeubles.

GÉOMÈTRE EXPERT
C'est un technicien inscrit à l'ordre des géomètres experts, dont l'activité de métrage des biens fonciers est reconnue par l'État. Ils procèdent en plus, à la réalisation des diagnostics obligatoires.

GÉRANT
C'est la personne physique qui pilote le portefeuille d'une SICAV ou d'un FCP.

GÉRANT DE FONDS
Il est, au sein d’une société de gestion, une compagnie d’assurance ou une banque, chargé de la gestion d’un ou plusieurs Fonds de Commun Placement ou SICAV, en s’appuyant sur la stratégie d’investissement définie par son établissement.

GESTIONNAIRE
C'est la société responsable de la gestion des capitaux.

GESTION INDICIELLE
Type de gestion dont l'objectif est de réaliser une performance proche de l'évolution d'un indice. Il existe trois types de gestion indicielle :
la réplication : le portefeuille est investi dans les titres qui composent l'indice de référence ;
la gestion synthétique : l'actif est essentiellement investi sur le marché monétaire, le solde étant investi sur des contrats à terme sur indice ;
la gestion indicielle tiltée : l'objectif de la SICAV est de réaliser un rendement supérieur à celui de l'indice. Dans ce but, elle peut s'écarter de sa composition, par exemple en surpondérant ou en sous-pondérant certaines valeurs.

GESTION QUANTITATIVE
Méthode de gestion s'appuyant sur des bases de données avec des programmes automatisés de sélection de titres.

GOLDEN BOYS
Nom donné aux Etats-Unis aux jeunes traders pleins de succès des années 1980.

HEDGE-FUND
Fonds spéculatifs dont les règles de gestion permettent une plus grande exposition au risque avec l’emploi de produits dérivés, de junk bonds ou de prises de positions à découvert.

HORIZON DE PLACEMENT
Durée pour laquelle un épargnant souhaite investir ses fonds sur les marchés financiers. La détermination de ce paramètre permet de fixer la stratégie d'investissement à privilégier.

HYPOTHÈQUE
Elle sert à garantir le paiement de l'emprunt contracté pour le financement d'un achat immobilier. En cas de non remboursement des sommes dues, elle permet au prêteur de faire vendre par voie judiciaire le bien donné en garantie. La prise d'une hypothèque est inscrite officiellement par le conservateur des hypothèques ainsi que l'ordre de paiement des créanciers s'il y en a plusieurs, en cas de vente du bien.

IARD
Incendie, accident, risques divers.

IMMOBILISATIONS CORPORELLES
Immobilisations comprenant l’ensemble des investissements industriels de l’entreprise (construction, matériel, installations techniques).

IMMOBILISATIONS FINANCIERES
Immobilisations comprenant dans le bilan les titres de participation, les prêts, les créances rattachées à des participations et d’autres titres et créances immobilisées comme les dépôts et cautionnements.

IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
Immobilisations comprenant des postes peu homogènes dans le bilan comme les frais d’établissement, les frais de recherche et développement, les brevets, licences, marques et fonds de commerce.

IMPÔT DE BOURSE
Impôt forfaitaire (0,3%) prélevé pour toute transaction jusqu'à 153.000 euros et 1,5% au-delà. Un abattement de 23 euros est pratiqué et il ne peut dépasser 610 euros. A ne pas confondre avec l'imposition des plus values mobilières.

IMPÔTS LOCAUX
Ils sont au nombre de quatre. La taxe d'habitation est due par toute personne qui au 1er janvier de l'année dispose d'une habitation meublée qu'elle soit propriétaire, locataire ou même occupante à titre gratuit. Elle est calculée à partir de la valeur locative cadastrale du logement. La taxe foncière sur les propriétés bâties est due par toute personne propriétaire d'un immeuble bâti, elle est calculée sur la même base que la taxe d'habitation. La taxe professionnelle est acquittée par les personnes exerçant à titre habituel une profession non salariée. Et enfin la taxe foncière sur le non bâti est due par les détenteurs de copropriétés non bâties quelle qu'en soit la nature (étangs, terres, mines, etc.).

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS (I.S.)
Impôt qui frappe les bénéfices des sociétés

INDEMNITÉ
Somme d'argent allouée en contrepartie d'un dommage. SOn montant dépend de l'évaluation du dommage et des termes du contrat.

INDEXATION
Revalorisation automatique des garanties et des primes selon un indice préalablement déterminé. L'indexation a souvent lieu sur l'indice du coût de la vie, l'indice du coût de la construction, le taux du livret A de la caisse d'épargne, la valeur du point de retraite cadre AGIRC.

INDICE
Un indice est un outil statistique destiné à représenter de manière synthétique un ensemble de données. En matière financière, les indices ont pour objet de traduite l'évolution des cours de plusieurs sociétés regroupées selon certains critères. Ces indices représentent ainsi la performance de ces ensembles de sociétés et peuvent servir de référence afin de mesurer la performance des gestionnaires par exemple. Ces indices sont alors appelés BENCHMARKS (référence).Certains indices permettent de mesurer la performance d’un ensemble ou de toutes les actions sur un marché (CAC 40, SBF 120, …). Le plus célèbre d'entre eux, le CAC 40, s'appuie sur un échantillon de 40 titres français et étrangers. Pour compléter l'indice CAC40, Euronext Paris SA a lancé d'autres indices comme le SBF 120, le SBF 250. Ils fonctionnent comme des poupées russes. SBF 120 : lancé le 8 décembre 1993, l'indice SBF 120 est composé des 40 valeurs de l'indice CAC 40 auxquelles s'ajoutent 80 valeurs du Premier Marché parmi les plus liquides. Il est diffusé et calculé en continu depuis le 18 avril 1994. SBF 250 : Il complète la gamme des indices d’ Euronext Paris SA. Il comprend les valeurs de l'indice CAC 40 et de l'indice SBF 120. Il est représentatif de l'ensemble des secteurs de la cote. Il est calculé deux fois par jour. MIDCAC . Lancé le 12 mai 1995, il permet de mesurer l'évolution spécifique des valeurs moyennes. Il est calculé deux fois par jour. Enfin, l'indice du Second Marché, lancé en septembre 1996, permet aux investisseurs de mesurer l'évolution de ce marché. Contrairement aux autres indices, l'indice du Second Marché comporte un échantillon ouvert, c'est à dire susceptible de varier. Sa base a été fixée à 1000, le 31 décembre 1990 comme pour les indices SBF 120, SBF 250 et MIDCAC.

INDICE DU COÛT DE LA CONSTRUCTION
L'indice du coût de la construction est un indicateur de tendance du prix des matériaux de construction. Il sert essentiellement de référence aux révisions et renouvellements des baux commerciaux ainsi qu'à la révision des baux d'habitation et des baux mixtes (professionnels plus habitation). Pour les baux à usage d'habitation et mixtes, l'indexation s'effectue sur la valeur moyenne de l'indice du coût de la construction calculée sur la base des quatre derniers trimestres. Cette disposition a pour but d'éviter les oscillations trimestrielles des indices qui pourraient générer des anomalies. Le mode de diffusion de l'indice du coût de la construction (ICC) a été modifié en juillet 1999. Dorénavant, cet indice est en premier lieu publié dans les informations rapides de l'INSEE puis repris dans le Journal Officiel. C'est à présent sa date de sortie dans la publication INSEE qui constitue la date de référence de parution et non plus la date de parution au Journal Officiel.

INTERMÉDIAIRE FINANCIER
Désignent les professionnels auxquels s’adressent les investisseurs. Ces intermédiaires exercent différents métiers selon leur statut (négociateur, conservateur, collecteur, transmetteur …)

INTRADAY
Dans la journée

INVESTISSEMENTS
Acquisition d’usines, de biens d’équipement…en vue de produire des biens et de dégager des bénéfices futurs. Acquisition de titres en vue de retirer de leur vente ultérieure un bénéfice futur.

INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS
Zinzins. Ce sont des organismes financiers qui collectent des fonds et les investissent en valeurs mobilières. Il s’agit des SICAV, des FCP, des banques, des compagnies d’assurance, des caisses d’épargne…

ITCAC et ITCAC50
Le 29 mars 2000 Euronext Paris SA a lancé 2 indices technologiques transversaux (comprenant des valeurs des premier, second et nouveau marché), un indice large ITCAC et un indice compact ITCAC50. Ces outils permettent de mesurer l’essor de la nouvelle économie et le poids des valeurs technologiques cotées sur les marchés gérés par Euronext Paris SA. Ils sont calculés deux fois par jour avec un historique remontant au 1er janvier 1999 et une base 1000 au 31 décembre 1998.

IRPP
Ce sigle qui signifie Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques est de plus en plus souvent remplacé par le signe IR signifiant Impôt sur le Revenu. Il frappe le revenu net global dont a disposé le foyer fiscal, l'année de référence.

IS
L'impôt sur les sociétés frappe les bénéfices réalisés par les sociétés de capitaux quelle que soit leur affectation (distribution ou mise en réserve).

ISF
L'impôt de solidarité sur la fortune est un impôt auquel doivent se soumettre volontairement les contribuables dont le patrimoine net imposable au 1er janvier de l'année d'imposition excède une certaine limite (720.000 euros en 2003).

JOURS OUVRABLES
Jours de la semaine où les banques sont susceptibles d'être ouvertes soit 6 jours par semaine.

JUKE BONDS
Ces obligations dites pourries présentent des rendements très élevés mais en proportion, le risque de perte du capital est très grand.

KRACH
Chute vertigineuse et soudaine des cours. Pour parler de krach, la baisse doit au moins dépasser les 10% sur une seule séance. En-deçà, on parlera plus volontiers de correction plus ou moins forte (entre 5 et 10%), ou de consolidation plus ou moins importantes (moins de 5%).

LEVIER
Montant de titres qu’un investisseur peut acheter en proportion de la valeur de son portefeuille. On parle également d’effet de levier sur les marchés dérivés. Cela correspond à la hausse ou à la baisse supplémentaire qu’un instrument dérivé (option ou future) procure par rapport à l’actif sous-jacent (action, obligation, indice, …).

LIGNE DE TITRES (OU D’ACTIONS)
C’est l’ensemble des titres identiques détenus dans un portefeuille. Par exemple, 50 actions Carrefour constituent une ligne.

LIMITE
L'ordre "A cours limité" comporte un prix minimum à la vente et un maximum à l'achat. Les ordres de ce type ne sont pas exécutés tant que le cours n'est pas inférieur à leur limite pour l'achat ou supérieur à leur limite pour la vente. Ce type d'ordre permet de maîtriser le prix d'exécution, mais son exécution peut être partielle.

LIQUIDATION
Échéance correspondant au dénouement des opérations. C’est le jour du règlement et de la livraison des titres sur le marché.
C'est l'échéance mensuelle des opérations effectuées avec le Service de Règlement Différé (SRD). Le jour de liquidation est fixé à la cinquième séance de bourse avant la fin du mois calendaire. A cette date les opérateurs doivent dénouer leurs positions (en position vendeur : livraison des titres et en position d’acheteur : règlement en espèces). Les opérateurs qui ne peuvent ou qui ne souhaitent pas dénouer leurs positions ont la possibilité demander à leur intermédiaire de proroger leurs positions jusqu’au jour de la liquidation suivante.

LIQUIDATION DE L'IMPÔT
Opération de calcul de l'impôt par l'application du taux ou du tarif à la base imposable.

LIQUIDITÉ
Un titre est dit liquide lorsque les échanges quotidiens sur ce titre sont d’un niveau suffisant pour permettre aux intervenants de vendre et d’acheter le titre à tout moment et dans les quantités souhaitées. C’est donc la mesure de la possibilité d’acheter ou de vendre une certaines quantité de titres dans un bref délai. C'est donc la caractéristique d’un produit financier ou d’un marché lorsque l’on peut effectuer des opérations d’achat ou de vente sans provoquer de trop fortes variations par rapport dernier cours de transaction.

LOCATAIRE
C'est une personne physique ou morale qui dispose d'un droit de jouissance d'un bien immobilier dont elle n'est pas le propriétaire contre le versement d'un loyer. Les droits et devoirs du locataire figurent au contrat de bail. Le locataire est tenu, entre autres, de payer le loyer régulièrement à son propriétaire.

LOI DE FINANCES
Loi généralement publiée au Journal Officiel dans les derniers jours de l'année civile et prévoyant l'ensemble des ressources et charges de l'État. Cette loi comprend deux parties : une première autorisant la perception des ressources publiques ; une seconde fixant le montant des crédits arrêtant les dépenses applicables. Il existe aussi une loi de finances rectificative appelée aussi collectif budgétaire : cette loi modifie en cours d'année les dispositions de la loi de finances.

LOI DE 1948
La loi du 1er septembre 1948 a été instaurée afin de régir les rapports entre bailleurs et locataires de biens immobiliers. Sont inscrits dans ce texte les droits des bailleurs et des locataires, ainsi que le mode de calcul du prix du loyer et son paiement mensuel. Très peu de logements sont aujourd'hui concernés par cette loi : il s'agit d'appartements construits avant 1948 et ne bénéficiant que de peu de confort. C'est pourquoi il est envisagé de supprimer cette loi.

LOI DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE
C’est de la confrontation des offres de vente et d’achat de titres que naissent les cours.

LOI MALANDAIN-MERMAZ
Entrée en vigueur depuis le 6 juillet 1989, cette loi modifie en partie les conditions de location prévues par la loi Méhaignerie. Cette loi a pour but d'améliorer les rapports entre bailleur et locataire. En ce qui concerne le loyer tout d'abord, dans le cas d'une fixation ou d'une révision, le texte de loi prévoit de se baser sur les loyers pratiqués dans le voisinage pour des locaux comparables. Pour le bail, comme dans la loi Méhaignerie, sa durée est fixée à 3 ans pour les personnes physiques et 6 ans pour les personnes morales (sociétés, compagnies d'assurances, etc.) avec, cependant, une possibilité pour le propriétaire (personne morale uniquement) de réduire cette durée à un an pour des motifs familiaux ou professionnels. Arrivé à expiration, le bail est automatiquement reconduit si les conditions de location restent inchangées. Dans le cas contraire, c'est-à-dire une modification de la durée du bail et / ou un nouveau loyer, le propriétaire est tenu d'informer le locataire de ses intentions dans un délai de 6 mois avant la fin du bail. Dans le cas d'un désaccord entre bailleur et locataire, la commission départementale de conciliation pourra être saisie afin de trouver une solution. Un décret spécial, concernant l'agglomération parisienne, limite l'augmentation des loyers pendant une durée d'un an à l'indice INSEE de la construction (ICC). La loi ne s'applique pas aux logements neufs ou confortables loués pour la première fois et ceux qui ont fait récemment l'objet de travaux et aux relocations. De plus, les loyers manifestement sous-évalués pourront être réévalués par tiers ou sixième selon la durée du bail à hauteur de 50% de la différence entre le prix moyen pratiqué dans le voisinage et le montant contesté.

LOI SCRIVENER ET NEIERTZ
Ensemble de lois visant à assurer la protection des emprunteurs grâce entre autres, à une meilleure information de ceux-ci, à l'instauration d'un délai de rétractation (droit de revenir sur sa décision) avant tout engagement définitif et d'un lien obligatoire entre le crédit et le contrat de vente.

LOYER
C'est la somme versée par un locataire au propriétaire en contrepartie de l'occupation de l'appartement. Fixé dès le contrat de location, le montant du loyer est payable chaque mois pendant toute la durée du bail. Le prix du loyer est déterminé par le propriétaire en fonction de nombreux critères. On distingue, entre autres, la surface, le nombre de pièces, la situation géographique du bien à louer, ou encore l'ancienneté de la construction et la proximité des moyens de communication. Réglementé par la loi Malandain-Mermaz du 6 juillet 1989, la révision du loyer ne peut s'exprimer qu'à certaines conditions, clairement définies dans le texte de loi.

LOYER DE L’ARGENT
Taux d’intérêt sur de l’argent placé sans risque.

MACD (Moving Average Convergence Divergence)
Cet indicateur permet de déceler les tendances suivies par les cours. On prend la différence entre 2 moyennes mobiles de court terme (générallement à 12 et 26 jours), et on calcule une moyenne mobile exponentielle à 9 jours de cette différence. Le tracé de la MACD et de sa moyenne mobile exponentielle donne des signaux d'achats ou de vente.
Si la MACD coupe sa moyenne à 9 jours à la hausse, c'est un signal d'achat.
Si la MACD coupe sa moyenne à 9 jours à la baisse, c'est un signal de vente.

MAJORATIONS LÉGALES
Elles visent à compenser la perte de pouvoir d'achat des rentes viagères. Elles sont fixées chaque année par une disposition de la loi de finances mais elles ne concernent que les rentes viagères constituées auprès des sociétés d'assurance avant le 1er janvier 1987 et prennent de plus en compte, pour les contrats souscrits à compter du 1er janvier 1979, les ressources du crédirentier.

MAJORITÉ
Différents types de majorité peuvent être exigés légalement ou éventuellement statutairement. Il est précisé que les exceptions prévues en matière de quorum s'appliquent lors des calculs de la majorité comme les majorités en fonction du capital, des présents ou représentés, des voix exprimées, ... La majorité nécessaire pour l'adoption des résolutions est des deux tiers (2/3) des voix pour les assemblées extraordinaires et la moitié des voix plus une (1/2 + 1 voix) pour les assemblées ordinaires. Les actionnaires qui s'abstiennent lors du vote sont considérés comme repoussant les résolutions mises au vote.

MANDAT
Acte par lequel une personne appelée le mandant donne à une personne autre (le mandataire) le pouvoir d'accomplir en son nom et pour son compte, les actes juridiques expressément stipulés dans le mandat comme une vente, un chat, une location, etc.

MARCHÉS A TERME
Bourses ou compartiments boursiers (MATIF, MONEP) où sont négociés les produits financiers ou des marchandises dont le règlement et la livraison sont différés.

MARCHÉS DÉRIVÉS
Marchés où sont échangés des dérivés de produits financiers existants (MATIF, MONEP).

MARCHÉS ÉMERGENTS
Marchés boursiers des zones économiques en voie de développement

MARCHÉS LIBRES
Ouvert à toutes cessions (OTC) et le moins réglementé.

MARCHÉS NON RÉGLEMENTÉS
Le Marché Libre est un marché non réglementé. Sur ce marché, les valeurs ne font pas l'objet d'une procédure d'admission et leurs émetteurs ne sont pas soumis à des obligations de diffusion d'informations. L'actionnaire individuel doit faire preuve de beaucoup de prudence lorsqu'il intervient sur un marché non réglementé.

MARCHÉ RÉGLEMENTÉ
La qualité de marché réglementé est attribuée aux marchés dont la réglementation assure le fonctionnement régulier des négociations. Cette réglementation concerne notamment les conditions d'accès au marché et d'admission à la cotation, l'organisation des transactions, les conditions de suspensions des négociations ainsi que les modalités d'enregistrement et de publicité des négociations. En France, les marchés réglementés sont notamment le Premier Marché, le Second Marché et le Nouveau Marché.

MARGE OU SPREAD
Pourcentage s'ajoutant à un taux de référence et couvrant notamment la rémunération du risque de l'organisme prêteur. Ainsi le taux d'un crédit peut être défini comme suit : EURIBOR + MARGE.

MARGE BRUTE D’AUTOFINANCEMENT (MBA)
Correspond au bénéfice net augmenté des dotations aux amortissements et provisions et donne la capacité de l’entreprise à investir sans faire appel à des ressources externes.

MARGE DE SOLVABILITÉ
En assurance vie, ratio fonds propres plus plus-values latentes sur provisions mathématiques de l'assureur. Elle doit être au minimum de 4% de l'épargne gérée pour les contrats en euros et de 1% de l'épargne gérée pour les contrats en unités de compte.

MARGE COMMERCIALE
Dans les entreprises commerciales, différence entre les ventes de marchandises et le coût d’achat des marchandises vendues.

MATIF
Marché à terme international de France sur lequel sont négociés des contrats à terme (contrats de taux, sur indices, sur marchandises…). Créé en 1986, le Matif est un marché réglementé d’ Euronext Paris SA traitant des produits dérivés (contrats à terme et options sur contrats à terme) sur taux d’intérêt et sur marchandises. Ce marché est aujourd’hui complètement informatisé, il fonctionne en continu de 8 heures à 22 heures (les horaires peuvent toutefois varier selon les produits).

MATURITÉ
La maturité d’un contrat d’option est le nombre de jours décomptés jusqu’à l’échéance.

MÉDIATEUR
Personne à laquelle les parties à un conflit s'adresse afin qu'elle propose une solution à leur différend. Son avis ne peut s'imposer aux parties.

MEMBRES DE LA BOURSE
Ce sont les intermédiaires financiers (banques et sociétés d'investissements) qui ont choisi d'être membres d' Euronext pour y exécuter les ordres de leurs clients.

MENSUALISATION
Paiement par anticipation de l'impôt sur le revenu ou des impôts locaux sous forme de prélèvements mensuels opérés par le perception en principe le 8 de chacun des mois de janvier à octobre sur un compte chèque ou un compte d'épargne ouvert au nom du contribuable ou de son conjoint. Chaque acompte est égal au dixième de l'impôt dû l'année précédente, le solde éventuel est appliqué ensuite.

MEUBLES MEUBLANTS
Objets servant à garnir ou à meubler un appartement ou une maison.

MIDCAC
Calculé deux fois par jour, il permet de mesurer l’évolution spécifique des valeurs moyennes.

MIXTE ou COMBINÉE
Contrat d'assurance combinant à la fois un contrat en cas de vie et un contrat en cas de mort. En règle générale, les capitaux garantis dans les deux cas sont différents. Ainsi un contrat 300/100 signifie que le capital décès est 3 fois plus important que celui versé en cas de vie.

MOINS-VALUE
C'est la perte réalisée lors de la cession d’une valeur mobilière.

MOMENTUM
Le Momentum est l'oscillateur de base. Il s'obtient par la différence entre le dernier cours connu est le cours x jours avant le dernier. Il fait clairement apparaître la cyclicité des hausses et des baisses d'un titre. Lorsque ce dernie varie peu, le momentum a tendance à être proche de Zéro. En revanche, le momentum décale du zéro d'autant plus fortement du Zéro que le cours varie. Le Zéro constitue donc un seuil important : son franchissement en hausse est un signal d'achat, son franchissement en baisse, un signal de vente.

MONEP
Marché des options négociables (call et put) de Paris. Il permet de se couvrir contre les variations des cours ou de spéculer. Ouvert en 1987, le Monep est un marché réglementé d’ Euronext Paris SA traitant des produits dérivés (options et contrats à terme) sur actions et sur indices d’actions. Ce marché est complètement informatisé, il fonctionne en continu de 8 heures à 22 heures (les horaires peuvent toutefois varier selon les produits).

MOUVEMENTER
Mieux vaut qu'un compte mouvemente ; car s'il n'enregistre aucune opération pendant un certain délai, vous pouvez supporter une commission pour compte inactif.

MOYENNES MOBILES
Outil d’analyse technique. Il permet de lisser le cours d’un actif pour en dégager la tendance principale. Il existe plusieurs types de moyennes mobiles. La plus utilisée est la moyenne arithmétique des cours de clôture d’un titre (MMA). La longueur de la moyenne mobile détermine alors le nombre de cours à prendre en compte pour en calculer la valeur. Exemple : la valeur d’une MMA20 jours est le total des 20 derniers cours de clôture divisé par 20. Il existe d’autres types de moyennes mobiles, qu’on appelle pondérées (MMP) ou exponentielles (MME). Leur calcul est plus compliqué car on ajoute une pondération dans les cours. De manière classique, les cours les plus récents vont davantage peser dans le calcul, ce qui accroît la réactivité de la courbe.
Comment utiliser les moyennes mobiles : c’est la cassure, soit du cours avec sa moyenne mobile, soit de deux moyennes mobiles entre elles, qui va déclencher l’ouverture de position. La moyenne mobile est un indicateur de changement de tendance qui aide le trader à investir au bon moment. Une fois l’achat (ou la vente à découvert) effectué, il convient de conserver la position jusqu’à ce qu’un nouveau changement de tendance se produise. Cependant, les études prouvent que les moyennes mobiles, utilisées seules, ne permettent pas forcément de sur-performer le marché du fait des nombreux faux signaux et du retard sur la tendance. En revanche, elles pourront vous mettre à l’abri en cas de coup dur. Les traders expérimentés utilisent les moyennes mobiles comme base pour construire des indicateurs plus complexes et plus réactifs.
Pour le long terme, utiliser la moyenne à 30 semaines. Sur des horizons de temps plus courts, les moyennes mobiles de 50, 30, 20 et 10 jours. Linda Bradford Rashke utilise des moyennes mobiles de 3 à 10 jours. En fait, chaque marché a une volatilité et un rythme qui lui sont propres. Il convient donc d’adapter ses moyennes mobiles en fonction du type d’actif étudié et de son secteur (industrie, technologie, …).

MULTIPLE DE CAPITALISATION
Appelé également PER ou price earning ratio, c'est le rapport entre le cours de Bourse et le bénéfice net par action.

MULTIRISQUE
Se dit d'un contrat d'assurance qui garantit plusieurs risques de natures différentes comme la multirisque habitation qui garantit les biens et les personnes.

MULTISUPPORT
Désigne un contrat d'assurance vie disposant de plusieurs unités de compte. A ces unités de comptes peut s'ajouter un support en euros. En effet, les SICAV et les FCP peuvent être détenus dans l'enveloppe fiscale de l'assurance vie. Ils deviennent alors des supports de placements et il est en général possible au cours de la vie du produit, de passer d'un support à l'autre d'où leur nom (arbitrage). Si un contrat est adossé à plusieurs unités de compte, la prime doit être ventilée entre celles-ci.


NASDAQ (NASDAQ COMPOSITE INDEX)
Indice créé en 1971. C’est un indice qui prend en considération l’ensemble des 4700 valeurs qui y sont listées. Contrairement au Dow Jones, sa performance tient compte de la capitalisation de chacune des sociétés : c’est un indice pondéré. Sa notoriété est croissante dans le monde, car les plus grandes valeurs mondiales de la nouvelle économie y sont cotées.

NÉGOCIATEURS
Ce sont des intermédiaires financiers membres d’ Euronext. Ils exécutent les ordres reçus de leurs clients, des établissements collecteurs d'ordres ou des transmetteurs d’ordres.

NEW YORK STOCK EXCHANGE (NYSE)
Il représente le marché traditionnel de la bourse de New York.

NIKKEI
Indice des 225 principales valeurs de la bourse de Tokyo.

NOMENCLATURE SECTORIELLE
Euronext Paris SA a défini un classement des secteurs économiques sur lequel s’appuie l’indice SBF250. Cette nomenclature est composée de 3 grands secteurs (valeurs industrielles/services/sociétés financières) et regroupée à partir de 12 secteurs économiques eux-mêmes formés de 38 secteurs d’activité.

NOMINAL
Valeur comptable d’une action ou d’une obligation, fixée au moment de la création de la société ou de l’émission d’une obligation. A ne pas confondre avec le cours, qui est sa valeur de cotation.
En quoi le nominal d’une action peut-il avoir un rapport avec son cours, alors que l’évolution boursière d’une action n’est pas dépendante de sa valeur nominale ? L’explication est qu’il ne s’agit pas d’une opération boursière proprement dite, mais d’une opération technique.
Exemple : une société X au capital de 1.000 francs divisé en 10 actions de 100 francs. Lors de sa constitution, la société avait une valeur de 1.000 francs. Mais après plusieurs années de vie et de cotation boursière, elle s’est enrichie. Elle s’est évaluée par son cours de bourse à 5.000 francs. Autrement dit, chaque action de 100 francs de nominal cotait 500 francs, le capital, lui, restant d’un même montant de 1.000 francs. La société décide alors, sans toucher le capital, de diviser le nominal des actions par cinq. A la suite de cette opération, les actions n’ont plus qu’un nominal de 20 francs, mais comme le capital est resté le même, celui-ci se divise non plus en 10 mais en 50 actions. Chaque action ancienne de 100 francs se trouve donc éclatée en 5 actions nouvelles de 20 francs. Cette opération technique a-t-elle enrichi ou appauvri la société ? Ni l’un ni l’autre. En conséquence, l’appréciation boursière globale de l’entreprise demeure la même et, puisque le nombre de parts ou d’actions a été multiplié par 5, chaque actionnaire a 5 fois plus d’actions dont la valeur boursière est divisée par 5.

NOMINATIF
Mode de détention des actions qui fait figurer le nom de l’actionnaire dans les registres de la société émettrice.

NOMINATIF PUR
Inscription des titres auprès de la société émettrice qui règle directement au détenteur du compte, ses dividendes. Cette formule évite les frais de garde et de gestion des titres.

NOTAIRE
Officier ministériel titulaire d'une charge et bénéficiant à ce titre d'un monopole pour l'établissement de certains actes civils ainsi que pour leur authentification (contrat de mariage, testament, cession de biens immobiliers, etc.). Un notaire peut également avoir un rôle de conseil.

NOTICE D'INFORMATION
C'est la carte d'identité de la SICAV ou du FCP. Cette notice doit être obligatoirement remise au souscripteur car elle comporte toutes les informations utiles sur le produit choisi : frais, fiscalité, orientation des placements, objectifs de gestion, durée minimum de placement conseillée, etc.

NOUVEAU MARCHE
Créé en 1996, il accueille des entreprises à fort potentiel de croissance dotées d’un plan de développement à financer. Aucune obligation d’historique de comptes n’est requise. Le nouveau marché peut donc regrouper des entreprises très jeunes et en pertes. Les sociétés cotées sur le nouveau marché sont principalement tournées vers les nouvelles technologies de l’information (informatique, télécommunications, Internet).

NOUVELLE ECONOMIE
Cette appellation recouvre l’ensemble des sociétés présentent sur des secteurs maîtrisant des technologies en très forte croissance que l’on regroupe également sous le sigle TMT (Technologie Média Télécom).

NSC
A partir de 1986, les techniques traditionnelles de cotation à la criée ont été progressivement abandonnées au profit d'un système moderne de cotation assistée par ordinateur dénommé NSC. Ce système, désormais généralisé à toutes les valeurs, gère la cotation, alimente Relit le système de règlement livraison, et diffuse l'information en temps réel.

NUE-PROPRIÉTÉ
Terme juridique désignant la partie du droit de propriété qui confère à son titulaire le droit de disposer de la chose mais ne lui en permet ni l'usage, ni la jouissance. Ainsi, dans le cas d'un bien immobilier, le nu-propriétaire ne peut ni l'habiter, ni louer le bien.


ÇáÑÌæÚ Çáì ÃÚáì ÇáÕÝÍÉ ÇÐåÈ Çáì ÇáÃÓÝá
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
ÇáãÏíÑ Ã/ Øå ÇáÚÈíÏí
Admin


ÚÏÏ ÇáÑÓÇÆá : 5079
ÇáÅÓã æ ÇááÞÈ : ÑÌÇá ÇáÞÇäæä
äÞÇØ : 5321
ÊÇÑíÎ ÇáÊÓÌíá : 19/01/2008

ãõÓÇåãÉãæÖæÚ: ÑÏ: Lexique bousier   ÇáÓÈÊ ÓÈÊãÈÑ 06, 2014 11:20 am

OAT
Obligations assimilable du trésor. Emprunts garantis par l'État, placés en plusieurs tranches distinctes mais cotés en Bourse sur une seule ligne (les différentes tranches sont rattachées ou assimilées à celles émises précédemment).

OBLIGATION
C’est un titre de créance, c’est-à-dire une part d’un emprunt émis par une entreprise privée ou publique, un Etat ou une collectivité locale pour un montant et une durée déterminée. L’acheteur d’une obligation ne se rend pas propriétaire d’une part de l’entreprise, mais celle-ci le rémunère en intérêts annuels. Une obligation convertible est une obligation convertible en action, selon une parité déterminée au moment de l’émission de celle-ci. C’est une reconnaissance de dette. C’est un titre représentatif d’un prêt à long terme. Il matérialise un droit de créance et permet à son détenteur de toucher à date fixe un intérêt. N’étant pas copropriétaire (comme l’actionnaire) mais créancier, le porteur d’obligation n’a aucun droit sur la marche de la société. En cas de défaillance de la société ou de la collectivité émettrice, il passe avant les actionnaires et les créanciers ordinaires mais après le fisc, la sécurité sociale et les salariés de la société. Deux semaines au plus tard après l’émission, les obligations sont cotées en Bourse. Les obligations se distinguent entre elles par la qualité de la signature. La meilleure étant celle de l’Etat. On trouve ensuite les emprunts assortis de la garantie de l’Etat puis ceux du secteur privé.
Obligation à taux fixe : supposons une obligation au nominal de 100F émise il y a cinq ans au taux de 7,5% et remboursable dans dix ans ; comment va s’établir son prix, en supposant que le taux actuellement pratiqué soit de 15%. L’acheteur peut aujourd’hui, avec 100F, acheter une obligation lui rapportant 15% ; s’il achète sur le marché secondaire des obligations ne rapportant que 7,5%, on pourrait penser qu’il n’acceptera de payer ces obligations que 50F puisque les deux obligations ainsi acquises pour 100F lui rapporteront deux fois 7,5F, soit 15F, le même revenu que celui procuré par une obligation valant 100F et en rapportant 15%. En réalité, le calcul est plus compliqué car il faut tenir compte de ce qu’une obligation achetée 50F aujourd’hui sera remboursée 100F dans 10 ans.
Obligation à taux variable : leur taux s’ajuste à celui du marché suivant certains indices. Les cours varient peu (2 à 3%).
Quelles obligations choisir ? : n’acheter que des titres à durée de vie moyenne (temps restant à courir avant le remboursement par l’émetteur), c’est-à-dire comprise entre 4 et 7 ans. Vous éviterez ainsi de trop grandes fluctuations sur les cours de bourse. Privilégiez les titres remboursables in fine. Eviter les emprunts à coupon nominal élevé. Les titres qui affichent 15, 16 ou 17% d’intérêts sont peu attrayants parce qu’ils cotent largement au-dessus du nominal, d’où les risques de perte du capital. Diversifier les risques en achetant à la fois des taux variables et des taux fixes. Ne multipliez pas les lignes. Une dizaine d’obligations suffisent dans un portefeuille. Pour 500.000 F, constituez des postes de 50.000 F, soit dix titres. Rien ne sert d’atomiser car cela aboutit à embrouiller la gestion d’un portefeuille.

OBLIGATIONS HIGH YIELD
Ce sont des obligations très spéculatives qui offrent des rendements élevés afin de compenser la prise de risque prise sur la signature de la société émettrice.

OCEANES
Ce sont des obligations convertibles ou échangeables en actions nouvelles ou existantes. Il s'agit donc d'obligations. Lorsqu'elles arrivent à échéance, celui qui les détient peut soit se les faire rembourser, soit obtenir en échange des actions, selon la parité prévue au moment de leur émission. S'il s'agissait d'une simple obligations convertibles, la société devrait augmenter son capital en créant les actions nouvelles nécessaires à la conversion. Avec les océanes, la société peut utiliser des actions qu'elle détient déjà notamment parce qu'elle les a achetées sur le marché, dans le cadre d'un programme de rachat d'actions par exemple. Cette formule présente plusieurs avantages. Pour les actionnaires, elle limite la dilution liée à l'émission d'actions nouvelles. Pour la société, elle permet, en profitant des opportunités de marché, d'acquérir à un prix attractif les actions qu'elle offrira en échange. C'est donc une façon indirecte pour elle de limiter la charge du remboursement de sa dette.

OFFENSIF
Mode de gestion visant à privilégier le rendement au prix d'un risque qui peut être important. On parle aussi de gestion agressive.

OFFRE
Sur une feuille de marché on fait figurer à gauche les ordres d’achat indifféremment sous l’appellation «ACHAT» ou «DEMANDE» et à droite les ordres de vente indifféremment sous l’appellation «VENTE» ou «OFFRE».

OFFRE D'ACHAT
C'est un engagement juridique d'acheter un bien à un prix donné et à une date déterminée. Si cette offre est acceptée par le vendeur, l'acquéreur doit acheter le bien. La loi SRU du 13 décembre 2000 interdit de verser une somme d'argent en garantie d'une offre d'achat.

OFFRE PRÉALABLE
Proposition écrite contenant les conditions du prêt (montant, taux, modalités de remboursement, assurances, ...) susceptible d'être octroyé par l'établissement de crédit. Ces conditions sont garanties pendant 15 jours à compter de la date de réception de l'offre.

OPA (OFFRE PUBLIQUE D’ACHAT)
L’offre publique d’achat permet à une société qui veut en acquérir une autre de proposer à ses actionnaires un prix d’achat de leurs actions généralement supérieur aux derniers cours cotés.

OPCVM
Organismes de placement collectif en valeurs mobilières. Ce sont des structures financières qui permettent aux épargnants d’investir en commun dans différentes classes d’actifs. Ils regroupent en France les SICAV et les FCP. Les OPCVM actions doivent être investies en permanence à plus de 60% en actions pour mériter ce titre. Les OPCVM obligations doivent être investies en permanence à plus de 60% d’obligations. Ils connaissent aujourd’hui un fort développement et permettent à leurs porteurs de profiter dans les meilleures conditions du dynamisme des marchés boursiers. Les OPCVM monétaires investissent sur les produits de taux, généralement des placements monétaires à courte durée. Les OPCVM diversifiés mêlent les différents types d’investissement. Ils prennent de plus en plus la forme d’OPCVM profilés, dont la politique d’investissement tient compte du niveau relatif de risque et d’espérance de rendement souhaité. Les trois profils les plus fréquents sont : dynamisme, équilibre et sécurité.

OPE (OFFRE PUBLIQUE D’ÉCHANGE)
Offre publique d’échange. Même principe et même objectif que pour les OPA à la différence près que l’entreprise assaillante propose de rémunérer les actionnaires de la société visée avec ses propres actions.

OPF (OFFRE A PRIX FIXE ou PRIX FERME)
Procédure d'introduction en Bourse qui fixe la quantité et le prix unique des titres à vendre.

OPM (OFFRE A PRIX MINIMUM)
Procédure d'introduction en Bourse qui fixe la quantité vendue, alors que le prix dépend de la demande et des exigences du vendeur.

OPR (OFFRE PUBLIQUE DE RETRAIT)
Procédure par laquelle un actionnaire qui détient au moins 95% des actions d’une société retire les autres du marché.

OPRA (OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT)
Offre faite aux actionnaires de racheter leurs titres souvent pour les annuler. Depuis juillet 1998, les sociétés peuvent racheter leurs propres actions sans passer par une telle procédure, après un vote de l’assemblée générale, sur un texte visé par la COB. Cette procédure a pour objet de revaloriser la rentabilité des fonds propres de l’entreprise et, par voie de conséquence, le bénéfice net par action. L’entreprise utilise alors ses liquidités pour racheter une partie de ses actions. Il faut alors que le gain escompté par action en rachetant une partie des actions soit supérieur à la perte de rentabilité due à l’utilisation de la trésorerie. Pour que cette opération (OPRA) puisse se réaliser, il faut que les titres soient apportés à l’entreprise pour être détruits. Autrement dit, ceux qui apportent leurs titres ne bénéficient pas du bienfait de cette opération. Le problème des OPRA est là. Cela étant, le prix de rachat proposé par l’entreprise est toujours supérieur au cours de Bourse, ce qui permet à ceux qui cèdent leurs titres de réaliser, tout de même, une plus value. On n’a rien sans rien, même quand il s’agit d’un lot de consolation. En général, il faut apporter la moitié de ses actions, ce qui permet d’abaisser le prix de revient moyen (encaissement d’une plus value).
Voir aussi : relutif.

OPV (OFFRE PUBLIQUE DE VENTE)
Procédure utilisée lors des introductions en Bourse ou des privatisations, qui consiste à proposer les titres d'une société à un prix fixé à l'avance.

OPTION
Les options sont des instruments financiers dérivés dont le prix découle de celui d’un autre actif (action, obligation, matière première, …). Un investisseur peut acheter, ou vendre, une option d’achat (call) ou de vente (put) d’un actif financier. Cela lui donne le droit (mais non l’obligation) d’acheter ou de vendre cet actif (appelé sous-jacent) durant ou à la fin d’une période déterminée, à un prix fixé à l’avance. C’est un produit dérivé.

OPV (OFFRE PUBLIQUE DE VENTE)
Procédure utilisée lors des introductions en bourse ou des privatisations qui consiste à proposer les titres d’une société à un prix fixé à l’avance.

ORDRE
Pour acheter ou vendre des valeurs sur les marchés gérés par Euronext Paris SA, il faut passer un ordre qui doit obligatoirement comporter :
• des indications générales comme : le sens de l'opération (achat ou vente), le nom de la valeur, la quantité de titres, le code de la valeur,
• une indication de validité ; c'est à dire le jour où l'ordre non-exécuté doit être retiré du marché,
• un libellé qui permet de privilégier, selon ses attentes, le prix, la quantité ou la rapidité d'exécution (Exemples de libellés : "A cours limité", " A la meilleure limite", "Tout ou rien", "A tout prix", "A seuil de déclenchement" et "A plage de déclenchement"),
• éventuellement le mode de règlement SRD

ORDRE A COURS LIMITE
L'ordre "A cours limité" comporte un prix minimum à la vente et un maximum à l'achat. Les ordres de ce type ne sont pas exécutés tant que le cours n'est pas inférieur à leur limite pour l'achat ou supérieur à leur limite pour la vente. Ce type d'ordre permet de maîtriser le prix d'exécution, mais son exécution peut être partielle. Permet de se protéger contre les fluctuations du marché, car il comprend une limite de prix maximale à l’achat et minimale à la vente.
Exemple : achetez 10 actions Danone à 220 euros signifie que l’intermédiaire va pouvoir acheter 10 actions Danone jusqu’à un cours (prix unitaire) de 220 euros, ce qui n’interdit pas une transaction à un prix inférieur. De la sorte, si au moment où l’ordre entre dans la machine de cotation, une offre est faite sur le marché, à 216 euros, c’est à 216 euros que les titres seront achetés. Dans le cas d’une vente, c’est l’inverse, la limite indique le prix au-dessous duquel l’opération ne peut être réalisée, mais ne limite en aucun cas les transactions à des prix supérieurs. La transaction sera réalisable, quel que soit le sens achat ou vente, dès que l’ordre sera entré dans la machine de cotation, et réalisé dès que le marché le permettra. Cet ordre permet d’avoir une parfaite maîtrise de son prix d’achat ou de vente ou, à tout le moins, de ne pas payer une valeur plus cher que souhaité, ou de la vendre à un prix trop bas. C’est l’avantage de cet ordre. Ses inconvénients sont que, si la limite est dépassée, ne serait-ce que d’un cent (en fait le plus petit pas de cotation), l’ordre n’est pas exécuté. D’autre part, si le nombre de titres à négocier est supérieur à la contrepartie offerte par le marché, l’ordre est fractionné ou exécuté partiellement. Enfin, il y a le problème du cours touché, c’est-à-dire du cours coté après l’entrée de l’ordre dans la machine de cotation, qui correspond exactement à la limite fixée par le donneur d’ordre. Dans ce cas, l’exécution de l’ordre n’est pas éligible, car la contrepartie est insuffisante en nombre de titres, ce qui ne veut pas dire qu’il ne sera pas exécuté si le marché le permet. Le conseil pour l’utilisation de cet ordre est d’éviter de passer des cours ronds comme par exemple 220 euros, mais approchés comme 220.10 euros dans le cas d’un achat ou 219.90 euros dans le cas d’une vente, et pas trop éloignés des derniers cours cotés, lorsque l’on souhaite une réalisation rapide de la transaction.

ORDRE A COURS TOUCHE
Un ordre est dit " à cours touché " lorsqu'il est éxécuté au cours correspondant à la limite de prix spécifiée par le donneur d'ordre.

ORDRE A DÉCLENCHEMENT
L'ordre "A déclenchement" permet à l'utilisateur d'acheter ou de vendre à partir d'un cours donné. Il permet notamment de se protéger contre d'éventuels renversements de tendance. Il existe deux types d'ordre à déclenchement :

- Les ordres "A seuil de déclenchement" ne comportent qu'une limite à partir de laquelle ils se transforment en ordre "A tout prix".

- Les ordres "A plage de déclenchement" comportent une deuxième limite qui fixe le maximum à ne pas dépasser en cas d'achat, et le minimum en cas de vente.

ORDRE A LA MEILLEURE LIMITE
Un ordre "A la meilleure limite" n'impose pas de limite de prix. Lors de son arrivée sur le marché, il permet d'obtenir le meilleur prix sans toutefois permettre sa maîtrise. Il est automatiquement transformé par l'ordinateur de cotation en ordre "A cours limité":

- A l'ouverture, l'ordre devient " A cours limité" au cours d'ouverture.

- En séance, l'ordre devient "A cours limité" au prix de la meilleure offre de sens inverse en attente.

ORDRE A PLAGE DE DECLENCHEMENT
Un ordre est dit " à plage de déclenchement " lorsqu'il comporte 2 limites de prix :
- A l'achat : La première limite fixe le cours à partir duquel et au dessus duquel l'ordre d'achat peut être exécuté. La deuxième limite fixe le cours maximum au delà duquel le donneur d'ordre renonce à acheter.
- A la vente : La première limite fixe le cours à partir duquel et au dessous duquel l'ordre de vente peut être exécuté. La deuxième limite fixe le cours minimum au delà duquel le donneur d'ordre renonce à vendre.
Cet ordre est fait pour répondre aux faiblesses de l'ordre à seuil de déclenchement (incapacité de contrôler le cours d'exécution une fois le seuil franchi). Il faut donc préciser un seuil et une limite. Le seuil a le même rôle qu'avec un ordre à seuil de déclenchement. La limite, elle, correspond au cours au-delà (ou en deçà) duquel l'ordre d'achat (ou de vente) n'est pas exécuté. Une fois le seuil franchi, l'ordre devient à cours limité. Par exemple, on fixe un ordre d'achat avec un seuil de déclenchement à l'achat à 100 euros et une limite à 104 euros. Ainsi, dès que le cours de 100 euros sera dépassé, l'ordre pourra être exécuté entre 100 et 104 euros.


ORDRE A SEUIL DE DECLENCHEMENT
Un ordre est dit « à seuil de déclenchement » lorsqu'il ne comporte qu'une limite de prix à partir de laquelle il se transforme en ordre « à tout prix ».
Ce type d'ordre vous assure une exécution complète mais ne vous permet pas de maîtriser le prix.
Ne se réalise qu’à partir d’un certain niveau de prix fixé par l’investisseur : à ce prix et au-dessus pour un achat, à ce prix et en dessous pour une vente. C’est le mécanisme inverse de l’ordre limité. L’avantage de ce type d’ordre est de permettre de prendre position, soit pour se protéger (vente) en cas de retournement brutal d’une tendance haussière, soit pour profiter (achat) du renversement d’une tendance baissière. En effet, lorsqu’une valeur est bien orientée, qu’elle a été acquise à 80 euros et qu’elle se traite à 100 euros, il serait dommage de la vendre si elle continuait de progresser, mais il serait tout aussi regrettable de ne pas le faire si elle venait à baisser. Les retournements de tendance ne sont pas toujours facilement prévisibles. Pour éviter ce risque, on place, dans l’exemple, un ordre de vente à seuil de déclenchement à 98 euros. Ainsi, en cas de renversement de tendance, la vente (prise de bénéfice) se fera à partir d’un cours de 98 euros. Si, au contraire, la hausse se poursuivait à 120 euros, l’ordre ne serait pas exécuté et l’on pourrait l’annuler pour en passer un autre assorti d’une limite plus élevée, à 118 euros par exemple…et ainsi de suite. L’avantage de cet ordre est qu’il permet d’accompagner la hausse tout en ayant un filet de protection en cas de baisse. Son inconvénient est que l’on ne peut avoir de certitude quant au prix auquel on sera vendu. Le conseil est d’utiliser cet ordre lorsque l’on craint un mouvement brutal et de grande amplitude sur une valeur. Si l’on estime que la baisse (ou que la reprise) ne sera que modérée, on utilisera l’ordre à plage de déclenchement. Ce type d'ordre s'appelait autrefois l'ordre stop. Ce type d'ordre est utilisé par les amateurs e l'analyse graphique. Le franchissement d'un cours donné peut déclencher une tendance haussière. Pour en profiter, il suffit de passer un ordre d'achat avec ce cours comme seuil de déclenchement. C'est le même raisonnement à la baisse. L'inconvénient est que passé ce seuil, l'ordre devient un ordre à tout prix et l'on ne maîtrise ainsi plus le prix d'achat ou de vente. Il est donc à éviter sur les marchés peu liquides.

ORDRE A TOUT PRIX
Ordre prioritaire sur tous les autres, il assure d’une exécution totale en cas de cotation, mais à n’importe quel prix. C’est l’opposé de l’ordre à cours limité. Il ne comporte aucune limite de cours et expose celui qui l’utilise à acheter ou à vendre au prix offert par le marché, au moment de son entrée dans la machine de cotation, avec un éventuel balayage assez large du carnet d’ordres. Si l’on ne connaît pas l’état de ce dernier (les 5 meilleures lignes et les quantités de titres proposés), on risque de mauvaises surprises. C’est l’inconvénient de cet ordre. A l'ouverture, l'ordre est exécuté au cours d'ouverture. En séance, l'ordre vient servir autant de limites que nécessaire jusqu'à exécution de la quantité souhaitée.
Son avantage est qu’il est prioritaire sur tous les autres, ce qui facilite et permet une rapide exécution. Le conseil : à n’utiliser qu’en cas d’urgence et, pour des valeurs cotées en continu, avant la séance, car alors il sera exécuté au premier cours (déterminé par fixage, c’est-à-dire à un moment où les volumes de transactions sont les plus importants).

ORDRE AU PRIX DU MARCHE
Ordre sans limite de prix spécifié qui sera exécuté au prix de la meilleure offre (demande) existant sur le marché au moment de son arrivée dans le cas d’un ordre d’achat (de vente). Si l’ordre est passé avant l’ouverture du marché, c’est le cours d’ouverture qui sera sa limite. S’il est entré en séance sur une valeur cotée en continu, c’est la meilleure offre d’achat ou de vente, suivant qu’il sera à la vente ou à l’achat qui sera sa limite. Il faut l’utiliser lorsque l’on a la certitude d’un mouvement important sur une valeur et en conséquence, l’ordre limité classique serait difficilement réalisable.

ORDRE DE BOURSE
Demande faite à l’intermédiaire financier pour acheter ou vendre une valeur en bourse.

ORDRE TOUT OU RIEN
Ordre à cours limité dont l’exécution est conditionnée par une contrepartie suffisante sur le marché. Le prix est maîtrisé, le fractionnement évité. Cet ordre précise que les titres à vendre ou à acheter doivent l’être en totalité et en une seule fois. Cet ordre doit comporter une limite. Son avantage est qu’il évite une exécution fractionnée, donc des frais souvent plus élevés du fait de l’existence d’un minimum de frais par transaction. L’ordre tout ou rien n’est pas recevable sur les valeurs du CAC 40 et doit porter sur une somme inférieure à 50.000 francs pour les actions. Ces ordres ne sont pas prioritaires. De plus, lors du fixage, ils ne sont confrontés qu’entre eux et ne sont réalisés que si la contrepartie est suffisante (ce qui est logique puisqu’ils ne peuvent être fractionnés). L’avantage de cet ordre est uniquement lié au montant des frais de transaction. Son inconvénient est que son exécution est loin d’être certaine dans un laps de temps relativement court. Sa limite doit donc être revue assez fréquemment pour demeurer compatible avec le marché.
Depuis le 1er septembre 2003, l'ordre "tout ou rien" a disparu de la gamme des ordres d'Euronext.

OVERNIGHT TRADING
Négociation sur plus d’une séance boursière.


PARISBOURSE SA
Entreprise de services qui gère l’ensemble des marchés de la bourse de Paris. Elle en assure le fonctionnement, la sécurité et le développement. Elle gère les systèmes informatiques de cotation, elle prononce l'admission des valeurs à la cote.

PARITÉ
C'est le nombre de warrants ou d'options qu'il est nécessaire de détenir pour exercer un seul droit sur le support. Si elle est de dix, cela signifie qu'il faut détenir 10 warrants pour exercer le droit qui leur est rattaché. Cela permet de réduire le prix des warrants et de les rendre liquides.

PARTICIPATION AUX BÉNÉFICES
Les contrats d'assurance vie prévoient une participation aux bénéfices réalisés par l'assureur, au minimum dans le cadre des dispositions du code des assurances, soit 90% des bénéfices techniques et 85% des bénéfices financiers. Certains assureurs vont au-delà.

PARTIES (AUX CONTRATS)
Personnes physiques ou morales qui ont signé un accord. Elles sont les seules à pouvoir ensuite ne modifier le contenu et à devoir en assumer les obligations comme à en exercer les droits.

PARTIES COMMUNES
C'est une terme utilisé uniquement pour les logements relevant d'un régime de copropriété. Par opposition aux parties privatives, les parties communes sont d'un intérêt général, elles sont utiles à tous : c'est le cas, par exemple, des jardins, des voies d'accès, des escaliers ou encore des ascenseurs. Appartenant de façon égale à tous les copropriétaires, les parties communes donnent lieu à des charges d'entretien auxquelles tous les copropriétaires sont tenus de participer.

PAS DE COTATION
Le pas de cotation est la plus petite variation de cours possible. Elle varie en fonction de l’importance du montant du cours : 0,01 euro jusqu’à 50 euros, puis 0,05 euro jusqu’à 100 euros, 0,50 euro au-dessus de 500 euros.

PASSIF
C'est l'ensemble des ressources dont l'entreprise dispose (capitaux apportés par les actionnaires, fonds prêtés par les banque...).

PATRIMOINE
Ensemble des biens d'une personne physique ou morale.

PEA (PLAN D’EPARGNE EN ACTIONS)
Plan d’épargne en actions. Instrument d’épargne qui permet de gérer un portefeuille sans payer d’impôt sur les plus values si les actions sont conservées au moins 5 ans. Il permet d'investir dans des SICAV ou des FCP d'actions françaises ou européennes.

PENALITES
Sanction pécuniaire appliquée par le fisc en vertu de la loi.

PENALITES DE REMBOURSEMENT ANTICIPE
Indemnités contractuelles dues par l'emprunteur lorsqu'il effectue, en cours de prêt, un remboursement totale ou partiel de son capital emprunté. Ces indemnités sont plafonnées par la loi Scrivener, à 3% des capitaux restant dus. Certains prêts à taux variable permettant à l'emprunteur de bénéficier d'une exonération de ces indemnités après une certaine durée de prêt.

PENNY-STOCKS
Il s’agit de sociétés cotées qui s’échangent pour la modique somme de plus ou moins une livre sterling sur une bourse comme la bourse de Londres. Elles sont peu nombreuses en France. Avec ces sociétés, une variation de cours de bourse, même limitée à quelques centimes, représente un gain ou une perte important en pourcentage de la somme investie. Les penny-stocks sont généralement de véritables billets de loterie (Eurotunnel, Zambia copper)

PER (PRICE EARNING RATIO)
Price earning ratio. Il est égal au cours divisé par le bénéfice futur estimé par action. Nombre d’années de bénéfices que vaut la société. Le PER relatif est le rapport entre le PER de la société et le PER moyen de son secteur d’activité.

PERFORMANCE
C'est le gain ou la perte totale réalisé sur une période donnée. Cette performance exprimée en pourcentage, prend en compte la plus-value et le dividende net comme s'il avait été réinvesti.

PERMIS DE CONSTRUIRE
C'est une autorisation administrative qu'il est obligatoire d'obtenir avant de commencer tous travaux de construction ou d'agrandissement de son habitation. L'obtention du permis de construire doit faire l'objet d'une demande préalable auprès de la mairie où vont être exécutés des travaux. Le permis de construire n'est délivré qu'après examen du projet de construction. En effet, les travaux ne sont autorisés qu'à la seule condition qu'ils soient conformes au code de l'urbanisme et aux règles relatives à l'occupation des sols. Délivré, en règle générale, dans un délai de 2 mois, ce document permet le commencement des travaux. L'administration conserve cependant un droit de visite pendant toute la durée des travaux et délivre en fin de chantier un certificat de conformité.

PERSONNES A CHARGE
Il existe plusieurs catégories de personnes à charge notamment les enfants célibataires âgés de moins de 18 ans et au-delà accomplissant des études supérieures, les enfants infirmes, quel que soit leur âge, et les ascendants. Pour tenir compte des personnes à charge, deux systèmes ont été mis en oeuvre : le quotient familial ou la déduction du revenu imposable des pensions alimentaires versées aux personnes à charge.

PLAFOND DE GARANTIE
Limite de l'engagement de l'assureur.

PLU
Le plan local d'urbanisme a remplacé le plan d'occupation des sols (POS). Comme le POS, il peut être consulté en mairie et vous renseignera sur la répartition du territoire communal en zones constructibles, espaces verts zones industrielles et zones protégées. Le PLU intègre de plus, les projets d'aménagement intéressant la commune.

PLUS-VALUE
Gain boursier qui correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d’achat.

PLUS-VALUE IMMOBILIÈRE
C'est le bénéfice dégagé par la vente d'un bien immobilier. Le calcul de la plus-value est complexe, car il ne se limite pas à la différence entre le prix d'achat et le prix de revente du bien. La plus-value se calcule en effet en tenant compte des dépenses effectuées pendant la période de propriété (travaux, etc. ), mais aussi, et surtout, de l'inflation entre le moment de l'achat et de la revente du bien.

POLICE
Contrat écrit d'assurance passé entre l'assureur et l'assuré. La police matérialise l'accord des deux parties signataires du contrat.

PORTEFEUILLE
Ensemble des valeurs détenues par un investisseur.

POSITION
Dans le cadre du service à règlement différé (SRD), la position à un instant donné, correspond à la valorisation des titres achetés ou bien des titres vendus.

Le jour de la liquidation est procédée à la différence entre la position des titres à l’achat et la position des titres à la vente.

Si la valorisation des titres à l’achat est supérieure à la valorisation des titres à la vente on parle de position «acheteur», inversement si la valorisation des titres à l’achat est inférieure à la valorisation des titres à la vente on parle de position «vendeur».

PRÉAVIS DE RÉSILIATION
Délai que doit respecter l'assuré pour faire connaître à l'assureur son intention de résilier le contrat et réciproquement.

PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE
Option fiscale permettant à un épargnant d'être imposé forfaitairement sur les revenus des placements à revenu fixe (obligations, titres du marché monétaire).

PRÉLÈVEMENT LIBÉRATOIRE
Il permet au porteur d’obligations de ne pas réintégrer ses revenus dans sa déclaration fiscale moyennant un prélèvement forfaitaire.

PRÉLÈVEMENT OBLIGATOIRE
Le détenteur d'une obligation peut opter pour un prélèvement libératoire forfaitaire sur le revenu de celle-ci. C'est un avantage pour les détenteurs de gros portefeuilles d'obligations. Les non-résidents porteurs d'obligations sont désormais exonérés de tout prélèvement fiscal sur le revenu.

PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX
Sur le plan boursier, ils s'élèvent au total à 10% et se décomposent ainsi : prélèvement social de 2%, contribution sociale généralisée de 7,5 %, contribution pour le remboursement de la dette sociale de 0,5%. Les dividendes et les plus-values sont soumis à ces prélèvements.
Sur le plan fiscal, pour certains revenus perçus par des personnes fiscalement domiciliées en France, des prélèvements sociaux viennent s'ajouter au montant de l'impôt sur le revenu dû quel qu'en soit le mode de prélèvement (barème progressif, taux libératoire ou taux proportionnel). Ils se composent de la CSG (taux de 7,5%), de la CRDS (taux de 0,5%) et d'un prélèvement social actuellement fixé à 2% soit 10% du total.

PREMIER MARCHE
Les entreprises qui y sont cotées sont les plus importantes en taille. Elles doivent mettre au moins 25% de leur capital à la disposition des investisseurs et présenter trois ans d’historique de comptes. La capitalisation boursière doit impérativement être supérieure à 750 millions d’euros (environ 5 milliards de francs). Le premier marché comprend également la quasi-totalité des emprunts obligataires publics ou privés.

PRESCRIPTION
Mode d'acquisition ou d'extinction d'un droit par écoulement d'un certain laps de temps. Les actions dérivant d'un contrat d'assurance sont prescrites au bout de deux ans à compter de l'évènement qui y a donné naissance sauf en assurance vie où la prescription est décennale.

PRESTATION EN ESPÈCES
Versements destinés à compenser la perte subie par un assuré privé de revenus suite à une invalidité ou à une maladie.

PRESTATIONS EN NATURE
Remboursement des frais de soins ou de service.

PRÊT PERSONNEL
Prêt consenti pour le financement de dépenses personnelles non spécifiques. Les intérêts à acquitter sont calculés sur la somme prêtée, utilisée ou non.

PRICE EARNING RATIO
Dit encore multiple de capitalisation, il est un indicateur qui permet d'évaluer le prix d'une action. C'est le rapport entre le cours du titre et son bénéfice par action.

PRIME
Somme due par le souscripteur à l'assureur en contrepartie du risque pris en charge par celui-ci. Elle est payable d'avance.

PRIME RATE
C'est le meilleur taux appliqué au meilleur client.

PRIME DE RISQUE
Rendement supplémentaire attendu par un investisseur sur les marchés financiers pour rémunérer le risque qu'il prend par rapport à un investissement dit sans risque (emprunts d'Etat).

PRIVILÈGE DE PRÊTEUR DE DENIER
Dans un sens large, c'est l'avantage que la loi confère à un créancier d'être préféré aux autres créanciers. En matière de crédit immobilier, c'est une hypothèque spéciale sur l'immeuble qui garantit le remboursement du principal c'est-à-dire du capital et des intérêts.

PRIX D’ÉMISSION
Le prix d’émission est celui auquel l’obligation est vendue au souscripteur. Il peut être inférieur à la valeur nominale. Un titre émis à 500F de valeur nominale peut être proposé à un prix de souscription inférieur. On appelle la différence la prime d’émission.

PRIX DE REMBOURSEMENT
C’est le prix payé par l’émetteur au moment du remboursement. Le prix de remboursement coïncide généralement avec le pair. Il peut cependant être parfois supérieur. La différence s’appelle prime de remboursement. Certains emprunts sont remboursés en une seule fois à la fin de leur durée de vie : on dit alors que le remboursement est in fine. D’autres emprunts sont remboursés par tirage au sort par séries ou tranches égales ou par annuités constantes.

PRIX DE REVIENT DES VENTES
Prix qui intègre le prix d’achat des marchandises ainsi que les frais accessoires d’achat (droits de douane, frais annexes de transit …)

PRIX D’UNE ACTION
D’une façon très basique, le prix d’une action est celui auquel on peut l’acheter ou la vendre. Ce prix est déterminé toutes les fois qu’une transaction est effectuée (souvent plusieurs fois par séance de bourse). On parle alors de cours qui est un prix de marché à l’instant T. Cela étant, chacun peut constater que les cours des actions connaissent en une seule séance des variations très importantes. Des écarts aussi bien à la hausse qu’à la baisse, compris entre 5 et 10% ne sont pas rares, sans que pour autant des évènements concernant directement l’entreprise, donc ayant une influence sur sa valeur, justifient ces mouvements boursiers. La constatation de ce phénomène témoigne de ce que le cours de bourse ne peut pas être la vraie valeur de l’action, mais une simple valeur approchée, grossie ou diminuée d’une appréciation spéculative, et influencée, en outre, par des éléments techniques étrangers à l’entreprise cotée. Les éléments techniques étant en général accidentels (déséquilibre momentané entre l’offre et la demande) ou peu durables, il convient de ne pas prendre en compte leurs effets dans l’évaluation d’une valeur, mais on peut toujours en profiter pour acheter ou vendre un titre. Les phénomènes de mode, eux, ne sont pas à considérer comme des éléments techniques, du moins pour les secteurs concernés, car ils répondent à une réalité économique qui doit entrer dans le calcul de la vraie valeur de chaque action avec sa part spéculative. A contrario, comme cela se produit pour les entreprises qui font partie de la nouvelle économie, le fait que certains titres soient vendus, voire survendus, dans le simple but de pouvoir effectuer des arbitrages ne doit pas avoir d’influence sur le comportement de l’investisseur.
En dehors des cours de bourse, la valeur d’une entreprise est déterminée par plusieurs éléments économiques. Le premier d’entre eux est la profitabilité et les perspectives de croissance de cette profitabilité. La valeur des actifs est également un élément d’appréciation. C’est surtout le cas pour les sociétés immobilières et les holdings. Enfin, lorsque les parts de marché présentent un aspect quasiment captif, voire que l’entreprise dispose de technologies particulières qui seraient plus coûteuses à développer ou à effectuer qu’à racheter en bourse, ces éléments contribuent à sa valorisation. Il faut ajouter également le rendement de son coupon, apprécié à partir du dividende global.
Le meilleur critère d’évaluation d’une action repose donc sur les bénéfices réels qu’elle dégage. Le price to earning ratio (PER) ou taux de capitalisation du bénéfice net, est le premier instrument de mesure et le plus utilisé. Pour l’obtenir, on divise le cours de l’action par le bénéfice net estimé pour l’année en cours, ramené à une action. On peut également passer par la capitalisation boursière de l’entreprise et diviser celle-ci par le bénéfice net pris dans sa globalité. Mais alors il faut tenir compte des titres non inscrits à la cote et des actions convertibles en les considérant complètement converties et en modifiant dans le même temps le bénéfice global en conséquence. Reste à apprécier le résultat obtenu. Une action cotée 100 euros dont on attend 5 euros de bénéfice net a un taux de capitalisation de 20, une autre qui cote 200 euros et dont on attend un bénéfice net de 7,5 euros a un taux de capitalisation de 26,66. Faut-il en conclure que la première valant moins cher, il convient de l’acheter et de vendre la seconde ? Si ces actions sont représentatives chacune d’entreprises très proches par leurs activités et qui ont des perspectives de croissance de leur profitabilité identiques, il convient de répondre par l’affirmative à cette question. Autrement, il faudra analyser chaque valeur pour savoir si son PER est trop élevé ou trop faible. C’est alors qu’entrent en jeu les perspectives de croissance des résultats. Lorsqu’on paye une action sur la base d’un cours qui représente 20 fois le bénéfice de l’année, on paye 20 ans de bénéfice, à supposer que celui-ci soit identique chaque année. On est alors dans un schéma de croissance zéro qui heureusement st utopique, mais il sert au raisonnement. Payer 20 ans de bénéfices, c’est beaucoup trop. La règle voulait jusqu’à ces dernières années que le juste prix d’une valeur soit 7 ans de bénéfices accumulés, et cela quelque soit la nature de l’entreprise. Dans l’environnement actuel (avril 2000), la bonne règle est de payer 10 ans de bénéfices accumulés. Sur la base d’une croissance régulière de 15% des bénéfices réels, on admettra un PER de 20. Si la croissance des bénéfices est très supérieure à 15%, on admettra un PER plus élevé, voire beaucoup plus élevé. Ainsi, une valeur dont la croissance annuelle des bénéfices serait de 30%, suivant le même calcul admettrait un PER de 42,5.

PRIVATISATION
Ouverture et vente de tout ou partie du capital de sociétés détenues par l’Etat.

PROMESSE DE VENTE
Comme le compromis, la promesse de vente peut prendre la forme d'un acte soit notarié, soit sous seing privé. Mais, contrairement au compromis, ce n'est pas un engagement, seulement une option donnée par le vendeur sur un bien immobilier. La loi SRU oblige le vendeur à notifier l'acte à l'acheteur, par recommandé avec AR et à lui offrir un délai de rétractation de 7 jours. Aucun versement ne peut être perçu avant le terme des 7 jours sauf si un professionnel est intervenu à l'acte.

PROFIT WARNING
Annonce par la société au marché que les bénéfices ne seront pas ceux attendus par la communauté financière. Les analystes alors informés en même temps que les autres acteurs du marché, y compris les gérants de portefeuille, pour les premiers revoient leurs calculs et leurs appréciations et les seconds allègent leurs positions, autrement dit ils vendent. L’effet sur les cours de bourse est immédiat : ils baissent. La baisse est d’autant plus forte que la valeur est sensible et que les espoirs qu’elle portait étaient grands. Les valeurs de la nouvelle économie sont particulièrement réactives à ce type d’annonce. Cela ne veut pas dire que la valeur est devenue mauvaise.

PROVISIONS MATHÉMATIQUES
Provisions techniques figurant au passif du bilan d'une entreprise d'assurances et représentant le montant des engagements à l'égard de l'ensemble des assurés, calculé d'après les tables de mortalité et un taux d'intérêt garanti fixé par la réglementation. C'est aussi l'estimation à un moment donné de l'engagement d'un assureur vis à vis de l'ensemble de ses assurés ou vis à vis d'un assuré.

PUT
Option de vente sur les marchés dérivés. Il s’agit d’un droit de cendre jusqu’à une date donnée (l’échéance) une devise, un indice, un taux ou une action, à un prix d’exercice fixé d’avance. Ce droit a une valeur : la prime. Elle reflète d’un côté la valeur intrinsèque de l’option (pour une action cotée 110 francs, le droit de la vendre à 100 francs vaut 10 francs) et, de l’autre, la valeur temps. Cette dernière représente l’espoir d’une baisse de l’action d’ici à l’échéance. Et pour peu que l’action passe en dessous de son prix d’exercice d’ici à l’échéance, la prime devient positive et l’opération gagnante. Les puts sont négociés sur le marché ordinaire du MONEP, soit émis par un établissement financier qui en assure la cotation. Il s’agit alors de Warrants. Dans les deux cas, il existe un puissant effet de levier. Pour spéculer sur la baisse d’un indice, vous pouvez donc acheter un put soit sur le MONEP, soit sur le marché des Warrants. En revanche, pour spéculer sur une action, vous ne pouvez intervenir que sur le MONEP, les sociétés cotées interdisant aux émetteurs de Warrants de proposer des puts. Ces outils de spéculation ne sont pas à mettre entre toutes les mains. Mieux vaut être initié à la bourse.

PUT WARRANT
Valeur mobilière qui donne le droit de vendre le support à prix fixé jusqu'à ou à une échéance donnée.


QUANTIÈME
Date à laquelle le montant de la mensualité doit être réglé.

QUITTANCE
Écrit par lequel un créancier reconnaît avoir reçu le paiement de sa créance.

QUITUS
Acte par lequel la gestion d'une personne est reconnue exacte et régulière.

QUORUM
Le quorum est le nombre de titres ou de membres suffisant pour délibérer et ce, par rapport à l'ensemble des parts, actions ou membres constituant le capital, le conseil, ... Le quorum exigé lors de la première convocation à une AG ordinaire est d'un quart (1/4) des actions ayant droit de vote alors que pour une AG extraordinaire le quorum sera d'un tiers (1/3).

QUOTIENT FAMILIAL
Nombre de parts servant à diviser le revenu net passible du barème progressif de l'impôt sue le revenu. Ce nombre dépend de la situation familiale du contribuable ainsi que du nombre de personnes à sa charge fiscalement. Il vise à adapter le montant de l'impôt pour un même revenu à l'importance du foyer fiscal.

QUOTITÉ
Quantité minimale d’actions (ou quantité minimale ou multiple de warrants) nécessaire pour une opération d’achat ou de vente.

RACHAT
Dans les contrats d'assurance vie comportant la constitution d'une épargne, une partie de cette épargne est acquise au bénéficiaire : c'est la valeur de rachat. Cette opération permet au souscripteur de se faire rembourser l'épargne, dès lors que deux cotisations annuelles ou 15% du cumul des cotisations prévues au contrat ont été versées.

RACHAT DE CRÉDIT
Opération visant à remplacer plusieurs crédits à la consommation par un crédit unique plus facile à gérer pour l'emprunteur.

RAPPORT ANNUEL
Une société cotée en Bourse doit publier un rapport annuel pour informer ses actionnaires. Le rapport annuel comporte toujours une partie financière composée d'un bilan, d'un compte de résultat et d'une annexe donnant les clés de lecture.

RATTACHEMENT
Les enfants célibataires âgés de plus de 18 ans sont en principe distinctement imposables. Toutefois, ils peuvent demander à être rattachés au foyer fiscal de leurs parents sous certaines conditions. La demande de rattachement doit être formulée par écrit lors de chaque déclaration d'impôt.

RÉAMÉNAGEMENT
Renégociation des conditions du prêt consenti par l'établissement prêteur et donnant lieu à la rédaction d'un avenant (document annexe au contrat initial).

RECOUVREMENT
Mot synonyme d'encaissement. La mise en recouvrement est l'opération par laquelle la créance du Trésor devient certaine à une date déterminée.

REDEVABLE
Personne qui a une dette d'impôt.

REDRESSEMENT FISCAL
Rectification d'une déclaration fiscale par le service des impôts, lorsqu'il constate des insuffisances, erreurs ou omissions.

RÉDUCTION
Diminution du montant de l'engagement de l'assureur lorsque les primes ne sont plus payées. Cette réduction n'empêche pas le contrat de se poursuivre jusqu'à son terme initial.

RÉDUCTION D'IMPÔT
Avantage fiscal permettant de déduire une certain montant, généralement exprimé en pourcentage de l'investissement réalisé, du montant final de l'impôt sur le revenu.

RÈGLE DE TEMPS
Les ordres suivent deux règles de priorité: par la règle de prix tout d'abord, puis par la règle de temps. La règle de temps s'applique lorsque deux ordres de même sens et de même prix peuvent être exécutés: le premier arrivé est prioritaire.

RÈGLE DU PRIX
Les ordres suivent deux règles de priorité: par la règle de prix tout d'abord, puis par la règle de temps. La règle de prix s'applique lorsque deux ordres de même sens peuvent être exécutés: celui qui propose le meilleur prix est prioritaire. Un ordre d'achat avec une limite de prix supérieure sera servi avant les ordres libellés à des prix inférieurs. Inversement, un ordre de vente avec une limite de prix inférieure sera traité avant ceux limités à des prix plus élevés.

RELIT
C'est un dispositif de Règlement LIvraison des Titres entre intermédiaires financiers. Le dénouement, géré par EUROCLEAR FRANCE SA s'opère de manière automatisée, par un échange simultané de titres et d'espèces à même date de valeur. Plusieurs cycles de traitement sont réalisés chaque jour.

REMBOURSEMENT ANTICIPE
Remboursement total ou partiel du prêt consenti avant l'expiration de la durée initialement prévue au contrat. Les crédits à la consommation ne donne pas lieu au paiement d'une pénalité de remboursement anticipé.

REMBOURSEMENT PAR ANNUITÉ OU IN FINE
La technique usuelle de remboursement d'un prêt est le remboursement par annuités : chaque échéance comporte une fraction du capital et des intérêts. La capital emprunté s'amortit au fil du remboursement. Elle s'oppose à la technique in fine dans laquelle le remboursement du capital est effectué en fin de crédit. Pendant toute la durée du prêt, l'emprunteur ne paie que les intérêts. Le remboursement du capital est effectué à la fin à l'aide d'un placement souscrit parallèlement.

RENDEMENT
Dividende divisé par le cours de bourse. Rapport entre le dividende net majoré de l’avoir fiscal versé à l’actionnaire et le cours du titre. Le dividende net (sans l’avoir fiscal) est le rendement net. Le rendement brut est le rapport du dividende global (avoir fiscal compris) sur le cours de l’action.

RENDEMENT ACTUARIEL
Pour une obligation, rendement annuel du placement calculé par la méthode des intérêts composés, c'est-à-dire en tenant compte non seulement du montant des intérêts, mais aussi de leurs échéances. Les intérêts versés durant la vie de l'emprunt sont supposés réinvestis au même taux.

RENDEMENT FACIAL
Pour une obligation, rapport entre le prix de remboursement et son coupon annuel.

RENDEMENT NET OU GLOBAL
Rapport entre le dividende net majoré de l'avoir fiscal versé à l'actionnaire et le cours du titre. Le dividende net (sans l'avoir fiscal) est le rendement net.

RENFORCEMENT
Action d’augmentation du nombre de titres composant une ligne (en principe, doublement).

RENTE
Ensemble des sommes reçues régulièrement soit pendant toute la vie, soit pendant une durée fixée lors de la souscription du contrat. La rente résulte de la distribution du capital constitué à cet effet.

RELUTIF
Se dit de tout ce qui fait augmenter le bénéfice par action.
La relution peut se définir comme une action décidée par une entreprise dans le but de revaloriser la rentabilité de ses fonds propres et, par voie de conséquence, le bénéfice net par action. A cette fin, il existe plusieurs façons de procéder. La première, la plus simple sinon la plus rapide à effectuer et à apprécier, est l’OPRA. Autrement dit le rachat par une entreprise, de ses propres actions. La seconde va consister à acquérir une autre entreprise à rentabilité déjà plus élevée.
Dans le premier cas, ce sont les liquidités de la société qui sont utilisées. Il faut alors que le loyer de l’argent soit sensiblement plus faible que la rentabilité de l’activité de l’entreprise.
Exemple : une société X dont d’activité principale (rentabilité de 12%) génère 12 millions de francs et dont le placement de la trésorerie (rentabilité de 3%) rapporte 2 millions de francs. En supposant que les liquidités permettent de racheter en Bourse 25% du capital, la société aura intérêt à effectuer une OPRA. En effet, en supposant qu’il existe 1 000 000 d’actions, à l’issue de cette opération, il n’en restera plus que 750 000, tandis que les profits passeront de 14 millions de francs à 12 millions de francs. Mais, ramenés à une action, ils passeront de 14 à 16 francs. Les fonds propres auront été, eux, réduits très sensiblement par l’annulation de 25% du capital, alors que la masse des profits n’aura régressé que de 14,3%. Mécaniquement, cela se traduit par une amélioration de la rentabilité des fonds propres. Pour cette raison, les investisseurs accorderont une meilleure cote au titre. Autrement dit, ils le paieront sur la base d’un PER plus élevé. Si le PER avant l’opération était de 10, l’action se paierait 140 francs ; si après l’opération le PER était de 10,5, l’action se paierait 168 francs. Dans ce schéma, la société y gagne en rentabilité et l’actionnaire, en valorisation de ses titres – il y a eu relution. Mais il est clair que la valeur intrinsèque de l’entreprise (la book value), elle, aura baissé du montant des liquidités qui auront servi à l’acquisition pour annulation de 25% de ses actions existantes. Il y a donc perte de substance.
Il existe une variante importante à cette procédure de relution. En effet, suivant sa situation, l’entreprise pourra procéder de manière différente. Si elle dispose comme le cas précédent de liquidités importantes qui lui permettent non plus de racheter ses propres actions pour les annuler, mais de procéder à l’acquisition dune entreprise plus rentable que ne l’étaient ses liquidités, il y aura également relution. Dans le même esprit, l’entreprise ne disposant pas des liquidités suffisantes pourra vendre des activités peu ou pas rentables ou, tout simplement, ne permettant pas de mettre en œuvre des synergies avec les autres activités, et donc d’améliorer à terme sa rentabilité, afin de se donner les moyens financiers de réaliser une acquisition. De nombreuses entreprises se sont livrées à ce genre d’exercice ces dernières années sous le nom de recentrage sur les métiers de base. Le but est toujours d’améliorer la rentabilité suivant le schéma précédemment décrit, mais, cette fois, sans perte de substance, puisque les nouvelles activités viennent en remplacement des actifs cédés ou utilisés, au contraire de ce qui se produit dans une OPRA. Il est certain, cependant, que le résultat de la relution peut ne pas être immédiat, voire aléatoire, si le mariage des nouvelles activités avec les anciennes, ne produisait pas les résultats escomptés. Ce qui n’est pas le cas avec une OPRA, le phénomène étant la mécanique, donc, immédiat et certain.
Voir aussi : OPRA.

REPORT
C'est la prorogation (payante) d'une position sur le mois suivant dans le cadre du service à règlement différé.

REPORT D'ÉCHÉANCE
Décision prise par le prêteur, sur demande de l'emprunteur, de reporter le paiement d'une échéance à une date ultérieure.

RÉSERVATION
La réservation est une procédure décidée par l’entreprise de Marché lorsque la confrontation des offres et des demandes sur une valeur ne peut conduire qu’à la cotation d’un cours au delà des variations autorisées. La valeur est dite « réservée », le prix auquel elle intervient et l’heure de reprise de la cotation font l’objet d’une information à l’ensemble du marché.

RÉSIDENCE SECONDAIRE
C'est le terme qui désigne un bien immobilier occupé moins de huit mois par an par opposition à la résidence principale. La résidence secondaire est généralement occupée pour les loisirs, comme par exemple les appartements ou maisons situés à la mer ou à la montagne. Contrairement à la résidence principale, la résidence secondaire ne bénéficie pas de mesures fiscales aussi avantageuses. Par exemple, la vente d'une résidence secondaire est sujette à l'impôt sur la plus-value.

RÉSILIATION
Cessation définitive et anticipée du contrat. La résiliation est annuelle dans la plupart des contrats IARD avec un préavis de deux mois avant la date d'échéance, sauf pour les contrats individuels d'assurance maladie et les risques autres que ceux des particuliers.

RÉSISTANCE
Une résistance est une droite qui relie plusieurs sommets (points hauts) d'un graphique, sans que l'action ait encore franchi cette ligne. La rupture de cette ligne constitue un indicateur d'achat. Lorsqu'une résistance est franchie, elle devient un soutien.

RÉSULTAT COURANT
Somme du résultat d'exploitation et du résultat financier. In donne une idée sur résultat que l'entreprise est capable de dégager sur une longue période.

RÉSULTAT D’EXPLOITATION
Résultat dégagé sur les opérations de l’entreprise. Il est indépendant de la politique financière de l’entreprise.

RÉSULTAT EXCEPTIONNEL
Différence entre les produits exceptionnels et les charges exceptionnelles.

RÉSULTAT FINANCIER
Différence entre les produits financiers et les charges financières du compte de résultat.

RÉSULTAT NET
Résultat égal à la somme du résultat courant avant impôt et du résultat exceptionnel, déduction faite de la participation des salariés et de l’impôt sur les bénéfices.

RETRAITE
Ce qualificatif signifie que le bénéfice a été corrigé de tous les éléments non récurrents et augment de tout ce qui correspond aux bénéfices réels et significatifs d’une entreprise.

RETURN ON EQUITY (ROE)
Rapport entre le résultat global d’une société et le montant de ses fonds propres. Ce ratio mesure sa capacité à valoriser les capitaux confiés par les actionnaires.

REVENU FONCIER
Les revenus fonciers constituent une des catégories de revenus soumis à l'impôt sur le revenu. Ils regroupent pour l'essentiel, les revenus provenant de la location de propriétés bâties non meublées ou non bâties appartenant à un contribuable ou aux membres de son foyer fiscal et les produits de parts de sociétés immobilières non passibles à l'impôt sur les sociétés.

RÉVISION COMPTABLE OU AUDIT COMPTABLE
La révision ou l’audit comptable consiste en l’examen et la vérification des comptes d’une entreprise. Cet examen doit apprécier les pratiques comptables et les estimations retenues pour l’arrêté des comptes.

La révision annuelle est effectuée par un commissaire aux comptes qui approuve et certifie les méthodes et les comptes. Pour une opération particulière (introduction en bourse) l’intervention d’un cabinet supplémentaire peut être requise.

RISQUE
Quelles que soient les dettes contractées par la société, le risque de l' actionnaire est limité à son apport. C'est le principe des sociétés de capitaux.

RÔLE
Liste des contribuables indiquant le montant des impôts qu'ils ont à payer.

ROMPU
Différence entre le nombre de titres d’un actionnaire et le multiple le plus proche du nombre minimal de titres requis pour participer à une opération financière.

RSI (Relative Strengh Index)
Cet indicateur d'intensité indique la force d'un courant haussier ou d'un courant baissier. La formule se du RSI se calcule ainsi :
RSI = 100 - [100 / (1 + RS) ]
où RS = Moyenne des hausses sur les x derniers jours / Moyenne des baisses sur les x derniers jours.
Lorsque le marché n'est que haussier sur la période considérée, le RSI tend vers 100, et il tend vers 0 lorsque le marché n'est que baissier. D'une manière générale, on considère qu'une action est en zone de surachat lorsque le RSI est supérieur à 70 et qu'elle est survendue pour un RSI inférieur à 30. Généralement, une zone de surachat est propice aux prises de bénéfices et une zone de survente propice à des achats à bon compte.

ÇáÑÌæÚ Çáì ÃÚáì ÇáÕÝÍÉ ÇÐåÈ Çáì ÇáÃÓÝá
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
ÇáãÏíÑ Ã/ Øå ÇáÚÈíÏí
Admin


ÚÏÏ ÇáÑÓÇÆá : 5079
ÇáÅÓã æ ÇááÞÈ : ÑÌÇá ÇáÞÇäæä
äÞÇØ : 5321
ÊÇÑíÎ ÇáÊÓÌíá : 19/01/2008

ãõÓÇåãÉãæÖæÚ: ÑÏ: Lexique bousier   ÇáÓÈÊ ÓÈÊãÈÑ 06, 2014 11:20 am


SBF (SOCIETE DES BOURSES FRANÇAISES)
La SBF a changé de nom et est devenue Paris Bourse S.A. Reprend les 40 valeurs du CAC 40 et 80 titres cotés en continu des premier et second marchés. Le SBF 250 reprend l’ensemble de ces valeurs et y ajoute 130 autres des premier et second marchés, cotés en continu ou au fixing. Le SBF 80 a été créé en 1997, il est composé des valeurs du SBF 120 moins celles du CAC 40. L’ensemble de ces indices est calculé par rapport à une base 1000 au 31 décembre 1990.

SCI (SOCIÉTÉ CIVILE IMMOBILIÈRE)
Ce sont des sociétés civiles dont l'objet exclusif est la gestion d'un patrimoine immobilier. Chaque associé de la SCI est personnellement imposé sur la quote-part lui revenant des résultats.

SÉANCE DE BOURSE
Le déroulement d'une séance de Bourse dépend du groupe de cotation auquel appartient chaque valeur. La Bourse de Paris a regroupé les titres en fonction de leur liquidité. Les valeurs les moins liquides sont négociées au fixage, tandis que les valeurs les plus échangées sont traitées selon un mode mixte: La journée commence par une pré-ouverture de 7H15 à 9 heures. Les ordres s'accumulent sans qu'aucune transaction n'intervienne. A 9 heures, l'ordinateur confronte tous les ordres et détermine le cours d'ouverture par un fixage. De 9h à 17H25, le marché fonctionne en continu. A 17H25, l'ordinateur suspend la cotation tout en accumulant les ordres jusqu'à 17H30 où une nouvelle cotation au fixage établit le dernier cours de la journée.

SECOND MARCHE
Il regroupe les entreprises de taille moyenne, capitalisant au moins 12 millions d’euros (80 millions de francs), et offrant au public 10 % de leur capital au minimum. Le Second Marché est un marché réglementé crée en 1983 pour accueillir les sociétés de taille moyenne. Les sociétés sont tenues d’introduire 10% de leur capital sur le marché.

SECTEUR D’ACTIVITÉ
Le domaine d’activité économique dans lequel se situe une entreprise (ex : distribution, alimentaire, BTP) a une influence déterminante sur l’évolution du cours des actions de cette société, c’est pourquoi les professionnels du marché déterminent des secteurs d’activité qui permettent de créer des outils de référence.

SELL STOP MARKET
Ordre stop ou à seuil de déclenchement. Si vous êtes à l’achat, un ordre de vente vous protège en cas de retournement du marché.

SENSIBILITÉ
Cet instrument mesure la variation de cours par rapport à une variation de 1 point des taux d'intérêt. Deux SICAV peuvent avoir la même sensibilité avec des portefeuilles composés d'obligations dont le terme est différent, cela dépend des anticipations faites par les spécialistes sur l'évolution des taux.

SEUIL DE CESSION
Seuil de cession de valeurs mobilières au-delà duquel l’épargnant devra s’acquitter de l’impôt sur les plus values. Il est fixé par la loi de finances.

SICAV
Société d’investissement à capital variable. Gère un portefeuille de titres pour le compte de ses actionnaires épargnants. Ces titres, comme les FCP, sont émis par des établissements financiers et permettent d'acquérir une fraction d'un portefeuille de valeurs mobilières, géré par un professionnel. Ces sociétés disposent d'une personnalité morale distincte ayant pour seul objet de gérer un portefeuille de titres pour le compte de leurs actionnaires qui peuvent souscrire des parts ou se faire rembourser les parts qu'ils ont souscrites, chaque jour en fonction de la valeur liquidative du portefeuille.

SICOVAM
La société interprofessionnelle de composition de valeurs mobilières conserve les valeurs mobilières et gère le dénouement de chaque transaction. C'est le dépositaire central français des valeurs mobilières françaises. Elle assure les écritures de mouvements de titres entre établissements.

SMALL CAPS
Petites capitalisations. Par opposition aux poids lourds de la cote, sociétés ayant une faible capitalisation boursière.

SOCIÉTAIRE
Personne qui adhère à une société mutuelle d'assurance ou à une mutuelle agricole.

SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI)
Société immobilière ayant pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier (bureaux, habitations, murs de boutiques). Elle distribue les revenus de ses placements aux associés, qui sont imposés en leur nom personnel et non au nom de la société.

SOCIÉTÉ DE BOURSE
Intermédiaire (entreprise d’investissement) qui offre différents services boursiers tels que l’analyse financière des sociétés cotées, l’exécution des ordres, la conservation des titres…

SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE - S.G.P.
Ce sont des Entreprises d'Investissement agréées par la COB pour gérer des portefeuilles de valeurs mobilières. Elles ne sont pas dépositaires des titres et des espèces de leur clientèle. Du fait de leur spécialisation, elles sont des intermédiaires privilégiées pour accéder aux marchés boursiers.

SOLVABILITÉ
Elle traduit la capacité d’une personne ou d’une entreprise à honorer ses engagements financiers.

SOUS-JACENT
Actif financier ou indice boursier qui sert de support pour calculer la rémunération ou l’évolution d’un autre titre boursier comme les obligations convertibles, les contrats d’option…

SOUSCRIPTEUR
Personne physique ou morale qui conclut un contrat d'assurance pour son compte et/ou pour le compte d'autrui. C'est le souscripteur qui est tenu de payer les primes.

SOUTIEN
A l'opposé de la résistance, le soutien est lui aussi une droite mais qui relie différents points bas inscrits par une valeur. Là encore, le franchissement d'un soutien est une indication négative concernant l'évolution d'un titre. Lorsqu'un soutien est franchi, il devient une résistance.

SPÉCULATION
Position offensive prise sur un titre en prévision d’une hausse ou d’une baisse.

SPLIT
Division du nominal d’un titre décidée par la société émettrice qui le juge trop élevé. L’actionnaire se trouvera alors en possession de 2,3 … fois plus de titres dont le cours aura lui aussi été divisé par 2,3 … Le Split consiste à partager un même gâteau en un plus grand nombre de parts. Le but est d’augmenter la liquidité de la valeur, qui s’obtient par la mise en circulation d’un plus grand nombre de titres. Mais cette liquidité s’obtient également par la relative modestie du cours, qui fait qu’un plus grand nombre d’investisseurs peut avoir accès au titre et que ces derniers se trouvent plus facilement enclins à faire des opérations, notamment de prises partielles de bénéfices. Ces mouvements, par leur multiplication, vont bien dans le sens de l’augmentation de la liquidité de la valeur. Ce qui permet au cours d’être plus le reflet du prix que le marché accorde à un titre, plutôt que la seule résultante de phénomène d’étroitesse du marché. C’est donc une plus grande sécurité pour l’investisseur.

SRD (SERVICE A RÈGLEMENT DIFFÉRÉ)
Il permet d’assortir son ordre d’une demande de crédit qui donne lieu à une rémunération. N’est pas possible dans le cadre d’un PEA. Ne concerne qu’un certain nombre de valeurs. Ces valeurs sont retenues en fonction de l’importance et leur liquidité et de leur capitalisation boursière. L’investisseur individuel ne paiera et ne sera livré qu’en fin de mois. Le négociateur, lui, est obligé d’acheter au comptant. Ce service a un coût financier et c’est pourquoi il n’est plus fait crédit gratuit. La négociation au SRD permet de jouer à la baisse avec des titres que l’on n’a pas encore achetés. On peut vendre ainsi une action que l’on n’a pas à 100 euros et l’acheter ensuite à 80 euros pour la livrer. Dans ce cas, on aura gagné 20 euros portés au crédit du compte en fin de mois. Il y également un autre effet qui est celui de levier. Le SRD permet de prendre position avec une partie seulement des fonds ou actifs nécessaire, autrement dit avec une couverture partielle. Le taux de couverture minimal restera fixé par les autorités boursières et les négociateurs ou intermédiaires pourront l’augmenter à leur guise pour la porter éventuellement à 100%. Actuellement, lorsque la couverture est représentée par des liquidités, son minimum est de 20%. On peut prendre une position de 10.000 euros sur un titre avec seulement 2.000 euros sur son compte. L’effet de levier est alors évident. Si le titre choisi progresse de 10%, on peut revendre sa position pour un montant de 11.000 euros et donc réaliser un gain de 1.000 euros. Comme les fonds dont on disposait n’étaient que de 2.000 euros, l’investissement aura permis un gain de 50% par rapport à ces fonds. Il faut bien noter que l’effet de levier joue dans les deux sens. Ainsi, en cas de baisse de 10% des cours de la valeur choisie, lors des opérations de liquidation, en fin de mois, il sera constaté une perte de 1.000 euros sur la position qu’il faudra solder. En conséquence, les liquidités au lieu d’être majorées seront réduites de 1.000 euros et ne représenteront plus de 1.000 euros, ce qui fait que si l’investisseur compte faire reporter sa position, il devra soit apporter 1.000 euros sur son compte titres, soit réduire sa position de moitié de façon à ce que les 1.000 euros restants représentent bien une couverture de 20%.

START-UP
Jeune pousse. Très jeune entreprise dans le secteur de la haute technologie.

STOCHASTIQUE
L'indicateur stochastique est un indicateur borné entre 0 et 100. Si la courbe tend vers 0, la stochastique indique le cours a clôturé en bas de fourchette sur une période donnée. Si la courbe tend vers 100, elle indique que le cours a clôturé dans le haut de la fourchette des transactions. La stochastique permet de détecter des zones de surachat et de survente. D'une manière générale, on considère qu'un passage à la baisse puis à la hausse des 20 est un signal d'achat; et qu'un passage à la hausse puis à la baisse des 80% est un signal de vente.

STOCKS
Matières premières, fournitures, produits en cours et produits finis comptabilisés à l’actif du bilan.

STOCK-OPTIONS
Options d’achat ou de souscription d’actions accordées aux mandataires sociaux d’une société ou aux cadres de haut niveau. C'est également le droit offert à un salarié de participer à une augmentation de capital ou à l'achat d'actions de son entreprise à un prix intéressant, à partir d'une échéance déterminée.

STOP LOSS
Ordre à seuil de déclenchement qui limite la perte. L’une des règles fondamentales du day trading est la passation d’un ordre stop loss immédiatement après l’ouverture de toute nouvelle position. Imaginons que vous passez un ordre d’achat sur Yahoo au cours de 210 dollars. Vous devez impérativement, dans les secondes qui suivent la confirmation de l’ordre, entrer un ordre de vente au seuil de déclenchement de 208 dollars par exemple. Une fois valide, cet ordre vous permettra de protéger la majeure partie de votre capital et donc de vous relaxer. D’entrée de jeu, vous aurez plafonné votre perte à un maximum de 2 dollars par action, soit une baisse de 0,9%. NB : les stop loss ne protègerons jamais vos positions en cas de gap mais uniquement en intraday.

SURFACE HABITABLE
C'est la surface d'un bien immobilier réservée strictement à l'habitation. Elle est égale à la surface totale du plancher, après déduction de l'épaisseur des murs, cloisons, gaines, escaliers, cave, etc.

SURVALEUR
Figurant à l'actif du bilan d'une entreprise, elle matérialise l'écart entre le prix payé pour l'acquisition d'une société et sa valeur comptable. Appelée aussi Goodwill.

SUSPENSION
La décision de suspension de cotation est prise par l’entreprise de marché en cas de trop fortes variations de cours dans une même journée ou en cas d’événement exceptionnel dans la vie de la société par exemple en cas d’OPA ou d’OPE.Toute suspension de cotation fait l’objet d’un avis publié par l’entreprise de marché et d’une information de l’émetteur concerné du CMF et de la COB.
C'est aussi la situation qui fait obstacle à la poursuite et à l'exécution d'un contrat. En cas de maladie l'immobilisant, un assuré peut demander la suspension de son contrat automobile.

SYNDIC
C'est un professionnel de l'immobilier qui assure la gestion et l'administration d'un immeuble soumis au régime de la copropriété pour le compte des copropriétaires. Représentant et mandataire du syndicat des copropriétaires, il se charge, entre autres, de la mise en oeuvre et de l'application du règlement de la copropriété, de l'administration ainsi que de la gestion courante de l'immeuble (charges, travaux, etc.).


TACITE RECONDUCTION
Renouvellement automatique d'un contrat.

TAUX
Le taux d'emprunt peut être fixé à la signature du contrat pour toute la durée du crédit, on parle alors de taux fixe. A contrario, un taux révisable ou variable change suivant une périodicité fixée à l'avance en fonction des variations d'un indice de référence. Toutefois, la banque peut fixer un taux maximum ou cap à la variation du taux. Il est également possible d'ajouter un taux plancher ou floor ; on parle alors de taux variable tunnel.

TAUX DE BASE BANCAIRE
Taux d'intérêt annuel fixé librement par la banque qui sert de base au calcul des crédits qu'elle consent (crédit immobilier). Grosso modo, il correspond au coût auquel la banque emprunte elle-même des capitaux, majoré de sa marge bénéficiaire.

TAUX DE L'USURE
Taux maximum qu'un prêteur peut demander selon le type de crédit consenti. Il excède d'un tiers, le taux effectif moyen pratiqué au cours du trimestre précédent par les établissements de crédit, pour une opération de même nature.

TAUX D'ENDETTEMENT
C'est le rapport entre les remboursements de dettes et les revenus d'un emprunteur. Il ne doit pas excéder 33%.

TAUX D’INTÉRÊT
Prix de l’argent que doit payer un emprunteur de capitaux. Il naît de la confrontation entre l’offre et la demande de capitaux. C'est le coût du crédit exprimé en pourcentage de la valeur d’une dette.

TAUX D'INTÉRÊT TECHNIQUE
Taux maximal d'intérêt autorisé aux assureurs sur la vie afin d'éviter des engagements inconsidérés. Il est actuellement au plus égal à 75% du taux moyen des emprunts d'État.

TAUX EFFECTIF GLOBAL (TEG et TAEG)
Taux obligatoirement mentionné dans un contrat de crédit Il prend en compte tout ce qui est dû par l'emprunteur au titre du prêt. A compter du 1er juillet 2004, le TEG calculé sur une base mensuelle sera remplacé par le TAEG (taux annuel effectif global) établi sur une base annuelle pour tous les crédits à la consommation européens.

TAUX TECHNIQUE
Pour un contrat d'assurance-vie, taux garanti maximum autorisé.

TAUX DIRECTEUR
Taux officiel auquel les banques centrales prêtent aux établissements financiers.

TAUX MARGINAL D'IMPOSITION
Tranche la plus élevée de l'impôt sur le revenu à laquelle est soumise un contribuable. Utile à connaître lorsque l'on doit choisir entre une imposition selon le barème d'IRPP ou un prélèvement libératoire. On peut être amené à faire ce choix, notamment dans le cas de sortie anticipée d'un PER, d'un PEP ou de certains contrats d'assurance vie ou de capitalisation.

TEG (TAUX EFFECTIF GLOBAL)
C'est un taux qui intègre, en plus du taux d'intérêt officiel, la part de tous les frais annexes (assurance, frais de dossier, etc.) intervenant sur le coût total d'un crédit. L'utilisation du TEG, créé par la loi Scrivener, a été récemment renforcée par le loi Neiertz. En effet, même si les conditions de calcul et de publicité d'un tel taux ne sont pas clairement définies par cette loi, les banques ont aujourd'hui le devoir de communiquer le TEG d'un financement à tout client emprunteur ou susceptible de le devenir. Le TEG peut servir d'élément de comparaison entre différents établissements financiers.

TÊTE ET ÉPAULES
Les figures en Tête et Épaules reposent sur une ligne appelée " Ligne de cou", suivie de deux creux ou sommets encadrant un creux ou sommet plus important. Les Têtes et Épaules peuvent être à l'endroit ou à l'envers. Le franchissement de la ligne de cou annonce dans le premier cas une baisse et dans le second une hausse.

TIME-SHARE
Formule consistant à acheter un droit réel et non personnel comme un droit de propriété. Ce droit permet uniquement la jouissance perpétuelle pour une période donnée d'un appartement dans une résidence à la mer ou à la montagne. Il est concrétisé par l'achat de parts d'une société.

TITRE
Terme qui désigne des actions ou des obligations.

TITRE PARTICIPATIF
Valeur mobilière négociable à mi-chemin entre une action et une obligation qui ne confère aucun droit de vote. Elle permet de percevoir une rémunération en partie fixe (intérêt), en partie variable (fonction des résultats de la société).

TMT (TECHNOLOGIES, MEDIA, TELECOMS)
Nouveau secteur relatif à la nouvelle économie. Cette appellation recouvre l’ensemble des sociétés présentent sur les secteurs Technologie Média Télécom, faisant eux-mêmes partie de la nouvelle économie.
Technologie
• Logiciels, conseil
• Semi conducteurs
• Fournisseurs d’accès internet
• e-commerce
médias
• télévision
• éditeurs de contenus internet
• publicité
télécommunications
• équipementiers
• réseaux
• téléphonie mobile
• téléphonie fixe

TONTINE
Système regroupant des adhérents apporteurs de capitaux par année de souscription et mettant en commun les versements. Au terme désigné de la tontine, les capitaux augmentés de la totalité des bénéfices réalisés sont distribués aux survivants.

TOUT OU RIEN
C'est un ordre "A cours limité" dont l'exécution est conditionnée par la présence d'une contrepartie suffisante sur le marché. A défaut, l'ordre est mis en réserve dans l'attente d'une exécution ultérieure.

TRACKER
Encore appelés ETF (Exchange Traded Funds), ce sont des fonds indiciels négociables en Bourse sur un segment du marché qui leur est réservé. Ils permettent d'accéder, à un prix réduit, à un portefeuille d'actions diversifié. Ils répliquent les performances des indices ou de paniers d'actions auxquelles ils se rapportent.

TRADER
Opérateur des salles des marchés qui réalise d’importantes opérations d’achat et de vente sur valeurs mobilières.

TRANSACTION
Une transaction est le résultat de la confrontation et de l’exécution d’un ordre d’achat ou de vente avec des ordres de sens contraire compatibles. Un seul ordre peut donner lieu à plusieurs transactions dans le cas d’une exécution fractionnée. Les transactions caractérisent l’activité d’un marché sur une période considérée.

TRIANGLE
Les triangles sont des figures caractéristiques. Ils peuvent être isocèles, ascendant ou descendant. La sortie du triangle donne une indication d'achat ou de vente.

TYPE DE GESTION
Méthode utilisée par le gérant pour gérer le portefeuille qui lui a été confié. Pour la gestion des protefeuilles d'actions, deux méthodes sont utilisées. La première dite de croissance consiste à privilégier les valeurs offrant une bonne visibilité sur les résultats à venir. La seconde appelée value vise à rechercher les valeurs osus-évaluées.

UNITÉ DE COMPTES (CONTRAT EN)
Contrat d'assurance vie dont la valeur est exprimée en unités de compte, généralement actions de SICAV, parts de FCP ou encore parts de SCI ou de SCPI. Sauf exceptions, les contrats en unités de compte ne sont pas assortis d'un taux minimum garanti. La valeur de rachat du contrat est celle des unités de compte à l'instant T.

USUFRUIT
Terme juridique désignant une partie du droit de propriété, l'autre partie étant la nue-propriété. Ce droit permet à celui qui le détient d'utiliser le bien et d'en percevoir les fruits ou revenus. C'est toutefois un droit temporaire qui permet à celui qui l'a conservé d'habiter le bien ou de le louer jusqu'à sa mort mais pas d'en disposer.

VAF (vente en l'état d'achèvement futur)
C'est une formule de vente actuellement très employée par les promoteurs immobiliers. La vente en l'état d'achèvement futur permet d'acheter sur plan un bien immobilier et de le payer en plusieurs fois au fur et à mesure des étapes de la construction (fondations, gros oeuvre, etc.).

VALEUR
Une action a une valeur nominale fixée au moment de son émission. Il ne faut pas la confondre avec la valeur marchande. Quand la société est cotée en bourse, cette valeur appelée cours est fixée par le marché financier. Généralement, la valeur marchande d’une action est bien supérieure à sa valeur nominale. La valeur marchande de l’action varie en fonction des bénéfices déjà réalisés par la société et surtout des prévisions de profit faites pour l’avenir. Si ces prévisions sont bonnes, le cours progresse. Si elles sont mauvaises, il baisse. Pour évaluer le coût d’une action, les analystes financiers ont une unité de mesure : le taux de capitalisation ou price earning ratio (PER). C’est le rapport entre le cours de bourse et le bénéfice estimé de la société pour l’exercice à venir. Le PER indique combien de fois les bénéfices sont capitalisés dans les cours de l’action.
Exemple : une société ayant un capital social formé de 100.000 actions réalise un bénéfice net de 2.365.000 francs. Son cours de bourse est de 283 francs. Son PER sera donc de 283/23,65 (2.865.000/100.000) = 12

VALEUR A DIRE D'EXPERT
C'est un expert qui fixera la valeur des biens garantis en cas de sinistre.

VALEUR AGRÉÉE
Valeur d'assurance déterminée par le contrat.

VALEUR AJOUTÉE
Richesse créée par l’entreprise au cours d’un exercice. Elle est égale à la différence entre la production et la consommation intermédiaire.

VALEUR A NEUF
Valeur de reconstruction du bien assuré au jour du sinistre.

VALEUR COMPTABLE RÉÉVALUÉE
On peut réévaluer l'actif net d'une société en procédant à des estimations de la valeur réelle des biens figurant au bilan. Par exemple, les immeubles sont inscrits au bilan pour leur valeur d'acquisition, sans tenir compte des plus-values ou moins-values potentielles en cas de revente.

VALEUR DE RACHAT
Terme utilisé à propos des SICAV ou des FCP et désignant la valeur de l'action de SICAV ou de la part de FCP à l'instant T. Le plus souvent, la valeur liquidative est calculée de façon quotidienne ou hebdomadaire.
C'est aussi le montant versé au souscripteur en cas de cessation anticipée du contrat correspondant à l'épargne disponible.

VALEUR DE REMPLACEMENT
Valeur du même bien de la même année de fabrication et dans le même état d'entretien que celui endommagé.

VALEUR INTRINSÈQUE
Produit brut qui serait retiré de l'exercice immédiat d'un warrant. Elle est positive ou nulle.

VALEUR LOCATIVE
Somme servant de base de calcul pour les impôts locaux.

VALEUR LIQUIDATIVE
Elle est obtenue en divisant le total des actifs (titres et espèces) d’une SICAV ou d’un FCP par le nombre d’actions ou de parts en circulation à une date donnée.

VALEUR MOBILIÈRE
Désignent les titres émis par des personnes morales et qui donnent accès directement ou indirectement à une partie du capital ou à un droit de créance général sur le patrimoine de la société. Les actions et les obligations sont des valeurs mobilières. Terme générique qui regroupe les actions, les obligations, les bons de souscription.

VALEUR NETTE COMPTABLE
Il s'agit de l'actif net de la société, soit le total des actifs sous déduction de l'ensemble des dettes. C'est en quelque sorte le patrimoine de la société. On peut la calculer pour la société mère (valeur nette comptable sociale) ou pour l'ensemble d'un groupe de sociétés (valeur nette comptable consolidée).

VALEUR NOMINALE
C'est la part d'emprunt initial de la société représentée par une obligation. Pour une action, il s'agit de la fraction du capital social.

VALEUR TEMPS
Différence entre le cours du warrant et sa valeur intrinsèque. Valeur représentant le potentiel de gain du warrant à maturité compte tenu des paramètres du marché.

VALEUR VÉNALE
Valeur marchande d'un bien, laquelle correspond au prix auquel ce bien pourrait être vendu ou acheté.

VALIDITÉ
Les critères de validité sont fixés par l’intermédiaire financier et doivent figurer dans la convention de compte. La validité jour signifie que l’ordre est valide seulement pour la journée en cours. C’est la validité par défaut si aucune indication n’est précisée par le donneur d’ordre. La validité à date déterminée signifie que l’ordre est valide jusqu’à une date spécifique . Cette date ne doit pas dépasser le terme maximal fixé par l’intermédiaire financier. "A Révocation" signifie que l’ordre est valide jusqu’au terme maximal fixé par l’intermédiaire financier.

VALIDITÉ DE L’OFFRE
Un ordre jour ne peut donner lieu à une transaction que dans la journée où il a été émis, il restera sur le marché jusqu’au jour indiqué s’il est à date déterminée, alors qu’un ordre à révocation est valable jusqu’à la fin du mois civil.

VENTE A DÉCOUVERT (SHORT)
Opération spéculative qui consiste à vendre des titres que l’on ne possède pas mais que l’on se propose d’acheter plus tard. Opération uniquement réalisable sur des valeurs bénéficiant du service à règlement différé.

VENTE EN VIAGER
Il s'agit d'une transaction immobilière très particulière qui permet à une personne physique de vendre à tempérament son bien immobilier tout en en conservant la jouissance jusqu'à la fin de ses jours. A la signature du contrat de vente en viager, l'acquéreur (appelé débirentier) s'engage à verser une rente au vendeur (crédirentier) jusqu'à ce que ce dernier vienne à disparaître, ce n'est qu'à partir de ce moment qu'il pourra jouir des lieux achetés. Ce type de vente intéresse généralement les personnes âgées désireuses d'augmenter leur revenu. L'intérêt de l'acheteur réside dans le fait que l'achat s'effectue à tempérament par le versement d'une rente qui s'arrête au décès du crédirentier.

VENTE STOP
Placer une Vente STOP consiste à vendre un titre s'il baisse en dessous d'un prix fixé.

VOLATILITÉ (OU SENSIBILITÉ)
Mesure de la dispersion autour d’une tendance. Un marché ou une valeur mobilière sont dits volatils quand ils connaissent de fortes fluctuations à la hausse comme à la baisse. Elle donne une indication - sur une durée déterminée - du risque à court terme d'un marché ou d'un OPCVM. Elle permet de mesurer - sur une période de référence choisie - l'amplitude des variations du cours d'un marché ou d'un OPCVM. Plus la volatilité est forte, plus l’actif est risqué à court terme. Plus le cours de l'OPCVM subit de fortes variations, plus la volatilité est élevée et le marché risqué. Pour une obligation, la volatilité, c’est la sensibilité de son cours à la variation des taux d’intérêt. C'est l'anticipation du marché (rencontre de l'offre et de la demande) sur la capacité du support à varier ( à la hausse comme à la baisse).

VOLUME DES TRANSACTIONS
Nombre de titres échangés multiplié par leurs cours.


WARRANT
Un warrant, à la différence d’une option, est une valeur mobilière qui donne le droit d’acheter un actif financier (call warrant), ou de le vendre (put warrant), à un prix fixé, et jusqu’à une date donnée (échéance). L’actif sous-jacent peut être une action ou un ensemble d’action (panier). Ces titres spéculatifs sont caractérisés par une grande volatilité.
C’est en quelque sorte un produit dérivé.
Pour spéculer à la hausse, on peut tout simplement acheter l’action choisie et attendre que son cours progresse. Cependant l’évolution des marchés montre que même les bonnes valeurs subissent des hauts et des bas. Les gros portefeuilles bien travaillés, autrement dit avec des prix de revient très faibles, bien répartis et dotés d’un volant de liquidités suffisantes peuvent exploiter les mouvements de baisse sévère en saisissant les opportunités d’achat sur certains titres, tandis que, globalement, ils résistent mieux que les indices. Il en va différemment pour les petits portefeuilles en phase de constitution et que leurs détenteurs ont hâte de voir grossir bien que disposant de peu de liquidités. Les options d’achat (call) ou de warrants call peuvent leur apporter une solution. Ces produits sont des droits et, en l’occurrence, s’agissant de call, le droit d’acheter une action à un prix connu au moment de l’achat du call, et ce pendant une période déterminée au terme de laquelle, le droit est exercé ou il est abandonné, à la seule initiative de son propriétaire. Naturellement ce droit devra être préalablement acheté. On acquiert les options en bourse. Le prix d’achat varie en fonction des cours de l’action support. Mais il dépend aussi de la valeur spéculative, qui est fonction du temps restant pour exercer le droit, de la volatilité de l’action sous-jacente et du loyer de l’argent. Les warrants, eux, sont émis par des établissements financiers et leurs cours peuvent être connus principalement auprès des établissements émetteurs. Ces deux types de produits sont négociables et donc, à tout moment avant la date d’échéance, peuvent être vendus.
En achetant un call sur une action à 50 euros, vous spéculez sur une hausse de l'action dans les mois qui suivent. Si l'action progresse à 200 euros, vous pouvez exercer votre call, en achetant les actions cotées 200 euros, au prix d'exercice, soit 50 euros. Au contraire, si vous estimez qu'une valeur cotée à 750 euros risque de chuter, vous pouvez prendre un put sur cette valeur à 400 euros. Si la valeur descend à 300 euros, vous pouvez exercer votre put à 400 euros et vous protéger ainsi, en partie, de la baisse.
NB : un warrant de type américain peut être exercé à tout moment à partir de sa date d'émission jusqu'à son échéance. Un warrant de type européen ne peut être exercé qu'à sa date d'échéance. Le type du warrant définit donc ses modalités d'exercice et n'a aucun rapport avec son sous-jacent.
Voir aussi : les étapes d'un bon investissement en warrants

WARRANTIER
Investisseur à la recherche de performance et utilisant les warrants pour dynamiser son portefeuille.

ZERO COUPON
Type d'obligation sans distribution de coupons. En contrepartie le remboursement à l'échéance est supérieur au nominal.

ZINZINS
Investisseurs institutionnels. Il s'agit des banques, des compagnies d'assurance et des fonds de retraite qui sont chargés de collecter de l'épargne et de la gérer à long terme.

ZONE EURO
Zone regroupant l'ensemble des pays participant à la mise en place de l'euro.

ÇáÑÌæÚ Çáì ÃÚáì ÇáÕÝÍÉ ÇÐåÈ Çáì ÇáÃÓÝá
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
Lexique bousier
ÇÓÊÚÑÖ ÇáãæÖæÚ ÇáÓÇÈÞ ÇÓÊÚÑÖ ÇáãæÖæÚ ÇáÊÇáí ÇáÑÌæÚ Çáì ÃÚáì ÇáÕÝÍÉ 
ÕÝÍÉ 1 ãä ÇÕá 1

ÕáÇÍíÇÊ åÐÇ ÇáãäÊÏì:áÇÊÓÊØíÚ ÇáÑÏ Úáì ÇáãæÇÖíÚ Ýí åÐÇ ÇáãäÊÏì
 :: 1-1- ÈÍæË ÚÇãÉ Ýí ÇáÞÇäæä ÇáÊæäÓí-
ÇäÊÞá Çáì: